L’analyse des échantillons au laboratoire du CERMES de Niamey a confirmé à la date du vendredi 13 juillet dernier, la présence du germe du choléra dans le district sanitaire de Madarounfa. Selon un communiqué du ministère de la Santé publique, 51 cas de choléra, dont 1 décès ont été enregistrés à cette date.

 Des cas de diarrhées et de vomissements ont été déclarés au cours de la semaine passée dans le district sanitaire de Gnalwa et Dans Issa, dans le département de Madarounfa dans la région de Maradi.

Le ministère de la Santé publique, avec l’appui de ses partenaires, a pris certaines mesures, notamment le positionnement de médicaments, la prise en charge gratuite des malades et le renforcement des surveillances épidémiologiques. Il appelle par ailleurs les populations à plus de vigilance et au respect d’un certains nombre de mesures, dont le lavage des mains à l’eau et au savon, la désinfestation des matériels utilisés par le malade.

Maladie très contagieuse, le choléra se manifeste par une émission brutale de diarrhée liquide et de vomissement pouvant entrainer la mort lorsque le malade n’est pas pris en charge très tôt. La contamination se fait directement à travers la consommation de l’eau souillée par des matières fécales ou à travers des aliments contaminés ou à travers des aliments en contact avec  des objets utilisés par le malade.

Almoustapha Boubacar