Votre mot de passe vous sera envoyé.

La campagne d’achats directs des céréales auprès des petits producteurs agricoles a été officiellement lancée jeudi dernier sur l’ensemble du territoire national.
C’est à partir de Sabon Machi, une localité de la Région de Maradi (centre sud- est du pays) que l’opération a débuté sous le haut patronage  du Ministre du commerce et de la Promotion du Secteur Privé, M. Sadou Seydou.

La campagne s’étendra d’octobre à décembre 2017 et vise à   permettre d’une part, de valoriser le travail de ces vaillants paysans en achetant leurs productions à des prix rémunérateurs, et d’autre part, de les sécuriser en leur garantissant un marché. Cette stratégie permettra d’éviter les spéculations et le bradage des  récoltes  en période de campagne agricole excédentaire.

A travers cette opération, a déclaré le Ministre, l’Etat projette  de reconstituer au titre de la campagne 2017-2018, une réserve alimentaire stratégique à hauteur de 100.000  tonnes physiques composées de 50.000 tonnes de mil, 25.000 tonnes de sorgho, 15.000 tonnes de maïs et 10.000 tonnes de riz paddy. Le coût total de la reconstitution (achat, transport, conservation et autres charges connexes) s’élève à environ 24 milliards de FCFA.

L’Office des Produits Vivriers du Niger (OPVN) procédera à l’achat direct auprès  des producteurs ruraux, de 60.000 tonnes de céréales reparties comme suit : 50.000 tonnes pour la ‘’Réserve Alimentaire stratégique’’, 10.000 tonnes pour le Stock National de sécurité(SNS).
‘’ Pour couvrir le maximum de producteurs ruraux qui désirent vendre leurs produits, l’OPVN a identifié et établi un répertoire national de marchés réputés « marchés de collecte » de céréales, a révélé M Seydou.

Pour fixer les  modalités pratiques, les prix et les procédures d’achat de ces vivres, a-t-il précise, ‘’ mon Département ministériel a mis en place un Comité technique composé des représentants de l’OPVN, du Ministère en charge du commerce, des Organisations de producteurs  et de ceux du Dispositif National de Prévention et de Crises Alimentaires ».

ANP