Du 21 au 27 avril 2018 s’est tenue à l’hotel Royal Suites Hôtel de Nouackchott, sous la présidence de l’Honorable Commissaire Cheikh TouradOuld Abdel Malick, Commissaire des droits de l’homme et de l’action humanitaire de la République de Mauritanie, en présence de la Présidente de la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (CADHP), l’Honorable Soyata Maiga, le forum  des ONGs et la 36ème Foire africaine du livre des droits de l’homme, organisée et animée par le Centre africain d’études sur la démocratie et les droits de l’homme (ACDRHS).

Ces assises semestrielles se sont penchées sur la situation des Droits de l’homme sur le continent à travers l’état des lieux dans différents pays. Plus de 200 structures provenant du continent et d’autres du reste du monde ont échangés sur les situations ainsi que les perspectives qui s’offrent à la question du respect des droits de l’homme à travers des recommandations visant à améliorer la situation.

Dans la déclaration lue au Palais des Congrès de Nouakchott  lors de la cérémonie d’ouverture de la 62ème conférence de la commission de l’Union Africaine sur les Droits de l’homme présidée par le Président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz, les participants au forum ont souligné que  « si des progrès notables ont été enregistrés dans certains pays, les violations des droits de l’homme continuent de se produire quotidiennement dans différents pays, ce qui fait que la nécessité de faire en sorte que les droits et les libertés des citoyens demeurent capitale et devraient être une préoccupation majeure ».

Les échanges fructueux et enrichissants ont porté sur l’utilisation des Instruments Légaux au Niveau National et Régional pour protéger les Droits des Femmes et des Filles: Accent Particulier sur les Droits des Jeunes, les MGF et les Droits en matière de Santé de la Reproduction ; Une Perspective Africaine sur l’Accès aux Recours, en mettant l’Accent sur les Attaques contre les Défenseurs des Droits de l’Homme travaillant sur les Entreprises et les Droits de l’Homme, les Droits des Femmes Déplacées au Logement, à la Terre et à la Propriét ; l’utilisation d’Indicateurs d’alerte du point de vue des Droits de l’Homme ; les disparitions Forcées en Afrique: la Quête pour la Vérité et la Justice ; la situation des Défenseurs des Droits de l’Homme en Afrique: Concept des Villes Névralgiques, Défenseurs des Droits des Femmes et la Situation en Afrique Centrale ; la matérialisation des Besoins et les Droits des Jeunes en matière de Santé de la Reproduction: la Nécessité d’une Approche Fondée sur les Droits ; le rôle de la Société Civile dans la Préservation du Système Africain des Droits de l’Homme: Menaces et Perspectives ; le Bilan, le progrès, les défis et les opportunités en matière d’Abolition de la Peine de Mort sur le continent ; et la lutte contre l’Esclavage en Afrique.

A la fin du Forum, les résolutions des six pays suivants ont été adoptées: à savoir, le Cameroun, la Guinée Conakry, l’Erythrée, la Libye, le Soudan du Sud et le Soudan. En outre, cinq résolutions thématiques ont été adoptées sur la jeunesse et les enfants, les droits économiques, sociaux et culturels, les disparitions forcées, la liberté d’information et d’expression et les personnes handicapées et enfin une recommandation thématique sur les droits des femmes en Afrique. Lesdites résolutions et recommandations seront transmises à la Commission africaine.

La déclaration des ONGs a ajouté que « concernant les réfugiés, les demandeurs d’asile, les migrants et les déplacés internes, le Forum appelle les États à recadrer les sanctions consistant à expulser les migrants et à criminaliser la migration. Il invite en outre la Commission africaine à promouvoir la ratification universelle, la domestication et la mise en œuvre de la Convention de Kampala ». Le Forum a en outre félicité les États parties au Protocole et demande à la Commission africaine d’exhorter les États parties à faire un rapport sur le Protocole dans le cadre de la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples.

Sur la question des personnes handicapées et les personnes âgées, le Forum a félicité l’Union africaine d’avoir adopté le Protocole sur la Charte africaine des personnes âgées en Afrique, exhortant les gouvernements à le ratifier pour assurer son entrée en vigueur. Le Forum exhorte la Commission africaine à appeler les Etats membres à ratifier la Convention des Nations Unies sur les droits des personnes handicapées sans plus tarder.

Le Forum a félicité les États qui ont ratifié, domestiqué et / ou mis en œuvre divers instruments relatifs aux droits de l’homme aux niveaux régional et international, avant d’exhorter les États qui n’ont pas encore ratifié à le faire sans plus tarder. Le Forum a également salué les États d’Angola, du Botswana, de l’Érythrée et du Nigéria pour la soumission de leurs rapports nationaux à la Commission africaine.

Les assises de Nouachott ont été marquées par la participation de 216 représentants (88 femmes et 128 hommes) de 30 pays africains. Les pays représentés sont: Algérie, Angola, Bénin, Botswana, Cameroun, Congo Brazzaville, RD Congo, Côte d’Ivoire, Érythrée, Éthiopie, Gambie, Ghana, Guinée Conakry, Kenya, Lesotho, Libye, Mauritanie, Maroc, Niger, Nigéria, Rwanda, Sénégal, Sierra Leone, Afrique du Sud, Soudan du Sud, Soudan, Tanzanie, Togo, Ouganda, Zimbabwe. 3 pays européens: France, Royaume-Uni, Suisse et 1 délégué des États-Unis d’Amérique,

14 groupes de travail se sont penchés sur les thèmes suivants: Prisons, Conditions de Détention / Maintien de l’Ordre en Afrique ; Droits de la Femme en Afrique ; Défenseurs des Droits de l’Homme /Liberté d’Association et de Réunion en Afrique ; Liberté d’Expression et Accès à l’Information en Afrique ; Prévention contre la Torture en Afrique ; Réfugiés, Demandeurs d’Asile, Personnes Déplacées Internes et Migrants en Afrique ; Droits Economiques, Sociaux et Culturels en Afrique ; Droits des Personnes Agées et des Personnes Handicapées en Afrique ; Industries Extractives, Violations de l’Environnement et des Droits de l’Homme ; Orientation Sexuelle et Identité du Genre (OSIG) ; Paix et Sécurité en Afrique ; Droits des Enfants et des Jeunes ; Disparitions Forcées ; et Indépendance des Juges et Avocats.

La Déclaration de Nouakchott a indiqué que le Centre africain pour la démocratie et les études des droits de l’homme reconnaît par la présente le soutien financier reçu du Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel (UNOWAS); IPAS et le Consortium de la société civile dans le cadre du projet PANAF comprenant la Commission internationale des juristes (branches de l’Institution européenne et Kenya), le Conseil norvégien pour les réfugiés et l’ACDHRS qui ont soutenu la participation d’un certain nombre de participants au forum et à la session.

Il faut souligner que l’Union Africaine qui a apporté un soutien total au forum, a été représentée par  cinq Commissaires de la Commission Africaine qui ont participé au Forum, et ont présidé divers panels en plus de faire des déclarations.

 Garé Amadou, Envoyé spécial

Niger Inter

GRATUIT
VOIR