Votre mot de passe vous sera envoyé.

Plusieurs membres du Gouvernement nigériens ont été interpelés, ce samedi 11 novembre, devant le Parlement sur divers sujets de préoccupation de l’heure, au moyen des questions d’actualité.

Ils sont quatre (4) Ministres qui ont défilé à la tribune de l’Assemblée Nationale pour répondre à des préoccupations des parlementaires relatives notamment au bras de fer qui oppose les commerçants du Grand Marché de Niamey à la Société de gestion dudit marché (SOCOGEM), l’organisation d’un concours d’entrée à l’Ecole normale supérieure (ENS), la suspension du Niger de l’Initiative pour la transparence des industries extractives (ITIE), ou encore la dégradation du circuit routier.

En réponse, les différents membres du Gouvernement concernés par les questions ont apporté des éclaircissements aux représentants du peuple. Sur le problème des commerçants, le Ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur privé Sadou Seydou a informé les députés que les problèmes de location des boutiques du Grand Marché de Niamey est né de la vétusté des textes réglementant la SOCOGEM et que son département ministériel s’attèle à corriger les problèmes survenus.

Relativement au concours d’entrée à l’ENS, la Ministre de la Fonction publique, Mme Kaffa Rékiatou Christelle Jackou a expliqué que les dossiers rejetés l’ont été du fait qu’ils sont parvenus en retard. Toutefois, elle a promis à l’auteur de l’interpellation de mettre en œuvre les moyens nécessaires pour connaître les raisons du retard qui, selon le député auteur de la question d’actualité, a été causé par le Directeur régional de l’enseignement secondaire (DRES) de la Région de Zinder (est).

Quant à la suspension du Niger de l’ITIE, a expliqué le Ministre en charge des Mines Hassane Barazé Moussa, elle est le fait d’une « immixtion » du Conseil d’administration de cette association dans une affaire judiciaire au Niger, notamment le fait de prendre en compte, dans son rapport, des faits d’actualité comme l’affaire dite « Uraniumgate », l’arrestation y relative de certains acteurs de la société civile, ou encore la plainte déposée contre X dans la même affaire qui s’est déroulée en 2017, alors que le rapport devait concerner l’exercice fiscal 2014.

Du reste, a indiqué le Ministre en charge des Mines, « le Niger a écrit au Conseil d’administration de l’ITIE pour lui signifier son intention de s’y retirer », y égard à son impartialité dans l’étude du rapport sur le Niger.

Enfin, le Ministre en charge de l’Equipement, M. Kadi Abdoulaye, a informé les députés que des travaux de revêtement et d’élargissement des voies principales du pays sont prévues à partir de 2018, afin de rendre fluide la circulation routière.

KPM/AMC/ANP/Novembre 2017