Selon Abdou Mountari Directeur du service central de l’Information, des relations publiques et des sports : « Le mercredi 16 Mai, dans l’exercice de ses missions, l’office Central de Répression du Trafic Illicite des stupéfiants (OCRTIS) vient, une fois de plus, saisir une importante quantité de produits pharmaceutiques illégalement introduits sur le territoire national à bord de deux camions en provenance d’un pays de la sous-région ».

« Les camions transportant lesdits produits ont été saisis au Poste de Police Frontalier de Makolondi, d’où les agents de l’OCRTIS les ont escortés jusqu’à Niamey », précise M. Abdou Mountari.

Une fois à Niamey, selon l’officier de Police, les premières vérifications ont révélé que les camions transportent près de 29 tonnes de produits pharmaceutiques composés de DAVIGRA communément appelé VIAGRA, SOCOMOL, ANTYCOLD, ABYVITA avec comme destination finale, Gaya. La valeur marchande de ces produits à la vente est estimée à 560. 000. 000 de Francs CFA.

Afin de s’assurer de la régularité des produits, l’OCRTIS a demandé l’expertise du Ministère de la santé publique. De cette expertise, il ressort que :

  • La commercialisation du SOCOMOL est autorisée au Niger au Niger, mais il faut une autorisation préalable conformément à la législation en vigueur au Niger ;
  • Quant aux trois autres produits, c’est de la pure contre façon ; ils ne présentent aucune information sur le fabricant encore moins sur la provenance.

Pour l’instant trois personnes sont gardées à vue pour nécessité d’enquête. Le commerce illégal des produits pharmaceutiques expose les contrevenants, rappelle-t-on.

Abdou Mountari demande la collaboration de la population de collaborer en dénonçant ‘’tout cas suspect auprès des autorités compétentes afin de mieux combattre ce fléau’’.

Abdoul Aziz Moussa

© NigerInter.com