Communiqué de presse N°10/FRDDR/2017

Dans son communiqué N°007/FRDDR/2017 en date du 20 avril 2017, le FRDDR dénonçait entre autre, la gouvernance de Issoufou Mahamadou en ce qu’elle est porteuse de conflits​ et de provocation qui mettent constamment en péril la stabilité de notre pays.

Ce communiqué faisait suite à celui en date du 23 février 2017 consécutif à l’attaque barbare qui a coûté la vie à une quinzaine de nos jeunes et braves patriotes éléments des Forces de Défense et de Sécurité à Bani Bangou. Déjà, à cette occasion, le FRDDR exigeait du gouvernement la prise de mesures appropriées afin de mettre un terme à l’insécurité rampante qui malheureusement est en train de prendre une proportion inquiétante. Comment comprendre, depuis cette spirale d’hécatombe fauchant chaque jour des jeunes nigériens à la fleur de l’âge que des perspectives propres à mettre un terme à cette vague d’attaques ne soit envisagées et présentées.
Depuis, aux attaques quasi permanente dans la région de Diffa, se sont ajoutés celles de :
· Dolbel ;
· Fonéko;
· Ayérou;
· Wanzarbé;
· Patelkoli;
· Abala.
Telle une fatalité à chaque fois, ce sont des morts, des blessés, de nombreux dégâts matériels et presque toujours, les assaillants disparaissent dans la nature, échappant comme par miracle au dispositif de surveillance. Ces arguments étaient pourtant mis en avant pour justifier la présence de multiples bases militaires étrangères sur le territoire national.

Le FRDDR, ne saurait ne pas s’interroger sur l’incongruité de la succession de ces événements ainsi que l’incapacité manifeste des autorités à y faire face. Nous avions en son temps déploré le sous-équipement des unités combattantes de nos Forces de Défense et de Sécurité, alors même que des quantités d’armes sophistiquées, en nombre important, sont stockées au palais de la présidence.

Aujourd’hui, la situation sécuritaire est grave!
Chaque jour, les théâtres d’opérations se multiplient et s’approchent des principaux centres économiques et politiques du pays.

Chaque jour, des jeunes nigériens sont exposés à la mort.
Aussi, le FRDDR présente -t-il aux Forces de Défense et de Sécurité, aux familles des disparus ses condoléances les plus attristées et souhaite un prompt rétablissement aux blessés :
Le FRDDR exige des autorités:

1. La prise de mesures hardies pour mettre un terme aux attaques récurrentes dont sont victimes les FDS et les populations;
2. Le redéploiement des hommes et des équipements militaires réservés à la parade militaire et la mise en place concomitante d’un plan plus approprié de gestion des ressources humaines.
Par ailleurs, le Front de Restauration de la Démocratie et la Défense de la République demande au groupe parlementaire de l’opposition d’initier instamment la création d’une commission parlementaire d’enquête sur la gestion des fonds alloués à la Défense et à la Sécurité de notre pays au cours des dix dernières années.

Fait à Niamey le 2 juin 2017
Le président p.i
Falké Bacharou