L’épidémie de choléra qui sévit depuis début juillet dans la région de Maradi, centre du Niger a causé 31 décès sur 1814 malades déclarés, soit un taux de létalité de 1,7%, lit-on  dans un rapport daté du 24 Août de la Direction de la Surveillance et la  Riposte aux Epidémies (DSRE) du Ministère de la Santé Publique.
L’épidémie  s’étend  désormais à 16 aires de santé dans 3 entités (Madarounfa, Maradi Commune et Guidan Roumdji) alors que le précédent bilan du 13 août dernier faisait état de 13 centres de santé touchés à Madarounfa et Maradi commune avec 22 tués sur 1300 cas de maladie enregistrés.
le sexe féminin (56% des cas) et la tranche d’âge de plus de 15 ans sont les plus affectés par la maladie, quant aux  malades et leurs accompagnants, ils  sont pris en charge et  traités gratuitement au niveau de près de 100 sites, selon le rapport de la DSRE que l’ANP a pu consulter.
Les mesures  d’hygiènes avec ‘’Wash’’ (lavage de mains, chloration des eaux, désinfection des ménages) et des actions de communications sont en cours avec l’appui des différents partenaires, précise le texte.
Le choléra est une maladie bactérienne transmise par l’eau, provoquant des fortes diarrhées.
Au Niger, la saison de pluie (juin-septembre) est propice à la propagation de cette affection.

ANP 

Niger Inter

GRATUIT
VOIR