Suite aux sorties médiatiques de Me Oumarou Soulèye, avocat à la Cour, tant sur les ondes nationales qu’internationales à l’occasion de l’examen par la Cour de cassation du dossier de la procédure dite des « bébés importés », et où il soutient qu’il a été empêché de consulter le dossier dans son intégralité, nous tenons à apporter les précisions ci-après.

Me Oumarou Soulèye, avocat de Monsieur Hama Amadou, ayant formé pourvoi en cassation pour le compte de son client, a volontairement choisi de ne pas déposer de mémoire.

Il en avait pourtant la possibilité conformément à la loi, soit lors de la déclaration de pourvoi, directement à la cour d’appel, soit à la cour de cassation dans les dix jours suivant cette déclaration.

C’est seulement lorsque l’instruction du pourvoi est terminée, que toutes les autres parties aient déposé leurs mémoires et que le conseiller rapporteur a clôturé son instruction par le rapport, qu’il surgit pour exiger la consultation du dossier.

Tout naturellement le dossier lui a été présenté, mais sans le rapport et les conclusions du ministère public.

Ces deux pièces sur lesquelles se fonde Me Oumarou Souleye pour soutenir qu’il n’avait pas eu accès à l’intégralité du dossier sont des pièces internes à la Cour.

C’est l’application pure et simple des articles 580 et 581 du code de procédure pénale.

Enfin aucun mémoire ne pouvant être déposé après la clôture du rapport qui marque la fin de la procédure contradictoire c’est en parfaite application de la loi.

La suite n’est que corollaire de cette abstention volontaire et nul n’a le droit de se prévaloir de ses propres turpitudes.

 

Fait à Niamey, le 5 février 2018

Le Procureur Général

Niger Inter

GRATUIT
VOIR