Cette dame qu’un confrère a surnommé ‘’La sœur de la Nation’’ a fait l’objet de tirs croisés depuis quelque temps déjà. La dernière fois lorsqu’une liste attribuée à Mme Bety comme étant celle de ses neveux, cousins, frères et sœurs, le plus sceptique des citoyens ne saurait résister à donner du crédit à cette ‘’pièce à conviction’’. C’est justement pour comprendre cette scabreuse affaire que nous avons tenté de comprendre de quoi s’agit-il réellement. A l’épreuve des faits, il est loisible d’affirmer que Mme Bety est victime en réalité d’un lobby qui considère l’ARTP comme un no man’s land ou une chasse gardée. Décryptage.

A propos de la fameuse liste qui fait passer l’ARTP comme ‘’Bety’s home’’ où il a été mis en évidence le népotisme de la présidente du Conseil national de régulation des télécommunications et de la poste (CNRTP) et Directrice générale par intérim, contactée par nos soins, Mme Bety Aichatou Habibou Oumani nous a confié que cette liste est fantaisiste, mensongère et manipulatrice très loin de la réalité. En effet, en dehors de sa sœur qui est son assistante à son cabinet et un stagiaire qui est son neveu, elle dit n’avoir aucun lien de parenté avec les autres stagiaires pompeusement cités sur la liste. Le comble de ridicule c’est de faire aussi croire à l’opinion que tout celui porte le nom Habibou serait d’office parenté à Mme Bety. Et celle-ce n’a pas manqué de nous faire la ‘’leçon de journalisme’’ parce que pour elle un journaliste qui ne prend pas la précaution de vérifier ses informations prend sur lui beaucoup de risques. Et pour Mme Bety, ceux qui ont tiré sur elle à boulets rouges ont malheureusement cédé à la facilité. Des individus qu’elle qualifie des pourfendeurs de son action d’asseoir la bonne gouvernance à l’ARTP ont juste mis à la disposition ‘’de vos confrères’’ des documents souvent contrefaits, selon elle, comme cette fameuse liste qui a fait le buzz des réseaux sociaux pour considérer qu’ils détiennent des vérités absolues. Le but de la manœuvre c’était aussi de faire croire à l’opinion que présentement à l’ARTP le recrutement a déjà eu lieu et les Bety ont envahi cette boite. C’est du moins l’impression que les lecteurs pourraient avoir après la lecture de la présentation tendancieuse des faits par certains. Il est aussi curieux d’apprendre que le fameux collectif des plaignants n’est jamais allé se plaindre à l’ARTP bien que l’information de l’annulation du concours était rendue publique depuis le 1er novembre 2017 !

Du recrutement annulé…

A ce niveau en ne prenant pas le soin de dire à l’opinion pourquoi ce recrutement a été annulé et qui l’a annulé, les citoyens de bonne foi pourraient croire à l’abus du pouvoir par celle à qui on attribue la toute-puissance qu’elle n’a pas.  En effet, ce recrutement  litigieux réalisé par le cabinet Alpha Simo a été annulé par la Session du 1er juin 2017 du CNRTP qui avait annulé le recrutement après avoir découvert le pot aux roses à savoir les manœuvres de quelques-uns tendant à falsifier le vrai résultat du recrutement pour remplacer complaisamment  les personnes admises par des non-méritants. En effet, selon nos informations, le traitement fait au résultat du recrutement à l’ARTP par l’ancienne Direction ressemble à bien d’égards à celui du concours annulé pour le recrutement des agents pour le compte du ministère des finances où des notes ont savamment été falsifiées pour favoriser des protégés. Et lorsque l’autorité de tutelle de l’ARTP à savoir la primature a été informée, elle ne pourrait qu’entériner la décision du CNRTP d’annuler cette contrefaçon. C’est dire que l’annulation de ce recrutement a été une affaire collégiale du CNRTP seule instance  habilitée par la loi à approuver un recrutement à l’ARTP.

D’ailleurs, pour se faire une idée de la machination autour du recrutement annulé, dans une correspondance entre Abdoulkarim Farouk, un consultant du cabinet Alpha Simo et la Directrice des ressources humaines (DRH) de l’ARTP, un Lundi 2 janvier 2017 on peut  lire ceci : « Mais puisque nous sommes dans une correspondance informelle, je vous dis tout de suite que notre dévouement et notre conscience ne peuvent nous permettre de sélectionner certaines des personnes que vous recommandées, même si on enlève tous les critères. Je pensais que vous nous connaissez suffisamment pour savoir qu’on n’est pas capable d’une telle malhonnêteté intellectuelle ».

Dans la même correspondance le consultant M. Farouk met en garde la DRH en ces termes : « Je pense qu’il n’est pas normal de créer de toute pièce des problèmes dans une collaboration si bien partie, dans laquelle les consultants usent de toutes leurs forces et intelligences pour vous procurer des services de qualité. Surtout si vous faites cela, parce que des personnes médiocres » que vous nous avez recommandées sont retournées vous dire que nous ne les avons pas appelées pour le test écrit. Dès l’instant où nous avons signé le contrat avec Alpha Simo, nous nous sommes engagés à rester loyaux et honnêtes avec vous y compris contre votre volonté. » Et la suite est connue : l’ex Direction n’a pas pu obtenir par le CNRTP la validation de la liste de 10 agents par elle concoctée. Ce recrutement a été finalement annulé parce que non conformes aux bonnes pratiques pour une institution de l’envergure de l’ARTP.

 Ce n’est là qu’un élément qui illustre  les contradictions entre la DRH qui agissait au nom de l’ex DG et  un des consultants du cabinet Alpha Simo. Ce dernier selon nos sources serait loin d’être un modèle au regard de son mode opératoire selon certaines informations à notre possession. Ce qui nous a permis de comprendre aisément le pourquoi de la campagne de dénigrement contre Mme Bety. Dans ce sens, nous pensons qu’il faudrait prendre très au sérieux la recommandation de notre confrère Tamtaminfo selon laquelle ‘’ Des enquêtes de moralité avant toute nomination à l’inspection générale d’Etat ». Juste une parenthèse pour toucher un peu du doigt le pourquoi certaines personnes  s’invitent dans la vindicte contre Mme Bety.

 En attendant l’éclaircie côté justice…

En attendant que la lumière soit faite sur cette affaire puisque la justice est saisie, notre investigation nous a permis de comprendre les raisons de l’acharnement dont est victme dame Bety. En effet, c’est la collusion d’intérêts d’un puissant loby qu’un confrère avait qualifié de ‘’prédateurs’’ dans une posture d’ ‘’après moi le déluge’’ qui entend entacher l’image de l’ARTP et celle de Mme Bety avec des arguments à l’emporte-pièce sous des oripeaux de la contrefaçon et fausses manœuvres dont eux seuls ont le secret. Ceux-là qui ont voulu faire de l’ARTP une véritable ‘’caverne d’Ali Baba’’ sont les instigateurs de ce complot parce que simplement Mme Bety a refusé leur petit jeu pour sacrifier les intérêts de l’ARTP donc du Niger sur l’autel des intérêts bassement privés. Un exemple ? N’eut été la vigilance de la présidente du CNRTP et Dg/Pi Mme Bety, la société nationale Nigertélécoms allait être sournoisement liquidée par ce lobby à la solde des intérêts mesquins. Malgré l’offre affriolante d’argent, Mme Bety n’avait pas cédé à ce chant de sirènes parce qu’elle a pleine conscience des enjeux pour le pays dans ce secteur assez stratégique.

Et comme si cela ne suffisait pas, dame Bety a engagé des réformes courageuses pour assainir la gestion de l’ARTP. Cela n’est pas également du gout de cette mafia. Comment comprendre l’opposition farouche de quelques-uns à l’initiative de Mme Bety de rendre effectif  le manuel des procédures à l’ARTP ? Selon nos informations, il risque d’avoir des effets boomerangs  au regard du déroulement d’un certain nombre de faits à l’ARTP. L’attente des Nigériens c’est que l’assainissement de l’ARTP soit mené jusqu’au bout et que tout celui qui aurait commis des impairs dans cette boite, quel qu’il soit… rende gorge à la justice !

Tiemago Bizo