Hier Mercredi 9 Aout, le bureau politique national de l’Alliance des Mouvements pour l’Emergence du Niger (AMEN-AMIN) a rendu publique une déclaration à l’occasion du second anniversaire de sa création. Dans cette déclaration rendue par Gérard Delanne porte-parole du parti en présence du président du parti M. Omar Hamidou Tchiana, le moins qu’on puisse dire, Amen-Amin a tenu un discours mi-figue, mi-raisin. Entre d’autres termes, Amen-Amin a exprimé à la fois sa satisfaction et son mécontentement sur la situation sociopolitique du Niger.

Comme pour rassurer la majorité de sa solidarité, Amen Amin a cru bon de rappeler les raisons de son appartenance à la Mouvance pour la Renaissance du Niger (MRN). En effet, le parti d’Omar Hamidou Tchiana a déclaré : « Dieu merci, grâce à la maturité d’une grande partie de notre classe politique et de notre peuple, le Niger a su éviter les pièges de la désunion. Force est de constater que toutes les institutions prévues par la Constitution fonctionnent régulièrement. Mieux, la majorité présidentielle s’est même renforcée donnant ainsi un gage supplémentaire de la participation de la majorité des fils du Niger à l’œuvre de construction nationale.». Ça c’est le côté pile.

Côté face, Amin Amen s’insurge : «Le seul bémol à nos yeux reste les actes hostiles entre partis alliés. A ce propos, notre parti politique a payé un lourd tribut. En effet, plusieurs de nos militants, s’acquittant de leurs missions avec compétence et loyauté, ont été injustement remplacés. Nous constatons avec amertume que nos élus sont l’objet d’un ciblage particulier comme en témoigne la motion de défiance contre la maire de Kollo orchestrée par un parti de la majorité présidentielle et la révocation des maires de Karma et de Niamey à l’issue d’inspections sans rapport contradictoire. AMEN AMIN adhère entièrement au principe de bonne gouvernance, tout comme il défend l »équité et la justice sociale. Ainsi, notre parti appelle au traitement intégral et non-sélectif des rapports d’inspection et à la publication des résultats».

Sur le plan économique, Amin Amen reste réaliste : «Le gouvernement auquel nous appartenons a pu, néanmoins, prendre des mesures salutaires afin d’éviter à notre pays le syndrome hollandais. Mais, nous exhortons le gouvernement à investir davantage dans le développement du secteur agro-industriel, qui est le seul à même d’assurer à notre économie une croissance durable».

Pour le reste, l’on retient un discours équilibriste digne d’un allié qui réaffirme sa fidélité à la majorité mais qui tient à l’équité et au respect de la part de ses amis politiques.

Pour le moment, on pourrait dire qu’on est au stade du linge sale avec Amin Amen. Et le linge sale se lave en famille, dit-on. C’est trop hasardeux de parler de divorce même s’ il y a des signes qui ne trompent pas. Il faut saluer le courage politique de cette formation politique car mieux vaut dire en haute et intelligible voix à ses amis là où ça ne va pas que de laisser pourrir la situation. En cela la posture d’Omar Hamidou Tchiana est un mérite. Une attitude positive pour le vivre ensemble.

EMS