Votre mot de passe vous sera envoyé.

Ce lundi 6 novembre, le ministre des Finances M. Massoudou Hassoumi en compagnie du ministre délégué au budget M. Ahmed Jidoud et M. Christoph Klingen chef de mission entrant du FMI au Niger (accompagné des experts) ont animé une conférence de presse au ministère des Finances.

Il s’agit de rendre compte à l’opinion des conclusions du rapport d’une mission du FMI qui est venue faire l’état des lieux de l’exécution du programme entre le Niger et le FMI signé le 23 Janvier 2017.

En effet, une mission des services du Fonds Monétaire International (FMI) conduite par M. Christoph A. Klingen a séjourné à Niamey du 23 octobre au 6 novembre 2017 afin de mener des discussions sur la première revue du programme appuyé par la facilité élargie de crédit (FEC). Le programme du Niger a été approuvé par le conseil d’administration du FMI le 23 janvier 2017.

Selon le communiqué de cette mission : ‘’Les autorités nigériennes et l’équipe du FMI ont convenu au niveau des services du FMI, d’un accord en vue de la conclusion de la première revue du programme appuyé par  la FEC. Sous réserve de l’approbation par le Conseil d’administration du FMI.

« La mission s’est également entretenue avec les autorités sur les politiques de nature à développer un secteur privé robuste et à s’attaquer à la forte croissance démographique. Ils ont convenu que des progrès sur ces deux fronts sont essentiels pour améliorer de façon durable le niveau de vie et faire reculer la pauvreté. Le programme prévoit des politiques visant à développer le secteur financier et à améliorer davantage l’environnement des affaires, ainsi que des mesures pour diversifier l’économie dans les secteurs minier et hors mines ».

Face à la presse, le chef de mission du FMI M. Christoph Klingen a dit que les autorités nigériennes ont mis en place un solide budget pour renforcer les finances publiques pour la réalisation des objectifs de l’UEMOA d’ici 2020. Répondant à un confrère, M. Christoph Klingen a déclaré : ‘’ Pour des finances publiques solides et  une économie prospère les mesures budgétaires sont incontournables’’. Selon lui ces mesures budgétaires peuvent ne pas être populaires mais elles sont contournables pour le Niger.

Pour sa part, le ministre Hassoumi Massoudou a expliqué que 54% des ressources budgétaires 2018 vont à l’investissement ce qui suppose la création des richesses en décourageant le secteur informel car, explique-t-il, la tendance doit être d’aller vers le secteur formel à l’image de certains de nos voisins qui arrivent inverser la base de leur économie.

Abdoul Aziz Moussa