Votre mot de passe vous sera envoyé.

NIAMEY, 1er Mai (ANP) – A l’instar des travailleurs du monde entier, ceux du Niger,  célèbrent également ce lundi, le 131e anniversaire des tristes évènements de Chicago, décrété dès lors, ‘’Fête Internationale de Travail’’.

Cette journée est mise à profit par les travailleurs de chaque pays, regroupés au sein des centrales syndicales, d’organiser des défilés, comme le cas de la Confédération Démocratique des Travailleurs du Niger (CDTN). Cette Centrale qui regroupe en son sein une cinquantaine de syndicats de toutes les couches socioprofessionnelles  a défilé à Niamey, sur l’itinéraire allant  du Rond-point des Sapeurs-pompiers Lazaret, à la devanture du Stade Général Seyni Kountché.

Les différentes corporations syndicales  passaient, deux heures durant,  devant la tribune officielle sous les acclamations  des membres du Gouvernement et de plusieurs autres invités de marque.

Le Secrétaire Général de la CDTN, le Camarade Idrissa Djibrilla a prononcé un discours dans lequel il a rendu un hommage aux combattants pour la liberté  syndicale de Chicago, mais aussi a eu une pensée particulière pour l’étudiant Malla Bagalé, récemment tué à l’occasion des évènements du 10 avril 2017 sur le Campus universitaire de Niamey.

La Fête du 1er Mai, « est une occasion pour nous de revendiquer de meilleures conditions de vie et de travail pour nos militants », a-t-il déclaré. Et la CDTN « constate que les élections professionnelles devant permettre de régler la question de la représentativité des organisations syndicales et par la même occasion assainir l’échiquier syndical national tardent à se concrétiser » a-t-il  déploré.

Idrissa Djibrilla a saisi également cette occasion pour jeter un regard rétrospectif sur les évènements sociaux, politiques et économiques de l’année écoulée.

Il a terminé  son discours en souhaitant « que cette année soit pour tous, une année de conquête de nouveaux acquis ».

L’Union des Syndicats des Travailleurs du Niger (USTN) et l’Union Générale des Travailleurs du Niger (UGTN) ont pour leur part défilé à Niamey,  Place Toumo.

Les deux centrales syndicales ont dénoncé le caractère pléthorique du gouvernement nigérien et la très peu satisfaction des services publics pour les nigériens.

La douzaine de centrales syndicales que compte le pays, va se retrouver  cet après-midi au Ministère de Tutelle pour la cérémonie traditionnelle de remise du cahier de doléances des travailleurs.

SML-AIO/AMC/DMM/ANP/MAI 2017