Le 59ème anniversaire de la proclamation de la République du Niger a été célébré le 18 décembre dernier. Un imposant défilé civil et militaire s’est déroulé à Tahoua où le chef de l’Etat, président de la République Issoufou Mahamadou a reçu pour la circonstance les présidents Idriss Déby Itno du Tchad, Roch Marc Christian Kaboré du Burkina Faso, Ibrahim Boubacar Keita du Mali et Mohamed Ould Abdel Aziz  de la Mauritanie. Muhammadu Buhari s’est fait représenter par Aminou Bello Masari gouverneur de Katsina accompagné d’une importante délégation. Selon le premier ministre Brigi Rafini au lancement des festivités,  Tahoua Sakola est placée sous le signe de :  »Innovation, dynamisme économique et coexistence pacifique ».

 

Tahoua Sakola. Du rêve à la réalité. La capitale de l’Adar s’inscrit résolument sur la liste des villes modernes au bénéfice de ce grand événement inhérent aux fêtes tournantes qui visent à booster l’image de nos capitales régionales dans tous les domaines. Issoufou Mahamadou dans le sillage de Tandja Mamadou vient de poser les jalons d’une ville moderne. Tahoua a vraiment fait sa toilette. Dotée d’infrastructures dignes de ce nom, le déroulé de Tahoua Sakola nous autorise d’affirmer qu’en capitalisant les autres éditions, les fêtes tournantes viennent d’atteindre leur vitesse de croisière à Tahoua.

Ce ne sont pas les riverains de la mare Babayé  devenue désormais un centre touristique majeur qui diraient le contraire. De Zoulanké à Ahardan en passant par Toudoun Adoum ou Touglawa, d’Ibiki à Tchigillawa puis Sabon Gari, la métamorphose de Tahoua saute à l’œil. D’imposants monuments donnent à Tahoua désormais cette attraction Sakola. Le quartier administratif vous offre d’agréables vues vous faisant croire être à la capitale du monde (New York) ou Paris. Ceux qui connaissent ces lieux avant seront totalement dépaysés tant l’équipe d’Issoufou Katambé les a majestueusement transformés.

Le gouvernorat et la case présidentielle (que d’aucuns appellent ‘’palais présidentiel’’) rénovés donnent à Tahoua l’allure d’un centre administratif qui rappelle le quartier ‘’plateau’’ d’Abidjan ou Abuja. La principale route de l’aéroport au gouvernorat a véritablement mis en avant la vision Sakola de Tahoua. La tribune officielle somptueusement installée est désormais susceptible d’abriter les grandes manifestations culturelles ou autres rencontres événementielles. La maison de la culture Albarka Tchibaou et le stade régional participent désormais à la modernisation de la ville de Tahoua avec la touche Sakola.

 Tahoua Sakola c’est aussi l’érection des sites touristiques dans la région comme ces tombeaux des 99 membres de la famille du Cheikh Ousmane Dan Fodio à Galma (Madaoua), la mosquée historique de Yamma, la mare de Babayé en un lieu de loisir pour la jeunesse, le site des squelettes des dinosaures de Kao (Tchintabaraden) et la revalorisation des sites historiques ou symboles des pouvoirs séculaires.

Un défilé civil et militaire à la hauteur de l’événement

A Tahoua, cette année les festivités de la fête tournante de la République dénommée Tahoua Sakola, la fête a été belle à la hauteur des ambitions du président de la République Issoufou Mahamadou. Les hommes de l’Ader ont réservé un accueil on ne peut plus chaleureux à leurs hôtes, invités et festivaliers. Dans l’ordre et la discipline, les adaraoua ont prouvé au président Issoufou leur soutien total pour mener à bien la mission à lui confiée par le destin à la tête du Niger.

Après la décoration des personnalités civiles et militaires par le président de la République, le défilé civil et militaire avait commencé. Tour à tour, nos vaillants soldats dans leurs prestations ont fait découvrir les hommes et leur matériel. C’était l’occasion une fois de plus pour les Nigériens de découvrir leur armée qui force l’admiration au plan international. Une armée de plus en plus jeune équipée avec du matériel de pointe pour faire face aux défis sécuritaires auxquels la zone du Sahel est confrontée.

Nul doute que ce défilé a permis aux uns et autres d’avoir un aperçu de l’armée nigérienne notamment les différents corps qui la composent et leurs missions. Une autre caractéristique de l’armée nigérienne c’est qu’elle regorge de plus en plus des jeunes gens militairement aptes à développer leur potentiel pour une armée moderne.

L’autre qualité non moins importante de l’armée nigérienne d’aujourd’hui,  c’est la spécialisation de plusieurs corps dans des domaines porteurs comme la lutte anti-terroriste, la criminalité organisée dans toutes ses formes et le maintien de l’ordre public avec des moyens aussi aériens que terrestres. L’armée nigérienne aujourd’hui participe sur plusieurs théâtres de maintien de la paix au plan international.

Après le défilé, les adaraoua ont égayé l’assistance à travers le défilé civil   avec des parades où la bravoure, les symboles du pouvoir ancestral et l’art de l’Ader ont été exposés. Les différentes chefferies traditionnelles et leurs démembrements ont fait des prestations attachantes. L’on vu de proche en proche, le Sarkin Adar d’Illéla, le Sarkin Gobir Toudou de Madaoua, le sarkin abzin, la chefferie de Kalfou et ceux des groupements peuls et touarègues de la région de Tahoua. Le chef de canton de Tahoua était pour sa part majestueuse installé en compagnie des sultans de Zinder, d’Agadez et les autres chefs des autres régions du Niger qui ont bien voulu faire le déplacement à Tahoua. Les dépositaires du pouvoir ésotérique n’étaient en reste : les azna, gardawa, wanzameye et mahalba étaient au défilé dans une posture festive en exhibant leur arsenal antique. D’aucuns disent qu’ils avaient dompté la nature ce qui expliquerait le beau temps qui a caractérisé la tenue de Tahoua Sakola à la différence d’Agadez Sokni où le vent avait même empêché de dérouler le tapis rouge !

La réussite de Tahoua Sakola a été boostée également par la participation de ces chefs d’Etat voisins et amis du Niger. Tahoua est vraiment désormais Sakola. Le président Issoufou a posé les jalons d’une ville moderne comme dans les autres régions du pays. Il faut dire mention spéciale au Pr Issoufou Katambé et son équipe qui ont abattu un travail de qualité. Le mérite revient également aux populations de l’Ader et de la diaspora qui ont fait montre de sacrifice et de générosité dans la mise en œuvre de la première phase du programme Tahoua Sakola. Les femmes Sakola avaient joué un rôle décisif dans la réussite de ce grand événement ce qui a valu une décoration à la présidente du comité des femmes Tahoua Sakola à savoir Mme Bety Aïchatou Oumani.

On ne peut pas parler du succès éclatant de Tahoua Sakola sans évoquer l’apport des investisseurs privés. Très tôt dès la mise en place du comité Tahoua Sakola, son président Issoufou Katambé avait fait la navette à l’extérieur pour mobiliser la diaspora nigérienne à travers le monde. Il avait constamment appelé les opérateurs économiques de venir investir à tahoua. Dans cette lancée, l’honneur revient également à ces investisseurs privés dans l’exécution des marchés à eux confiés en livrant les ouvrages dans les délais. D’autres ont fait des investissements extraordinaires comme ces 40 villas Adoua de haut standing qui ont permis d’héberger les hautes personnalités et invités de marque. Cet investissement privé n’a de pareil que le village de la Francophonie de Niamey.

L’un dans l’autre, la fête Tahoua Sakola a été belle et nous n’exagérons rien en disant qu’à cette étape, les fêtes tournantes ont atteint leur vitesse de croisière. L’on imagine plus extraordinaire Zinder Saboua dont le comité d’organisation a été mis en place en temps réel.

Toutefois, comme toute œuvre humaine Tahoua Sakola est loin d’être une organisation parfaite. Elle a ses ratés. Entre autres, citons ceux liés à l’hébergement, à la restauration et au transport. Ces manquements communs à toutes les fêtes tournantes  sont inhérents au délabrement de l’état de nos capitales régionales d’où la nécessité de les doter des infrastructures à même d’inverser la tendance.

Tahoua Sakola a été un tournant décisif dans l’organisation des fêtes tournantes. Les adaraouas ont su relevé ce grand défi. In fine, après tant de sacrifices, les hommes de l’Adar clament sans exception ‘’komada an ka yi’’,  autrement dit le jeu en vaut la chandelle.

Elh. Mahamadou Souleymane et Abdoul Aziz Moussa

 

© NigerInter.com

Niger Inter

GRATUIT
VOIR