Les lignes commencent à bouger dans la mobilisation des recettes internes de l’Etat. Il y a là de quoi s’en féliciter, surtout dans ce contexte où certains oiseaux de mauvais augure avaient, par avance, annoncé la ‘’banqueroute’’ nationale.

94 milliards de FCFA, ce sont là les recettes encaissés par le trésor national pour le seul mois d’Avril 2018. C’est là le signe évident que les mesures contenues dans la loi des finances 2018 sont en train de produire les effets escomptés. Si cette tendance se maintient, c’est l’embellie assurée pour les finances publiques et la souveraineté de l’Etat garantie. On semble loin des catastrophismes qui avaient annoncé, en fin janvier déjà, la ‘’banqueroute’’ nationale. Comme quoi, le gouvernement a eu raison d’avoir fait preuve de rigidité en maintenant intacte la loi des finances 2018. En fin 2017, l’instant qui suivit son adoption par les députés nationaux, le Ministre des Finances HassoumiMassoudou avait rassuré quant à sa fiabilité. Il disait à l’endroit des honorables : « En faisant ce choix, ils savent qu’ils ont fait le choix de la responsabilité, de l’engagement pour l’assainissement des finances publiques, pour la stabilisation du cadre macroéconomique, pour le progrès, pour les investissements dans les secteurs sociaux, des infrastructures, dans la sécurité des personnes et des biens de notre pays. Nous tiendrons cet engagement, nous maintenons le cap malgré tous les chocs ; climatiques, économiques, de l’environnement économique international etc. je voudrai les rassurer qu’avec cet instrument, le gouvernement fera un bon usage et nous continuons incha Allah à transformer ce pays ».

Des effets dévastateurs sur le pouvoir d’achat des Nigériens prédits et toute la négation qui s’en suivra prédits par les adversaires à la loi des finances 2018, on n’a encore rien vu alors que les mesures sont sur le point d’entamer leur 6ème mois d’application. Pour l’heure aucune grogne relative à une quelconque amputation d’impôt sur l’héritage ou encore de flambée notoire des prix des produits de première nécessité. Comme quoi la loi des finances 2018 continue son chemin sans les dégâts annoncés tout en créant l’espoir d’une embellie financière à l’horizon.

Oumarou Kané

La Nation