Kigali répond ainsi à une demande pressante de l’Union Africaine suite à l’affaire des marchés d’esclaves en Libye.

« Etant donné la philosophie politique du Rwanda et notre propre histoire, nous ne pouvons pas rester silencieux quand des êtres humains sont maltraités et vendus aux enchères comme du bétail », a indiqué la ministre des affaires étrangères du Rwanda.

Louise Mushikiwabo répondait ainsi à l’appel du président de la commission de l’Union Africaine, Moussa Faki Mahamat, qui avait sollicité l’aide des pays du continent face à cette crise.

Le Rwanda devient ainsi le premier pays à répondre à cet appel en proposant d’accueillir 30.000 migrants africains en provenance de Libye.

C’est la diffusion d’un reportage, le 14 novembre, sur la chaîne américaine CNN montrant un « marché aux esclaves » en Libye qui a suscité l’indignation dans le monde.

bbc.com