Ce jeudi 30 Aout, la 4ème édition de la journée nationale de la liberté de la presse a été célébrée à la maison de la presse. Placée sous le thème : « une presse libre et responsable », cette journée a été rehaussée par la présence du président du Conseil Supérieur de la Communication, la ministre de la communication, le chargé d’affaires de l’ambassade des Etats-Unis et de plusieurs responsables des médias publics et privés.

Après la cérémonie d’ouverture, le comité d’organisation avait procédé à la remise des prix aux productions des journalistes primés tant en presse écrite qu’audiovisuelle. Ensuite, a eu lieu la visite des stands où la presse nationale dans toute sa diversité a exposé ses œuvres et autres gadgets.

Dans son allocution d’ouverture, le président du conseil d’administration de la maison de la presse après avoir exprimé toute la sympathie de la corporation à l’endroit du groupe de presse Bonferey récemment victime des dégâts sur ses véhicules de reportage, il a appelé les journalistes à plus de responsabilité dans l’exercice de leur noble métier dans le respect strict de l’éthique et la déontologie. Il a également demandé aux pouvoirs publics de procéder à la signature de la convention collective interprofessionnelle.

Pour sa part, la ministre de la communication Mme Sani Hadiza Koubra a déclaré : « Je puis vous assurer que le gouvernement, pour sa part, et en particulier mon département ministériel, sont et resteront toujours disponibles pour vous soutenir, notamment à travers la poursuite de notre programme de renforcement des capacités, par la formation et toute autre forme d’encadrement visant à développer les compétences de vos membres ».

Et d’ajouter : « c’est du reste dans cette optique que le gouvernement a adopté, cette année, le décret régissant la publicité par voie de presse, et nous continuerons ensemble le processus de signature de la convention collective de la presse, qui aboutira avant la fin de l’année en cours, incha Allah. »

Après ce cérémonial, un panel a été animé par les journalistes Ibrahim Cheick Diop dit ‘’Ibricheick’’, Saidou Ardji, Abdoulaye Moussa Massalatchi et l’acteur de la société civile Moustapha Kadi. Un peu avant ce panel, une émissaire de Reporters Sans Frontières en visite au Niger avait fait un bref exposé sur la situation de la liberté de la presse au Niger.

En ce qui concerne le concours en presse écrite, Gorel Harouna de Mutations a remporté le prix spécial en journalisme d’investigation et Sani Aboubacar de l’Evènement le premier prix sur la thématique de l’extrémisme violent.

Cette 4ème édition a vu une forte participation des étudiants en journalisme et communication de l’IFTIC et de l’ECAM.  Ces hommes des médias en herbe ont été proactifs notamment au niveau du panel où leurs questions et contributions ont enrichi le débat.

EMS