Camarades membres du BEN-OJT ;

Camarades militantes et militants du PNDS-Tarayya ;

Chers camarades ;

Par la grâce de Dieu, notre grand parti le PNDS-Tarayya a tenu son 7e Congrès ordinaire les 23 et 24 Mars dernier. Ces assises, il faut le rappeler pour s’en féliciter, se sont tenues dans un climat empreint de chaleur, de cordialité, de convivialité, de complicité et de fraternité. Quoi de plus normal lorsque l’on sait que notre parti est bâti sur un socle de valeurs. En effet, depuis la création du PNDS-Tarayya, son unité et sa cohésion ont toujours forcé l’admiration.  C’est sans doute ce qui lui a permis d’être le seul parti de l’échiquier politique national à enregistrer une progression sans cesse croissante, depuis l’avènement de la démocratie au Niger. Cela n’est pas le fruit du hasard, et nos adversaires feraient mieux d’en prendre de la graine. Il est alors tout à fait indiqué que nous témoignons notre reconnaissance aux fondateurs pour avoir fait, par leur abnégation, leur engagement et leur sacrifice, du PNDS notre fierté. C’est aussi le lieu de féliciter les camarades qui ont été élus au sein du Comité Exécutif National, en particulier le premier d’entre eux, le Camarade Bazoum Mohamed, reconduit à l’unanimité des 288 sections. Notre ferme conviction est qu’il poursuivra sans relâche, l’œuvre de consolidation des acquis de notre parti et qu’il s’évertuera à le mener vers de nouvelles victoires.

Chers camarades,

C’est dans la même ferveur et le même engouement que se sont tenues, quelques semaines auparavant, les assises du Congrès de notre organisation ; j’ai nommé OJT (Organisation de la Jeunesse Tarayya). A l’issue de ce congrès, un nouveau bureau a été mis en place, composé de camarades politiquement engagés, loyaux, dynamiques, soudés et combatifs face à l’adversité, à l’instar des membres fondateurs du parti.

Ainsi, le PNDS a fait le seul pari qui vaille, celui de l’avenir.

Chers camarades,

Le BEN/OJT vous assure de sa profonde détermination à défendre les valeurs et les idéaux du parti et à assurer son rôle de soutien et de défenseur de l’action Gouvernementale.

Pour ce faire, nous entendons mettre l’accent sur deux axes principaux :

  • La formation continue de ses militants en vue de les doter d’un corpus politique et idéologique solides, à même de leur permettre d’appréhender les défis majeurs et complexes qui sont ceux de notre époque ;
  • La communication sur les nombreuses avancées enregistrées sous la mandature du Président Issoufou, tant elles sont inédites et éclatantes dans le contexte sécuritaire et économique auquel notre pays fait face.

Chers camarades,

Demain 2 avril 2018, cela fera exactement 7 ans que le Président de la République, SEM Issoufou Mahamadou conduit avec maestria aux destinées du pays, et ce, malgré tous les chocs, sécuritaire, économique et climatique auxquels le Niger est confronté. Le Chef de l’Etat a su, à travers la mise en œuvre du Programme de la Renaissance, mettre le pays à l’abri des tourments qui assaillent la sous-région, et poser ainsi les jalons d’un véritable décollage économique et social durable de notre pays.

Chers camarades,

Il vous souviendra que le premier axe du programme de la Renaissance consistait à la mise en place d’institutions démocratiques, fortes, crédibles et durables. Aujourd’hui, toutes ces institutions prévues par la Constitution, ont été mises en place et fonctionnent normalement.

Sur le plan sécuritaire, il s’agit là sans nul doute du plus bel exploit qu’aura réalisé le Président de la République. En effet, dans un contexte marqué par la désintégration de l’Etat Libyen, la destabilisation profonde de l’Etat Malien par les groupes terroristes et criminels, et l’obscurantisme religieux incarné par la secte Boko Haram, aucun expert n’aurai fait le pari de la stabilité du Niger.Mais voilà que, grâce à l’abnégation  et à la ténacité du Chef de l’Etat, ce visionnaire qui, avant tous, avait compris qu’il ne pouvait y avoir de développement sans sécurité, pas un seul Km2 de notre territoire n’est tombé aux mains des forces ennemies. A ce titre, nous saluons la mise en place de la Force Mixte Multinationale dans le bassin du Lac Tchad, et de la Force du G5 Sahel, qui montrent si besoin est, la détermination des Etats Africains à assurer eux-mêmes leur propre sécurité. Nous exprimons à cet égard nos vives félicitations au Président de la République pour sa désignation à la tête du G5 Sahel. Nous saluons les résultats déjà enregistrés sous sa direction dans le cadre du financement du G5 Sahel et l’encourageons à poursuivre ses efforts de sécurisation de notre pays et de l’espace sahélien dans son ensemble.

Chers camarades,

Sur le plan économique, en dépit de la chute abyssale du cours des matières premières comme l’uranium et le pétrole, de la récession qui sévit au Nigéria, premier partenaire commercial du Niger, ou encore de la crise économique mondiale, le Niger continue d’enregistrer un taux de croissance moyen de 6%. Il faut également se féliciter de l’attractivité grandissante de notre pays et de son économie. Nous en voulons pour preuve la progression constante du Niger dans l’Indice Doing Business de la Banque Mondiale, qui est un indicateur important de mesure du climat des affaires.

Dans ce registre, nous sommes fiers que le Président de la République ait conduit avec succès le projet de la mise en œuvre de la Zone de Libre Echange Continentale Africaine à lui confié par l’Union Afrique. En faisant aboutir cet accord qui va indiscutablement transformer les économies du continent, l’histoire retiendra désormais que le Président Issoufou, dans le sillage de figure telle que Kouame N’krumah, est ce leader qui a fait aboutir  ce vieux rêve panafricaniste   à savoir la réunification de l’Afrique.

Sur le plan de la sécurité alimentaire, c’est le lieu de saluer la mise en œuvre de l’Initiative 3N, « les Nigériens Nourrissent les Nigériens » qui a permis au Président de la République de tenir son engagement qui était :« Dorénavant, sécheresse ne doit plus être synonyme de  famine ». Cette initiative a permis d’augmenter la production céréalière et irriguée, ainsi que l’amélioration du rendement et de l’exploitation du cheptel.Ceci est d’autant plus important, que 80% des nigériens vivent de l’agriculture et de l’élevage.

Sur le plan de l’accès à l’eau, comme le dit régulièrement le Président de la République, l’eau constitue la première préoccupation des populations. A cet effet, des réalisations sans commune mesure en matière d’hydraulique urbaine, villageoise et pastorale ont été enregistrées.

Sur le plan des Infrastructures, le bilan se passe de tout commentaire. En effet, même nos plus farouches opposants reconnaissent le travail abattu dans ce domaine. Il suffit pour cela de contempler le visage nouveau qu’affichent désormais nos capitales régionales, grâce à la tenue des fêtes tournantes du 18 décembre. S’agissant particulièrement de la Capitale Niamey, on ne peut qu’être subjuguépar les réalisations du programme Niamey Nyala.

A cet égard, nous déplorons qu’au moment ou le Président de la République s’évertue a rendre coquette notre capital , certains de nos compatriotes radicalisés et aveuglés par la haine s’activent à poser quotidiennement des  actes de vandalisme et de dégradation de ces infrastructures si chèrement acquises .

Aussi, c’est le lieu de rappeler que  ce lourd investissement en termes d’embellissement de nos villes doit s’accompagner d’un changement radical de nos comportements afin de préserver ces joyaux.

Sur le plan de l’éducation, nous saluons le courage et la fermeté du gouvernement dans son œuvre d’assainissement de l’école et dans la promotion d’un enseignement de qualité. L’école doit jouer son rôle d’ascenseur social permettant ainsi, au fils du paysan de devenir médecin, avocat, Ministre ou Président de la République.

Néanmoins, nous appelons le Gouvernement à accorder une attention toute particulière à notre université, qui traverse une période particulièrement difficile. En effet, c’est l’avenir de notre pays qui s’y joue, rien de moins.

Sur le plan de la Santé, nous retiendrons la réalisation la plus emblématique, l’Hôpital Général de Référence, dont la renommée a déjà franchi nos frontières.

Sur le plan de l’emploi des jeunes, le Président de la République Mahamadou Issoufou s’était engagé à créer 50.000 emplois par an sur les 5 premières années de son mandat. Au total, ce sont plus de 700.000 emplois qui ont étés créés.

Avec une population composée majoritairement de jeunes, le Gouvernement doit veiller à créer les conditions de leur employabilité, notamment par le biais de l’enseignement professionnel et technique. Cela permettra de disposer d’une main d’œuvre qualifiée, à même de soutenir l’expansion du secteur secondaire.

Après  une analyse minutieuse de l’état de notre société et particulièrement des freins qui bloquent son épanouissement, le Président de la République a décidé de faire de la renaissance culturelle le fer de lance de son action durant son deuxième et dernier mandat.

En effet, comme il l’a décrit dans ce qui restera l’un de ses discours les plus mémorables, à l’occasion du colloque national des experts pour la validation du programme de renaissance culturelle,cette dernière vise la triple modernisation de notre pays : économique, sociale et politique.

Chers camarades,

Nous ne saurions passer sous silence l’actualité socio-politique qui alimente les débats de ces derniers jours.

Nous observons ces derniers temps, plus que par le passé, une excitation injustifiée et malsaine de quelques individus et de certains médias, agissant minablement et sournoisement sous la bannière de la société civile.

Le ridicule de ces individus est tel qu’ils pensent que leurs élucubrations éhontées et leurs montages grossiers, leur acharnement à décrédibiliser les institutions de la République, devaient aboutir à provoquer une insurrection pouvant les catapulter comme par enchantement aux commandes de l’Etat. En effet, rien de moins étonnant à cela, car ils sont eux-mêmes convaincus que jamais, le peuple nigérien ne se fourvoiera au point de les porter démocratiquement au pouvoir.

Ils ont pendant longtemps bassiné les nigériens avec des arguments plus débiles les uns que les autres. A titre illustratif, celui de la taxation des orphelins qu’aurait impliqué la loi de finances. Alors que cette loi, adoptée par l’Assemblée Nationale est en vigueur depuis 3 mois, aucun, absolument aucun orphelin, n’a vu un agent des impôts lui réclamer la part d’héritage de l’Etat.Cet argument a fini à juste titre par s’étioler  tant il était farfelu et dénué de bon sens. Mais rien de surprenant,  lorsque l’on sait combien ces individus manquent de scrupule. En vérité, la loi des finances n’est qu’un prétexte pour embarquer les paisibles populations dans une aventure uniquement dictée par leur nature pathologiquement putschiste doublée de l’incapacité de leurs esprits de s’accommoder des principes démocratiques. En tout état de cause, l’OJT réaffirme son engagement à protéger l’aspiration profonde à la Démocratie  du peuple nigérien et à défendre les institutions de la république.

Leurs nombreux meetings et marches autorisés devenant inopérants, il leur fallait à tout prix imaginer des scénarios abracadabrants : manifestations de nuit dans un contexte d’insécurité, injures systématiques et outrances à l’égard du Chef de l’Etat, incitation à l’insurrection et à la désobéissance civile etc … ;

Nous pensons qu’il est tout à fait loisible à tout citoyen d’être critique à l’égard d’une loi quelle qu’elle soit, et de le faire savoir. Toutefois, ceci doit se faire dans le strict respect des dispositions en vigueur. Mais que des individus s’érigent en une instance au-dessus de l’Assemblée Nationale pour sommer le Gouvernement d’annuler manu militari une loi votée par les véritables représentants du peuple nigérien, relève tout simplement d’une intolérable insulte à l’égard du  peuple.

C’est pourquoi, nous nous réjouissons que la justice se soit saisie de cette affaire, et nous sommes persuadés qu’elle lui réservera un traitement  adéquat.

Dans le même ordre d’idée, comment ne pas déplorer et s’affliger de l’utilisation scandaleuse que certains journalistes font de la liberté de la presse, si chèrement acquise. En témoigne, la « Une »  cette semaine d’un Journal qui a poussé l’outrecuidance jusqu’à faire un doigt d’honneur au Président de la République. Du haut de son ignorance et de son ignominie, il n’a pas compris qu’en s’en prenant de la sorte au Chef de l’Etat, il s’est attaqué à travers lui, au peuple nigérien lui-même. Cet acte inique et indigne déshonore non seulement son commanditaire, mais contribue à jeter l’opprobre et le discrédit sur l’ensemble de la presse nigérienne. Quel triste constat, quand on sait que tous les jours, de par le monde, des journalistes au péril de leur vie, luttent pour conquérir cette liberté.

C’est l’occasion pour nous d’appeler cette presse à se ressaisir et à faire preuve d’éthique, de déontologie et de responsabilité dans l’exercice de  sa noble profession.

C’est aussi le lieu de lancer un appel fraternel à l’ensemble de la jeunesse de notre pays pour qu’elle se démarque de toute aventure visant à saper l’élan de développement amorcé par notre pays.

Pour conclure, chers camarades, nous réaffirmons notre engagement à soutenir le Président de la République et le  Gouvernement, dans l’intérêt strict du peuple nigérien.

 

Vive l’OJT

Vive le PNDS TARAYYA

Vive le Niger renaissant