Les Ministres de la Défense, de l’Intérieur et des Affaires étrangères, les Chefs d’Etat-major et les Directeurs des Services de Renseignement de la Libye, du Niger, du Soudan et du Tchad se sont réunis à Niamey le 3 avril 2018, à l’initiative du Président de la République du Niger, SE Mahamadou Issoufou, à l’effet de se concerter sur l’insécurité aux frontières communes aux quatre pays.

  1. Considérant que la zone sud de la Libye est devenue un foyer de menaces graves et persistantes pour les quatre pays, et sert de base non seulement pour les organisations terroristes, les trafiquants de tout genre (trafics de migrants, d’armes, de drogues, etc.) mais aussi à des groupes armés hostiles aux pays voisins se livrant au mercenariat et aggravant de ce fait la crise libyenne ;

  1. Conscients que nos pays se sont toujours investis à tous les niveaux pour promouvoir la paix, la sécurité et la stabilité dans la sous-région ;

  1. Rappelant l’impérieuse nécessité pour nos Etats de faire face de façon solidaire et adéquate aux différents défis relatifs à la recherche de la paix, de la sécurité et de la stabilité dans la sous-région ;

  1. Conscients que l’un des moyens privilégiés à la disposition de nos Etats pour assurer la paix, la sécurité et la stabilité dans la zone, demeure incontestablement la coopération dans le cadre de la sécurisation des frontières ;

  1. Considérant l’étendue de notre espace commun à sécuriser, la porosité des frontières, la modicité des moyens dont disposent nos Etats et l’ampleur des menaces pesant sur l’ensemble de cet espace ;

  1. Eu égard à la complexité de la situation sécuritaire liée aux interconnections entre les différents acteurs de cette insécurité ;

  1. Prenant en compte l’urgence d’une action conjointe concertée et la nécessité de la mise en place d’un cadre juridique de coopération à la hauteur des menaces pesant sur la sécurité et la stabilité de leurs pays ;

  1. Soulignant l’importance des frontières stables, sûres et sécurisées pour le développement économique et social des contrées de la zone frontalière ;

La réunion :

  • Convient de la mise en place d’un mécanisme de coopération en matière de sécurisation des frontières et de lutte contre la criminalité transnationale organisée (trafics d’armes, d’êtres humains, de drogues, etc.), le terrorisme, le banditisme armé et les groupes armés se livrant au mercenariat. Dans ce cadre, les Etats s’engagent à signer un protocole d’accord sur le renforcement de la coopération en matière de sécurité et de surveillance des frontières communes. Ce protocole d’accord fera l’objet d’une réunion d’experts à Ndjaména le 3 mai 2018.

 

  • Recommande la coordination des actions à travers des opérations conjointes des Forces de Défense et de Sécurité (FDS) de leurs pays. Les modalités pratiques de la conduite des opérations conjointes seront définies ultérieurement.

  • Propose le développement des échanges d’informations et de renseignements entre leurs services compétents.

  • Propose la mise en place d’un cadre juridique de coopération à travers un accord de coopération judiciaire entre les quatre Etats.

  • Encourage la promotion des projets de développement transfrontaliers pour soutenir les initiatives de sécurisation des frontières.

A l’issue de la réunion, les participants ont été reçus par le Président de la République, Chef de l’Etat, SE Mahamadou Issoufou, auquel ils ont exprimé, au nom de leurs Chefs d’Etat et de gouvernement respectifs, leur gratitude pour avoir pris l’initiative de cette importante rencontre.

Ils ont enfin remercié le gouvernement et le peuple nigériens pour l’accueil et l’hospitalité dont ils ont été l’objet pendant leur séjour dans le pays.

 

Fait à Niamey, le 3 Avril 2018

La réunion