Votre mot de passe vous sera envoyé.

 Suite à la sortie médiatique du Ministre de l’Intérieur en date du 29 Octobre 2017 Nigériennes, Nigériens, Le dimanche 29 Octobre 2017, Mr Bazoum Mohamed, président du PNDS-Tarrayya, ministre d’Etat chargé de la sécurité publique, dans un style qui lui est désormais familier, sans retenue ni précaution de langage aucune, s’est mué tour à tour, en huissier de justice, en procureur de la République, en agent de poursuite, et même en juge chargé de l’application des peines.

De fait, le 29 Octobre 2017, les populations de Niamey répondant à l’appel des organisations de la société civile, sont sorties massivement pour exprimer leurs raz-le bol général, face à l’incurie criminelle des dirigeants de la VIIème République. Il s’agit là, des questions citoyennes touchant à la vie de chacun d’entre nous et qui ne sauraient laisser personne indifférent. Il est incontestable que notre pays et son peuple vivent des moments difficiles et dangereux résultant d’une gouvernance ayant conduit entre autres :

• Au pillage systématique des ressources du Niger à travers des surfacturations, des détournements et trafics en tous genres ;

• A la systématisation de la fraude y compris dans les concours de recrutement à la Fonction Publique;

• A l’installation d’une psychose et d’une insécurité hors contrôle qui endeuillent notre peuple.

• A des réalisations irréfléchies, fantaisistes et sans lendemain à l’image du chemin de fer et de la centrale de Gorou Banda. Militantes et militants. Tout le monde aura compris pourquoi le Président du PNDS, dans les propos livrés au public, faisait volontairement l’amalgame entre la marche citoyenne des organisations de la société civile du 29 Octobre 2017, les évènements qui en ont résulté et l’opération de Issoufou Mahamadou visant à assimiler le peuple du Niger à Charlie. Cette n-ième tentative du PNDS à semer la confusion en se référant aux évènements Charlie dans lesquels ni les services du ministère de l’intérieur, pourtant instrumentalisés à outrance, encore moins la justice nigérienne n’ont apporté la moindre preuve de l’implication du MODEN FA Lumana Africa ne prospèrera pas !

Comme n’ont pas pu prospérer :

• Les complots visant le Président Hama Amadou et sa famille,

• Les nombreuses tentatives tendant à associer Lumana Africa aux actions de Boko Haram, et à d’autres actes criminels,

• L’implication de plusieurs responsables de Lumana dans le désormais vrai-faux coup d’Etat,

• L’ouverture de faux dossiers de malversations comme celui de la cellule crise alimentaire pour lequel des militants de notre parti croupissent en ce moment même en prison. En tout état de cause, le Moden FA Lumana Africa, se réserve le droit de porter plainte contre le sieur Bazoum Mohamed pour diffamation. Militantes, militants. S’il y’a lieu de déplorer les débordements qui ont émaillé les évènements de la marche citoyenne du 29 Octobre, il y’a tout aussi lieu d’en dénoncer les abus et la précipitation avec laquelle le Ministre de l’Intérieur tente de pointer un doigt accusateur en direction du MODEN FA Lumana Africa. Du reste, le traitement que l’on tente de réserver à ces évènements démontre à suffisance, la volonté du PNDS TARRAYYA à considérer celles et ceux qui militent à Lumana Africa comme des citoyens de seconde zone. L’on comprendra donc pourquoi les militants et sympathisants Lumana sont constamment victimes de :

• Discrimination,

• D’exclusion,

• D’ostracisme,

• D’humiliation, bref,

• De frustrations de toutes sortes. Ils sont considérés par le PNDS comme faisant partie d’une secte dangereuse, comme ils ont coutume de le dire, et qu’il faut systématiquement exterminer. Or n’en déplaise à nos détracteurs malgré l’organisation d’élections truquées, LUMANA s’est imposé comme deuxième force politique. Hier seulement, notre camarade Mahamane Lawali Salissou dit Léjé, membre du Bureau Politique National a été enlevé à Maradi par des gens en tenue et déporté à Niamey par voie de transport en commun AL IZZA. Nigériennes, Nigériens, Chers Compatriotes Il est temps, grand temps de dire à ce régime :

• Qui a confisqué l’exercice de la souveraineté nationale ;

• Qui a plongé notre pays dans la guerre ;

• Qui pratique la discrimination à tous égards ;

• Qui a conduit notre pays dans un déclin économique et social sans précédent, à travers la dépravation de l’Ecole nigérienne et la destruction de notre système sanitaire ;

• Qui a contraint les jeunes au désespoir en les confinant au seul choix entre le chômage, la criminalité ou l’émigration. Que Lumana Africa, ne se pliera pas ! Partout où ces principes, ces valeurs et ces règles seront violés, Lumana Africa mobilisera ses militants, se dressera et se mettra du côté des forces véritablement démocratiques. Lumana Africa se battra partout et en toutes circonstances pour l’égalité entre citoyens !

Lumana Africa se battra pour la Restauration et la défense de la démocratie au Niger. Lumana Africa se battra pour le règne de la liberté, de la justice et du progrès pour tous .

Pour le Moden Fa Lumana, la sauvegarde des valeurs de République, de l’Etat de droit, de la cohésion et de l’unité du peuple Nigérien aini que la paix, la justice et l’émancipation de tous les peuples du monde n’ont pas de prix!!!

vive le MODEN FA Lumana Africa

Vive la démocratie,

Vive le Niger Uni, dans une Afrique forte et prospère !

Fait à Niamey le 31 Octobre 2017.