Plus de deux mois après le limogeage de Ibrahim Yacouba du gouvernement et le retrait de son parti de la majorité présidentielle, le Mouvement Patriotique Nigérien (MPN KISHIN Kassa) ne sait apparemment pas où donner de la tête. Samedi dernier, le Mouvement Patriotique Nigérien et 3 autres formations politiques et mouvements ont mis en place le Front Patriotique.

Pourtant, le 15 Mai dernier, le MPN/KK avait marqué de sa présence au baptême de feu du Front Démocratique et Républicain (FDR), « en tant qu’observateur en attendant les modalités de son adhésion formelle ». Mais cette adhésion n’aura jamais lieu puisque de nombreux militants du parti s’opposent catégoriquement à un rapprochement avec le Front pour la Restauration de la Démocratie et la Défense de la République (FRDDR), notamment le FA-Lumana. « Ça n’a aucun sens de quitter le président Issoufou pour tomber comme un fruit mûr dans les mains de Hama Amadou. S’il s’allie à Hama Amadou, Ibrahim Yacouba risque de perdre 80% de son électorat de son fief de l’Arewa », avertit un observateur de la scène politique nationale.

Récupérer l’opposition

Un avertissement pris donc très au sérieux par le parti qui a  fait volte-face. Acculé par sa base, Ibrahim Yacouba est  obligé de concocter sa propre coalition pour tenter d’enrayer les défections et démissions au sein de son parti. Reste à savoir si le bricolage » Front Patriotique » va satisfaire les militants du parti. Beaucoup estime en effet que la décision de l’ancien ministre des Affaires étrangères de rompre définitivement avec le président Issoufou Mahamadou était une décision unilatérale, irréfléchie, mal préparée et désormais mal gérée avec tout ce que cela implique pour le parti.

« Aujourd’hui,  il y a un problème Ibrahim Yacouba sur la scène politique nationale, puisque l’opposition ne lui fait plus confiance, le pouvoir aussi, et il n’a lui-même pas les moyens de ses ambitions », conclut un observateur de la scène politique nationale.

Une chose est cependant sûre, l’avènement du  Front Patriotique arrange plus le régime du président Issoufou que l’opposition car il affaiblit le (FRDDR) et le FDR qui le voient désormais comme un concurrent, un trouble fête. Certains partisans de Hama Amadou commencent même à se poser la question de savoir si l’ancien ministre des Affaires étrangères n’est pas en mission commandée pour le compte du président Issoufou.

Pire, il est venu ravir la vedette à l’ancien président de l’Assemblée Nationale en tentant de combler le vide laisser par le leader de l’opposition en exil.

« Après avoir passé tout son temps à faire l’éloge du président Issoufou, il veut maintenant récupérer l’opposition” s’indigne un farouche de l’ancien premier ministre.  Il n’est donc exclu qu’Ibrahim Yacouba devienne dans les prochains jours l’ennemi public numéro un des humanistes.

Oumar Youssoufa