Le leader de Lumana FA a rencontré certains de ses militants à Cotonou le weekend dernier, apprend-on. A cette occasion, il aurait spécialement convoqué les députés Issoufou Issaka et Nassirou Halidou comme étant ses fidèles parmi les fidèles. Cette invitation, selon une source,  en dit long sur le choix stratégique de Hama Amadou parmi les prétendants à sa succession.

Une rencontre informelle ? Une convention ? L’opinion s’interroge sur les contours de la messe de Cotonou.  En effet, la question du remplacement de Hama Amadou étant une nécessité impérieuse pour Lumana FA malgré la posture officielle de ce parti, Hama a selon nos sources un faible pour les députés frondeurs Issoufou Issaka et Nassirou Halidou comme héritiers au détriment de Soumana Sanda, Dogari et Oumarou Noma. Si rien d’officiel n’est sorti de cette rencontre, les spéculations se focalisent sur le choix porté par Hama Amadou sur le tandem Issoufou Issaka et Nassirou Halidou.

Selon une indiscrétion, Hama Amadou accorde à cette rencontre la plus haute importance stratégique pour l’avenir de Lumana FA et par ricochet de sa carrière politique. Il est question pour le leader de Lumana de jouer avec les meilleures cartes pour assurer ses arrières politiques. La tentative  de confier le parti à son fils Ismael n’ayant pas prospérée, contre toute attente, l’on apprend que Hama Amadou compte plus sur le président du groupe parlementaire Lumana zamzam, le député Issoufou Issaka et son homologue Nassirou Halidou.

Selon un observateur, Lumana souffre d’un problème réel : Hama Amadou n’accepterait jamais que son dauphin émerge en dehors de Tillabéry et Niamey. C’est là un vrai dilemme dans la posture de ce parti qui passe en réalité comme un nain parmi les grands partis du fait de cette tare, cette contre-valeur. Il faut dire qu’il y a de l’électricité dans l’air car à Niamey les militants de Lumana ne voient pas un autre leader charismatique en dehors de Soumana Sanda. L’on a entendu récemment dans un audio des propos malséants de la député Hadiza Seyni à l’encontre de Soumana Sanda parce qu’on reprocherait à ce dernier de vouloir régenter Lumana FA.

Présentement à Lumana, l’on n’est pas à une contradiction près car, apprend-on, les députés de ce parti ne se sont même pas accordés à boycotter la dernière session de l’Assemblée nationale. Ceci expliquant cela, l’idée de la démission collective des députés de l’Opposition ne saurait prospérer lorsque même le groupe  parlementaire de Lumana n’arrive pas à accorder ses violons. Autant dire que l’heure est aux contradictions principales à Lumana.

En effet, comment se démarquer de l’emprise du tout puissant Hama Amadou sur le parti après son revers judiciaire qui vient de freiner ses grandes ambitions politiques ? C’est la réponse à cette grave question qui risque d’avoir raison une fois encore de la cohésion de ce parti. Faut-il taire les ambitions d’autres leaders au sein de ce parti pour satisfaire les ambitions d’un homme fut-il le gourou du parti ?

Des esprits lucides réalisent qu’il y a des dangers réels qui pèsent sur leur carrière politique et n’entendent pas faire les frais de l’inconséquence politique d’un mortel quel qu’il soit. Les prochaines joutes au sein de Lumana FA nous édifieront sur l’avenir de cette formation en crise face aux nouvelles dynamiques politiques.

Tiemago Bizo