La nouvelle cimenterie du Niger NCN Diamond S.A bientôt opérationnelle. Lancés en juillet 2011, les travaux de construction de ce gigantesque complexe industriel planté au cœur du grand Ader sur un terrain d’une superficie de 350 000m2, le plus grand du Niger ont repris de plus bel après une période de léthargie. Le constat est rassurant. Il a été fait,  samedi dernier, par le ministre de l’industrie M Mallam Zaneidou Amirou qui a effectué une visite à Malbaza pour apprécier l’effectivité de cette reprise et voir l’état d’avancement des travaux. Une fois terminés, ces travaux permettront de rentrer la phase  opérationnelle de production du ciment de cette nouvelle cimenterie qui offrira aux nigériens de ciment de bonne qualité et au prix défiant toute concurrence. Mieux avec une capacité estimée à 540tonne/ an, la NCN Diamond SA couvrira largement le besoin national en ciment, tant pour les particuliers que pour les grands projets d’infrastructures et fera du Niger un pays exportateur du ciment.

 Accompagné du Préfet du département de Malbaza,  de plusieurs responsables de son département ministériel, le ministre  Mallam Zaneidou Amirou a trouvé sur place à Malbaza  le Président du conseil d’administration de ladite société M Idi Ango Ibrahim, le directeur général ainsi que tous les partenaires de ce grand projet qui lui ont réservé un accueil chaleureux. La NCN S.A est une unité industrielle qui sûrement fera la fierté du Niger et le bonheur des nigériens désireux de se procurer du ciment à bon prix pour se construire une maison ou réaliser tout autre projet immobilier.  C’est aux environs de 12h45mn et sous une chaleur de plomb accompagnée d’un vent poussiéreux que le ministre a foulé le sol riche en calcaire de Malbaza pour entamer une longue mais instructive visite de  ce chef d’œuvre  moderne.  Pour un complexe industriel,  la NCN en est véritablement un,  au vu de son immensité mais aussi et surtout de ses installations et des  équipements de haute  technologie utilisés dans la chaine de production. Du concasseur de la matière première à l’atelier d’ensachage du ciment en passant par les silos d’homogénéisation,  les trémies, les broyeurs de boulées, les silos de stockage, la salle de contrôle, la tour de préchauffage ou encore  le four  de cuisson et bien d’autres endroits perdus dans ce complexe si complexe, le ministre de l’industrie s’est intéressé, sans se ménager,  à tout le processus conduisant à l’obtention de la précieuse poudre qu’est le ciment. M Mallam Zaneidou Amirou a eu tout le plaisir de parcourir le kilomètre sur lequel s’étale l’usine, arpentant les longs couloirs, empruntant  les escaliers et les voies sinueuses ou exiguës tout en recueillant des explications de la part du responsable indien des lieux et des chefs des sections et services.  Pendant de longues heures, le ministre n’a laissé aucun détail lui échapper jusqu’à son arrivée à l’atelier de l’ensachage et au bord du ruban de transport du produit fini.   A cette dernière étape,  le ministre a eu droit à une séance de mise en sac du ciment dont lui-même ainsi que le préfet ont  été invités à  remplir quelques sacs. La visite aura  répondu à l’attente du ministre ? Oui a-t-il dit avec un grand soupir qui en dit tout sur son émotion de voir les travaux de construction de l’usine prendre enfin le chemin de la finition. «  Je suis animé par un sentiment de joie et de fierté d’avoir visité ce joyau.  La fierté   d’avoir cette première plus grande unité industrielle dans notre pays et qui n’a rien à envier aux grands cimentiers du monde » a dit le ministre qui a souligné sa satisfaction  pour la reprise des travaux et le taux d’exécution plus de 85%.  La NCN est une unité dont l’intérêt est grand pour le Niger lorsqu’on sait que le Niger est un pays  importateur de ciment qui sortira bientôt de cette dépendance vis-à-vis de l’extérieur en produisant lui-même son ciment pour satisfaire la totalité du besoin national. Le ministre a salué le courage et l’audace des opérateurs nigériens et leurs partenaires qui, selon lui, ont cru au projet et osé investir une somme colossale (48milliard FCFA) et entreprendre un si grand challenge pour donner au Niger sa plus grande unité industrielle qui aura pour entre autres atouts d’offrir des emplois directs à des centaines de jeunes nigériens. L’initiative du Président du conseil d’administration a bénéficié de tout le soutien des autorités qui lui ont  accordé une grande importance et mis un point d’honneur à sa concrétisation en lui accordant toutes les facilités requises conformément à l’esprit de la loi de 2014 instituant le code des investissements. Sur la capacité de la NC à répondre aux besoins des populations, le président du conseil d’administration M Idi Ango Ibrahim  a réitéré ses remerciements au ministre pour son déplacement à Malbaza. Un déplacement qui lui a permis de constater le redémarrage  effectif mais de manière intensive des travaux sur le chantier qui est aujourd’hui d’exécution de plus de 85%. Expliquant qu’ils ont l’ambition de finir les travaux dans cinq à six mois, M Idi Ango Ibrahim a souligné que le Niger sera donc doté de sa première cimenterie de l’ère moderne, la plus grande qui soit avec la capacité de couvrir toute la demande locale mais aussi celle des pays voisins en ciment de très haute qualité. La mise en service de la NCN viendra corriger une anomalie, de dissiper un paradoxe d’un pays qui dispose de  toutes les matières  premières en quantité et en  qualité mais qui reste dépendant de l’extérieur pour se procurer le ciment a dit le PCA. «  On n’importe rien pour produire du ciment, contrairement à d’autres pays. Et en toute logique on devrait être le pays qui la plus grande usine de  cimenterie dans la sous-région, parce que nous sommes l’un des rares pays à disposer des tous les ingrédients » a-t-il  estimé  affirmant sans ambages qu’avec cela le Niger est capable de  produire l’un des ciments les moins chers de l’Afrique de l’Ouest et satisfaire toute la demande nationale, stabiliser le prix en arrêtant la fluctuation ainsi que les pénuries préjudiciables aux consommateurs nigériens qui, selon lui,  dépensent plus de 65milliar/an pour importer du ciment  Mieux, le Niger produira pour aller à la conquête du marché de la sous-région.  « Dans quelques mois, inchaa Allah,  nous allons non seulement couvrir la demande nationale en ciment mais aussi  attaquer les marchés qui sont autour de nous » a  promis le PCA de la NCN S.A tout en précisant que les promoteurs comptent  sur la continuation du soutien de l’Etat en faveur de ce projet qui aura coûté à terme 48milliards F CFA, un investissement  dans lequel les partenaires nigériens sont en première ligne et qui offrira des cenaines d’emplois directs aux jeunes nigériens.

Zabeirou Moussa