Le 31 décembre dernier, l’Opposition nigérienne avait organisé une marche suivie de meeting à la place de la concertation. Dans la déclaration de l’Opposition, le moins qu’on puisse dire c’est que le FRDDR et le FPNAD viennent résolument de renoncer à leur posture anti républicaine et défaitiste à savoir la demande ‘’du départ immédiat de l’usurpateur Issoufou Mahamadou’’.

Cette demande spécieuse parce que aux antipodes avec l’esprit républicain était pourtant revenue dans toutes leurs déclarations antérieures. C’était cela justement prendre des vessies pour des lanternes. Un petit jeu pour attirer l’attention sur soi comme savent le faire tous les bébés du monde.

L’autre constat c’est la modération du discours de l’Opposition à travers non seulement cette déclaration mais aussi les vœux du chef de file de l’Opposition qui a fait profil bas en s’accrochant aux valeurs essentielles du vivre ensemble.

« Je ne doute nullement que, par-delà nos différences, nous pouvons parce que nous le devons, bâtir un Niger où il fait mieux vivre, où règne la justice, pour nous-mêmes, nos enfants ainsi que les générations à venir. Car je demeure convaincu que ce qui nous unit est plus fort », a écrit Hama Amadou dans son message à l’occasion du nouvel 2018. L’opposition politique nigérienne revient aux fondamentaux de la lutte démocratique, comme qui dirait. Le récent exemple libérien l’aurait-elle inspirée ?

Le seul hic c’est que l’Opposition nigérienne n’arrive pas à se départir de son nihilisme, cette posture qui consiste à peindre tout en noir. Dans la déclaration du 31 décembre 2017, le FRDDR-FPNAD tout est peint en noir.

  Des prophètes de malheur. On en voit de plus en plus au sein de l’opposition politique nigérienne, la société civile et quelques illuminés en perte de vitesse et de référence. Cette espèce ne voit que du noir au Niger. Tous leurs pronostics passés voués à l’échec ne les convainquent pas que ce pays a besoin plus que de piètres boutefeux et nihilistes de leur acabit. A en croire des lubies de quelques-uns de ces coupeurs de cheveux en quatre via réseaux sociaux et médias, c’est comme qui dirait que le président Issoufou passe pour pharaon à Niamey. Leurs fantasmes laissent croire quelques naïfs que le régime ne tient plus la route et il tombera par un simple coup de baguette magique.

Certes l’Opposition vient de faire amende honorable en optant pour la noble voie de la lutte démocratique à savoir battre le pavé. Mais celle-ci exige patience et persévérance. Ce n’est pas autrement que l’alternance se réalisera. On ne saurait conquérir ou reconquérir le pouvoir démocratiquement en se figeant dans une posture hors la loi. Il faut simplement dire que l’Opposition nigérienne a fait une très bonne résolution pour cette année 2018. Pourvu que ça dure !

Tiemago Bizo