Les éléments nouveaux versés par l’Etat du Niger dans le dossier Africard ont été déterminants dans la décision rendue le 12 avril 2018 par la Cour commune de justice et d’arbitrage (CCJA), annulant toutes les saisies des biens du Niger effectuées à l’étranger par la société Africard.

Cette même juridiction a ordonné, dans sa décision, la réouverture du dossier, ce qui permettra de reprendre la procédure, ce qui permettra également au Niger, à travers ses avocats, de faire prévaloir tous les éléments de preuves en sa possession qui attestent que les juges qui avaient rendu la décision arbitrale de 2012 ont été arrosés par les responsables d’Africard.

Un revers pour cette société qui pensait soutirer, sur la base du faux, quelque 16 milliards de Fcfa à l’Etat du Niger sans avoir produit un seul exemplaire du passeport biométrique. Et cela sans compter la détermination du Niger et de ses avocats dans cette bataille juridique contre des escrocs internationaux.

Outre la société Africard, c’est l’ensemble de ses complices au Niger et ailleurs qui viennent de prendre une douche froide par cette décision du CCJA. Le plus dur pour ces derniers est à venir. Africard et ses complices seront battus à plate couture dans ce faux procès intenté à l’Etat du Niger.

M. Oumar Issoufa

 

 

Niger Inter

GRATUIT
VOIR