Pour le président nigérien, qui a reçu l’Opinion avant de prendre la tête de la force régionale de lutte contre le terrorisme, la paix est conditionnée « à la défaite du terrorisme » et au règlement de la crise libyenne.

Les chefs d’Etat des pays membres du G5 Sahel (Mauritanie, Mali, Burkina faso, Niger, Tchad) se réunissent à Niamey mardi pour faire le bilan du déploiement de la force conjointe dans la zone centre (frontières entre le Mali, le Niger et le Burkina Faso), axe de recrudescence des attaques terroristes. Cette rencontre verra la passation de témoin à la tête de la structure régionale ad hoc de lutte contre le terrorisme et le sous-développement entre les présidents Ibrahim Boubacar Keïta, du Mali, et Mahamadou Issoufou, du Niger.

« Ce n’est pas de maintien de la paix dont il s’agit mais d’une guerre contre les groupes terroristes qui menacent l’unité du Mali et ravagent le Sahel », confie à l’Opinion Mahamadou Issoufou, avant de prendre la présidence tournante du G5 Sahel. Le président du Niger plaide pour une pression accrue des armées de la région au nord et au centre du Mali, où l’Etat fait face à une recrudescence des attaques. « Il serait préférable de placer notre force conjointe du G5 Sahel sous le chapitre VII de la Charte de l’ONU, qui autorise le recours à la force. Mais les Etats-Unis, que nous ne désespérons pas de convaincre, ne sont pas d’accord », ajoute-t-il en déplorant que le milliard de dollars consacré chaque année à la Minusma – la force onusienne – ne soit pas mieux exploité.

Pour la France, les autorités maliennes doivent réinvestir la région du Macina, au centre du Mali, largement désertée par les forces de sécurité et l’administration ces dernières années. « Il faut trouver les canaux de discussion avec les personnalités de cette région et les groupes du nord pour permettre le retour de l’Etat malien, pense un responsable français. Il faut leur donner le sentiment qu’on les associe au processus et que les populations ne seront plus marginalisées. »

Le chef de l’Etat nigérien n’est pas isolé dans sa croisade contre les groupes djihadistes. Lors du Sommet des dirigeants de l’Union africaine, fin janvier à Addis Abeba, plusieurs voix se sont élevées contre l’inefficacité des Casques bleus. « Au Mali, on envoie une force de maintien de la paix alors que le pays est en guerre, déplore le président guinéen, Alpha Condé. Vous ne pouvez pas vous interposer puisque les gens vous attaquent. Mon bataillon (le bataillon Gangan) l’a été à Kidal parce qu’il n’y avait pas de radar… Il est aussi difficile de demander à nos amis asiatiques de venir mourir en Afrique. Parce que ce ne sont pas leurs pays qui sont concernés. Seuls les Africains peuvent se battre en Afrique. »

Rapport de forces. Les présidents Condé comme Issoufou appellent à une aide accrue aux troupes africaines, un meilleur accompagnement financier et technique qui pourrait être confié aux meilleures armées africaines. « C’est au G5 de répondre aux menaces terroristes et identitaires, à lutter contre les groupes criminels, ajoute Mahamadou Issoufou. La mise en œuvre de l’accord de paix au Mali est conditionnée à la défaite des terroristes. »

Cette stratégie a été mise en œuvre par le Niger dans le passé quand le pays a été confronté à une rébellion touareg. Les autorités ont mené la guerre sur le terrain afin d’inverser le rapport de forces et négocier la paix, à leur avantage. C’est aussi la politique menée par la Force multinationale mixte (FMM) dans le bassin du Lac Tchad. Cette force, composée des armées du Nigeria, du Cameroun, du Niger et du Tchad, a regagné du terrain face aux combattants de Boko Haram. Ce qui a permis à Niamey de lancer un appel en 2016 à ceux qui étaient disposés à déposer les armes.

Les autorités ont négocié des redditions de combattants et mettent en œuvre un programme de déradicalisation et de réinsertion, dans un camp en périphérie de Diffa, au sud-est du Niger, avant leur réintégration à la vie civile. Comme la guerre ne peut être remportée seulement par les armes, les dirigeants de la région ont demandé à la communauté internationale d’intensifier leurs efforts pour développer ces régions. C’est l’autre volet, celui du développement du G 5 Sahel et de l’Alliance pour le Sahel. Une conférence de financement doit se réunir en février à Bruxelles pour trouver les milliards d’euros qui permettront de financer les projets économiques et sociaux (éducation, agriculture et élevage, gouvernance, énergie).

Misère. Au Sahel comme dans le bassin du Lac Tchad, la naissance des mouvements terroristes puise leur source dans la misère. L’extrême pauvreté touche entre 40 % et 50 % de la population de la zone. Au nord du Mali, la sécheresse est facteur de pauvreté. Dans le bassin du Lac Tchad, la réduction de 90 % du niveau des eaux du fleuve a bouleversé l’économie locale. Les pays de la région plaident pour la réactivation d’un vieux projet, onéreux mais qu’ils jugent indispensable : le transfert des eaux du fleuve Oubangui vers le lac. Pour cela, il faudra créer un long canal d’irrigation afin de dérouter les eaux de leur trajectoire. Ce projet devrait être discuté fin février à Abuja, au Nigeria, lors d’une conférence de l’Unesco et de la Commission du bassin du Lac Tchad.

La chute de Mouammar Kadhafi, en 2011, a accentué la circulation des armes et entraîné le retour des combattants. D’où la nécessité de stabiliser au plus vite la Libye. « Je suis un peu désespéré, avoue le président nigérien. Le pays est trop divisé, tribalisé, avec des milices puissantes que je n’imagine pas accepter un désarmement ». Là encore, le dirigeant plaide pour l’envoi d’une force, dont la composition et la bannière restent à déterminer, pour combattre les terroristes afin de faire avancer la feuille de route des Nations unies.

« Ça n’avance pas assez vite, poursuit-il. Il faut aussi une Constitution et des élections pour mettre fin à la désorganisation de l’Etat ». L’émissaire de l’ONU pour la Libye, le Libanais Ghassan Salamé, y travaille d’arrache-pied, sans négliger les difficultés dans ce pays où les différentes forces politiques et militaires ne se font pas confiance. « Si on ne règle pas le problème de la Libye, on ne pourra pas ramener la paix dans le Sahel ni combattre le djihadisme et sa pensée qui se diffuse dans la région », conclut Mahamadou Issoufou.

Opinion

Niger Inter

GRATUIT
VOIR