Ce dimanche 29 juillet, le parti Amen Amine que préside l’ex ministre d’Etat Omar Hamidou Tchiana vient de souffler ses 3 bougies. Ladan Tchiana comme l’appellent ses intimes était dans une sorte d’hibernation depuis sa disgrâce lorsqu’il a été limogé du gouvernement. Retour sur cet anniversaire qui met en évidence l’immaturité politique de cet homme à la fois passionné et imprudent.

Cet anniversaire a vu la participation des partis politiques de la mouvance présidentielle ainsi que de l’opposition. Dans son allocution à cette occasion, l’on retient surtout sa critique de la loi des finances, son départ du gouvernement et aussi et surtout ses regrets tardifs à l’endroit de ses anciens amours.

« Je présente au président Hama Amadou et aux militants du Moden LUMANA mes regrets pour mes propos tenus lors du départ de LUMANA de la MRN en 2013 ». Cette bévue traduit, s’il en besoin, l’immaturité politique d’Omar Hamidou Tchiana. A notre sens, de deux choses l’une : soit Omar Tchiana avoue à l’opinion publique qu’il n’était pas maître de lui-même quand il avait quitté Lumana pour la Renaissance soit il est dans une posture de mauvais perdant à l’image de l’hyène aveugle dont parlait Diado Sekou. En effet, depuis son éjection du gouvernement Ladan Tchiana donne l’impression justement d’être dans un doute hyperbolique à savoir qu’il ne sait plus que faire ni où aller.

A la faveur de cet attentisme, l’homme vient d’oser dans l’optique de se mettre sur la sellette mais cette nouvelle posture de celui qui refuse de quitter la MRN tout en ayant un pied dans l’opposition s’apparente à bien d’égards à une bourde qui frise l’enfantillage.

En effet, après tout ce qu’il avait mis en avant à l’époque (les archives sont encore là) pour faire croire que sa décision de quitter Lumana était murement réfléchie, aujourd’hui à la surprise générale Ladan Tchiana vient de faire montre aux yeux du monde qu’il n’est qu’une mauviette, un enfant (excusez du peu) qui avait agi avec passion et immaturité.

Sinon comment comprendre que c’est aujourd’hui seulement que Ladan Tchiana réalise que son acte a fait mal à Hama Amadou et Lumana ? Ce populisme en dit long sur l’état de santé ‘’politique’’ de Ladan Tchiana car en voulant faire plaisir à ses anciens amis par ce clin d’œil assez maladroit, il donne également l’impression d’être loin du politiquement correct aux yeux des observateurs avertis des dynamiques politiques et sociales au Niger.

Des larmes de crocodile…

Ce petit bout de phrase de Ladan Tchiana est à la limite du  cynisme politique lorsqu’on peut à un moment faire montre d’activisme pour se hisser au sommet de la montagne au détriment de ses amis politiques et lorsque le rythme de la musique change on peut s’apitoyer sur le sort de ses camarades qu’on avait délibérément abandonné. Des larmes de crocodile, comme qui dirait.

Et c’est peut-être à dessein que Soumana Sanda lui avait fait la leçon en répliquant : « il faut qu’il s’arme dès à présent de courage pour la suite ». C’est dire que Ladan Tchiana a manqué de la rigueur dans les principes, comme il prétend en avoir dans sa vie.

Pourtant la politique ce n’est pas de l’amusement pour être aussi léger que l’a été Ladan Tchiana à l’occasion du 3ème anniversaire d’un parti qui ressemble à une ‘’coquille vide’’, un ‘’cadavre’’ tant on se demande que pèse réellement Amen Amine au regard de la déchirure qui le caractérise. Le président serait désavoué par certaines sections du parti au niveau de certaines régions du pays.

L’autre observation à l’encontre du président d’Amen Amine, ce dernier aurait tout simplement tiré les conséquences en quittant purement et simplement la MRN. Mais c’est tout comme puisque son attitude inamicale et déloyale à l’égard de cette coalition pourrait provoquer son exclusion de la MRN. Les prochains jours nous édifierons sur la suite. Autant dire que qui vivra verra !

Tiemago Bizo

Niger Inter

GRATUIT
VOIR