Les partis politiques membres Mouvance pour la renaissance du Niger (MRN) ont rendu publique, le dimanche dernier au siège national du PNDS Tarayya, une déclaration où ils se sont prononcé essentiellement sur la situation scolaire et universitaire qui prévaut dans notre pays jusqu’aux dernières manifestations du 10 avril dernier. Ainsi dans cette déclaration lue par M Mamane Moktar Kassoum, président du parti CPR Ingantchi, la MRN a souligné le calme relativement remarquable qui a régné au sein de l’Université Abdou Moumouni de Niamey depuis le mois de mai 2014. Mais hélas, cette embellie a subitement laissé place à une situation agitée le 10 avril 2017 suite à un mot d’ordre du comité directeur de l’Union des Scolaires Nigériens USN.

Selon la MRN, le Comité directeur de l’Union des scolaires nigériens (CD/USN) a décidé d’observer une série de grèves et d’organiser des manifestations de rue pour contester les nouveaux critères d’attribution de l’aide sociale aux étudiants non boursiers. Et ces mouvements ont été lancés sans préavis note la MRN, donc non conforme à la réglementation en vigueur en la matière. Le lundi, des échauffourées ont éclaté entre les forces de l’ordre et les scolaires qui avaient pris la décision de bloquer la circulation routière par des barricades. Ces échauffourées ont malheureusement vu la mort d’un étudiant, une mort tragique que la MRN a profondément déploré tout en s’inclinant devant la mémoire du défunt et en exprimant sa compassion à la famille de l’étudiant. Dans sa déclaration, la MRN a également regretté la tournure prise par les évènements et cela en dépit des efforts consentis par le gouvernement en faveur de l’enseignement supérieur nigérien.

S’appesantissant sur ces efforts justement, la MRN a rappelé le relèvement à la hausse, d’année en année, des dépenses allouées à ce secteur tant dans le fonctionnement que dans la bourse et autres accessoires. Selon, la MRN, les dépenses totales de l’année 2016 étaient de plus de 41milliards, tandis que celles liées à l’enveloppe bourses sont passées de 3milliards en 2010 à plus de 20milliards en 2016. Quant à l’aide sociale, son enveloppe est passée de 700millions à 2,29 milliards pour la même période. A cela s’ajoutent la création et l’ouverture de quatre nouvelles universités, la dotation des centres des œuvres universitaires nationaux et régionaux en moyens de travail dont les bus flambant neufs de transports mis à la disposition des Universités d’Agadez, de Diffa, de Dosso et de Tillabéry. Des efforts méritoires aux yeux de la MRN qui marquent, selon sa déclaration, la volonté politique de soutenir l’enseignement supérieur.

Quant au ministère de tutelle, force est de constater selon la MRN qu’il s’évertue à créer les conditions les plus idoines pour normaliser les années académiques. Cela à travers le recrutement des enseignants qualifiés, la conception des curricula appropriés, la construction d’infrastructures et l’équipement adéquat, le retour à la normale des années académiques et la refonte rigoureuse des textes qui étaient devenus obsolètes. Regrettant à nouveau la tournure prise par les évènements, qui ont fait des blessés de part et d’autre, outre la mort d’un étudiant, la MRN a indiqué que l’USN aurait dû se conformer à la réglementation en matière de manifestations pour voir sa marche autorisée comme c’est le cas pour les autres organisations. «Pour une association qui se réclame des principes de la démocratie, qui se prévaut de la légitimité de l’USN, le recours à la violence portée souvent par les collégiens … n’est pas tolérable, ni même concevable » souligne la déclaration de la MRN.

La mouvance a, en outre, salué la rencontre entre le Président de la République et l’USN tendant à aller vers la détente et la création des conditions de dialogue nécessaire entre les scolaires et le gouvernement. La MRN a exhorté les scolaires « à faire preuve de responsabilité et de maturité d’esprit et de n’avoir en vue que les intérêts des élèves et des étudiants qui doivent finir leur année scolaire et faire face aux examens programmés ». Mais les étudiants doivent aussi et surtout « ouvrir les yeux, être lucides et voir tous les vautours sillonnant le ciel en l’obscurcissant, pensant avoir enfin gagné les morts dont ils rêvaient pour réaliser les desseins qu’ils ont toujours nourris » a souligné la MRN. Exprimant son dégoût pour le manque de décence dont font montre ces vautours, la MRN leur a rappelé que « l’histoire est plus compliquée qu’ils n’ont l’air de penser » et a indiqué que « leur posture, en plus d’être indécente, est pathétique et trahit leur manque d’imagination symptomatique de leur manque de perspectives ».

La mouvance a fustigé la récupération grossière faite de ces évènements par certains acteurs. Evoquant la mort de l’étudiant Bagalé Mallah, la MRN a indiqué qu’elle est survenue « suite à une chute sur une des grosses pierres utilisées par les étudiants comme barricades et qu’il a personnellement cherché secours auprès des gendarmes qui l’ont transporté à l’hôpital ». Une expertise médicolégale a été demandée et sa famille a porté plainte à la Justice. La MRN estime que cela contribuerait à élucider davantage les circonstances du décès plus que regrettable de l’étudiant.

Zabeirou Moussa(onep)