Elles sont 7 structures politiques et associatives, composées de 4 partis politiques (MPN Kiishin Kassa, MDR Tarna, RSV NI’IMA et MOPAD-Gamzaki) et 3 organisations de la société civile (CRDD/Dyauci, Révolution démocratique et CADDRH Human Rights et Démocratie) à s’unir le 9 juin 2018 au Palais des congrès de Niamey, pour créer un nouveau regroupement politique de l’opposition, dénommé « Front Patriotique ».

Ce dernier, comme tous les autres fronts créés par l’opposition politique nigérienne se propose lui aussi d’œuvrer pour « la défense de l’intégrité du territoire national, la promotion de la paix sociale et l’unité nationale, la lutte contre la corruption, la garantie de l’indépendance de la justice… ». Du déjà vu et entendu, comme dirait l’autre.

La création de ce nouveau front qui vient quelques semaines après la naissance du Front démocratique et républicain, toujours au sein de l’opposition politique, est la preuve si évidente que cette dernière a perdu le nord. L’opposition politique nigérienne est à bout de souffle et de stratégies pour s’affirmer en tant que force politique et véritable contre-pouvoir au régime d’Issoufou Mahamadou. L’opposition a tout essayé, mais sans succès. Aujourd’hui désemparée et en perte de repère, ne croyant plus au soi-disant « combat » qu’elle mène pour la promotion de la démocratie au Niger, elle se concasse d’elle-même et se disperse, laissant libre champ au camp adversaire de consolider son pouvoir.

Dépourvue de leader, d’un véritable meneur d’hommes et des troupes, orpheline de stratégies politiques à même de convaincre les nigériens à lui faire confiance, et ayant perdu tout espoir à fédérer les différentes forces politiques et associatives contre le régime de la 7ème République, l’opposition politique nigérienne dans son ensemble ne fait que se désagréger, allant d’un front à un autre, sans aucune conviction.

Dommage pour l’opposition politique nigérienne qui se meurt à petit feu du fait de l’inconséquence de ses dirigeants. Et ce n’est pas la nouvelle coalition, le Front Patriotique, qui n’est qu’une structure de plus qui sauvera l’opposition du naufrage, surtout quand on sait que les éléments constitutifs du nouveau Front ne représentent pratiquement rien sur l’échiquier politique et associatif nigérien. Juste quelques oiseux populistes maquillés…à la sauce magi.

Oumar Issoufa