A l’occasion de l’An I de son second mandat le président Issoufou Mahamadou a accordé un entretien sur l’état de la Nation à la télévision nationale. Ici le président de la République explique précisément ce qu’il entend par Renaissance culturelle.

« Nous avons une ambition au niveau du Gouvernement, c’est celle de réaliser ce que nous appelons trois modernisations: la modernisation sociale, la modernisation politique, et la modernisation économique. L’objectif de la Renaissance Culturelle est de servir ces trois modernisations. Il s’agit pour nous d’identifier quelles sont les valeurs qui peuvent aider à la réalisation de ces trois modernisations; il s’agit aussi d’identifier quelles sont les contre-valeurs qui constituent des obstacles à la réalisation de ces trois modernisations.

Je peux vous prendre des exemples: par exemple, nous considérons que la solidarité est une valeur, alors que l’égoïsme est une contre-valeur; l’unité nationale est une valeur, alors que l’ethnocentrisme, le régionalisme, le communautarisme, sont des  contre-valeurs. Nous considérons que l’intégrité est une valeur, alors que la vénalité est une contre-valeur.

Notre objectif est de faire le tri au niveau des valeurs internes et externes également, qui peuvent nous servir pour ces trois modernisations, et faire l’inventaire également des contre-valeurs qu’il faut combattre afin de lever les obstacles pour pouvoir avancer sur la voie de la modernisation. Mais pour mieux comprendre, il faut que les gens sachent ce que nous entendons par modernisation sociale, par modernisation politique et par modernisation économique.

Par modernisation sociale, nous entendons le renforcement de l’unité nationale, la détribalisation définitive des Nigériens, et le changement de la conception du monde. Nous avons une conception du monde qui, malheureusement, est aujourd’hui  un peu archaïque. Il nous faut une conception du monde beaucoup plus compatible avec la raison ; il nous faut créer des ruptures dans le comportement, rupture dans les rapports sociaux, rupture au niveau des mentalités des Nigériens. Il faut aussi une certaine évolution dans notre vision des questions démographiques par exemple. Et c’est cela que nous donnons comme contenu à la modernisation sociale.

Quant à la modernisation politique, elle vise l’établissement d’un Etat démocratique et républicain fort et solide. Et la culture peut y contribuer, les valeurs culturelles peuvent y contribuer, par exemple une des conditions pour que l’Etat démocratique soit fort et solide, c’est que l’Etat puisse avoir  beaucoup de ressources. Cela suppose que le civisme fiscal soit très développé dans le pays, donc la mobilisation, la Renaissance Culturelle peut  contribuer également au civisme fiscal.

En ce qui concerne la modernisation de l’économie, l’objectif est de mettre en place une économie compétitive, avec un secteur primaire moderne, avec une consolidation du secteur secondaire et du secteur tertiaire. Là également, les valeurs culturelles peuvent nous servir, par exemple pour le développement d’un esprit d’entreprenariat, le développement de l’épargne, le développement du goût du risque, l’ardeur au travail. Tout ça, ce sont des valeurs qui peuvent servir la modernisation de l’économie.

Pour me résumer, donc, la Renaissance Culturelle, ce n’est pas le folklore, la Renaissance Culturelle, c’est puiser dans les valeurs internes comme externes qui peuvent servir les trois modernisations, identifier les contre-valeurs qui peuvent freiner cette modernisation. C’est pour cela d’ailleurs que nous avons besoin d’un certain nombre d’acteurs qui peuvent permettre de diffuser les valeurs qui concernent notre société, ou de lutter contre les contre-valeurs. Et ces vecteurs sont la famille,  il faut passer par la famille ; il faut passer par l’école, l’éducation ; il faut passer par les lieux de culte, les mosquées, les églises, etc., pour sensibiliser les Nigériens. Il faut également passer par les médias, il faut passer par le chant, le théâtre, le cinéma, etc. »

Issoufou Mahamadou sur Télésahel (script Lesahel.org)