‘’Construire une communauté de destin et un monde meilleur-Responsabilité des partis politiques’’, c’est le thème du dialogue de haut niveau organisé par le Parti Communiste Chinois avec les partis politiques du monde, tenu à Pékin en Chine du 30 Novembre au 03 Décembre 2017. Cet important et imposant forum qui a vu la participation de près de 300 grands partis politiques et organisations politiques venus de plus de 120 pays a été ouvert par SEM XI Jinping Secrétaire Général du PCC et Président de la République Populaire de Chine.

Le Parti Nigérien pour la Démocratie et le Socialisme (PNDS-TARAYYA) conforme à sa conviction de voir plus grand et plus loin était au rendez-vous pour donner et recevoir des idées et des expériences. Il était représenté par les camarades Kalla Ankourao et Zakaria Abdourahaman.

En effet, l’ordre mondial actuel explique et justifie l’importance et l’opportunité d’un tel forum.  Nous sommes dans un contexte global d’interaction et d’échange où le réel et le virtuel se côtoient et ont fait de ce grand espace appelé monde, un village commun et d’aucuns disent qu’il est même devenu une famille. L’un dans l’autre, ses rapides transformations et ses défis politiques, économiques, sociaux, écologiques, technologiques et sécuritaires énormes ont des répercussions sur notre vie de tous les jours. Aujourd’hui plus que jamais auparavant nous sommes liés par une communauté de destin.

Cependant, les inégalités criardes des niveaux de vie à l’intérieur des pays et entre pays est la triste réalité de ce monde. Nous assistons indifféremment à l’opulence de la minorité et à la pauvreté et la misère croissantes du plus grand nombre. L’interaction et l’interdépendance entre les peuples ne font que se renforcer, mais les rapports contreviennent aux principes de justice et d’égalité.  Pour corriger cette situation, les partis politiques du fait de  leur vocation  ont un rôle prépondérant à jouer.

Dans la configuration socio-politique contemporaine, c’est à eux de créer les conditions intellectuelles, spirituelles et matérielles pour que les citoyens du monde acceptent de cheminer résolument vers l’unité et l’égalité dans la diversité. Dans cette lancée, la théorisation et la conceptualisation des défis planétaires ont pour avantage leur compréhension par l’opinion. Leur réponse réside surtout dans un élan pragmatique de complémentarité et de solidarité entre les peuples et les civilisations à travers les actes concrets, fédérateurs et salvateurs que posent d’abord les gouvernants ensuite les gouvernés.

La construction de la communauté de destin entre les peuples, les pays et les civilisations doit par conséquent reposer sur des vraies bases telles que la sincérité, le respect, le dialogue et la tolérance et non sur des bases paternalistes ou faussement philanthropiques. Elle doit aboutir à un développement mondial harmonieux et cohérent où, in fine, les citoyens seront libres et épanouis sans inquiétude du présent et de l’avenir. C’est pourquoi, le rapport gagnant-gagnant et le transfert de technologie doivent être des principes intangibles dans les coopérations et les échanges.

Le cas le plus alarmant est celui de l’Afrique. Le berceau de l’humanité est le continent qui fait face à plus de défis et son influence dans la mondialisation est très faible. Pourtant, en dehors de ses ressources naturelles et minières, le continent africain a offert, offre et offrira beaucoup d’autres valeurs et ressources au reste du monde. La gestion des affaires mondiales doit être inclusive et débarrassée de l’emprise des plus forts et des plus riches sur les plus faibles et les plus pauvres.

Chaque peuple peut et doit décider de son destin, mais il est encore mieux quand une synergie et une convergence se manifestent entre les peuples en vue de l’édification d’un monde meilleur. Le dialogue de Pékin a été un rendez-vous historique, proactif et universaliste qui a permis aux représentants des partis politiques venus de différentes régions du monde de se retrouver pour échanger sur le destin de l’humanité toute entière.

La Chine a eu l’incontestable mérite de poser les jalons pour orienter le monde vers une direction progressiste. A son tour, le Niger doit aller de l’avant dans sa logique du développement économique et social tout en jouant activement sa partition au niveau mondial. Il faut poursuivre cet objectif sans se laisser divertir par les querelles de clocher et les combats d’arrière-garde qui sont la raison d’être de certains de nos concitoyens.

Abdourahaman ZAKARIA