Nous, membres du Réseau des Journalistes Observateurs de l’Industrie de la Nicotine et du Tabac (REJOINT), un
regroupement indépendant et informel de journalistes et professionnels des médias du continent africain,

– Réaffirmons notre engagement en faveur des Objectifs
de Développement Durable (ODD) tels que adoptés par les
Etats membres des Nations Unies en Septembre 2015

– Insistons sur la nécessité d’une information et d’une
communication constantes sur les dangers liés à l’usage du
tabac dans nos sociétés respectives,

Conscients de la pertinence de la lutte anti-tabac notamment
auprès des populations les plus vulnérables du continent,

– Rappelons, en particulier, l’Objectif 17 des ODD visant
à entreprendre des « Partenariats pour atteindre les
objectifs »

Appréciant les différents efforts consentis de part et d’autre par
les acteurs de l’industrie du tabac pour en réduire les impacts
négatifs sur nos sociétés,

Conformément aux recommandations de notre séminaire tenu à
Bamako les 19 et 20 mai 2017 autour du thème « L’Avenir de
l’Industrie du Tabac : Un Monde Sans Fumée et ses Enjeux
en Afrique »,

Soucieux de mettre en place une véritable plateforme de
communication, et d’échanges entre les différents acteurs de
l’industrie du tabac,

Attachés aux valeurs éthiques et déontologiques de notre métier
qui exigent une impartialité totale sur le débat entre différents
acteurs de l’industrie du tabac,

– Apprécions à leur juste valeur les efforts consentis pour
réduire chez les adultes la nocivité du tabac et développer des
solutions alternatives moins nocives pouvant conduire à une
action plus solide de lutte anti -tabac,

– Encourageons le grand public, les décideurs, les industriels du
tabac, les organisations anti-tabac, les médias et tous les autres
acteurs à initier un vaste débat autour de tous les enjeux liés au
tabac y compris sanitaire, économique, sécuritaire, politique,
etc….

Sensibles à la date symbolique du 31 mai célébrant la journée
mondiale sans tabac à travers le monde,
Nous en appelons à :

– Un dialogue inclusif entre tous les acteurs de l’industrie du
tabac pour trouver les solutions les meilleures pour chacune des
parties prenantes à ce dialogue (consommateurs, régulateurs,
organisations anti-tabac et industrie du tabac)

– Une implication accrue des médias du continent pour poser
un débat inclusif autour des enjeux liés à l’industrie du tabac,

– Assurer une protection totale et entière pour nos enfants et
jeunes adolescents face aux dangers du tabagisme.

Fait à Bamako, le 31 mai 2017