Pierre Corneille, fait dire à Rodrigue, dans Le Cid : «Je suis jeune, il est vrai; mais aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années». Cette boutade sied bien au jeune Directeur Général de Niger Poste, Idrissa Kané promu à ce poste il y a 13 mois. Imbu d’une fructueuse expérience à la Poste Française, ce jeune a entrepris des réformes à Niger Poste qui feront incontestablement de cette société dans quelques années une des entreprises publiques des plus glorieuses. Interview.

Niger Inter Magazine : Monsieur le DG, avant d’entrer dans le vif de cet entretien merci de bien vouloir vous présenter à nos lecteurs.

Idrissa Kané : Je m’appelle Idrissa Kané. J’ai suivi une formation d’ingénieur en système d’information géographique au Maroc (à l’Ecole Hassania des Travaux Publics). Ensuite, j’ai continué en France à l’ENSG (Ecole Nationale des Sciences Géographiques) et l’ENPC (Ecole Nationale des Ponts et Chaussées), en Master en Management du Système d’informations et applications géographiques. Après ma formation académique j’ai été embauché, en 2005, à la Poste Française en tant que Chef de Projet en système d’information où on a été au cœur de la transformation de la Poste ancienne à la Poste plus moderne. J’ai travaillé sur le projet de modernisation de tous les bureaux de poste (conception et déploiement d’un nouveau SI interconnectant les bureaux et bien d’autres fonctionnalités, concept bureaux du futur,…). Après cette expérience, je dois dire qu’on est vraiment passé d’une Poste archaïque à une Poste moderne. Ça existe même en France (rires).Ensuite j’ai continué ma carrière à la Direction du Courrier où j’étais le responsable du projet de refonte de processus de prise en charge, de contrôle et de facturation des produits de la Presse. Ce projet industriel et stratégique permet, aujourd’hui, à la Poste Française de gagner 10 millions d’euros par an grâce au dispositif mis en place (optimisation du processus, industriel et système d’information). Puis j’ai poursuivi ma carrière à la Direction Marketing où je m’occupais des Solutions Client  qui permettent avec des nouvelles technologies (API par exemple) d’intégrer des nouvelles offres et de simplifier le parcours client (quel que soit sa catégorie). J’étais à ce niveau quand mon pays m’a fait appel pour apporter ma modeste contribution au secteur de la Poste Nigérienne avec ma nomination le 25 mai 2017 comme Directeur Général de Niger Poste.

Niger Inter Magazine : Autant dire que Niger poste a un expert aux commandes ! Alors Monsieur le DG pouvez-vous nous faire un bref aperçu historique de la poste au Niger ?

Idrissa Kané : il faut dire que la Poste au Niger a existé avant même l’indépendance du pays. C’est l’outil sur lequel s’est appuyé le colon pour assurer sa communication. La Poste, c’est une entreprise de communication et d’échange par définition. La Poste a donc toujours existé sous différentes formes. Il y a toujours des échanges d’informations selon les âges et les moyens technologiques à la portée de la population. Un messager qui quitte un village à un autre ou une contrée à une autre c’est toujours une autre version du travail de la Poste. Au départ donc, l’activité postale se réduit à des échanges physiques(échange de Courrier) avant l’avènement duTélex, Télégraphe, Télégramme et du téléphone. Et déjà juste après l’indépendance, l’Office des Postes et Télécommunications (OPT) a été créé en 1960. C’est la première entreprise nigérienne Post Indépendance. Puis, avec l’évolution technologique et des décisions stratégiques mondiales, il y a eu la séparation, dans la plupart des pays, entre les télécommunications et la Poste à la fin des années 90. Ce qui fait que l’OPT avait disparu pour donner naissance à la SONITEL et à l’ONPE (Office National des Postes et de L’Epargne). La Poste a donc continué son chemin sous la dénomination de  l’ONPE qui assure également l’épargne en plus des autres activités postales régaliennes. Les activités d’épargne étaient à l’époque assurées par la Caisse d’épargne. En 2005, il y a eu des projets de transformation pour faire en sorte que les Postes soient rentables. C’est ainsi que l’ONPE s’est transformé en Niger Poste SAEM (Société Anonyme d’Economie Mixte) à partir de 2005. C’est dire qu’au fur et à mesure de l’évolution, la Poste s’est adaptée au risque de disparaitre.

Niger Inter Magazine : Depuis votre arrivée, on constate une profonde mutation de Niger Poste. Quelles sont justement les principales réformes que vous avez apportées à l’entreprise ?

Idrissa Kané : Si vous permettez, je vais d’abord expliquer en quoi consistent les activités de La Poste et ensuite je vous expliquerais les réformes que j’ai entreprises. D’abord, il faut comprendre que la Poste est une entreprise de Services avec plusieurs activités dont la plus connue est le Courrier. Cette dernière consiste à déposer une enveloppe affranchie (c.-à-d. un timbre pour faire simple) aux services de la Poste qui s’occupent de l’acheminer à la destination demandée par le client. Le monde a changé aujourd’hui, l’activité Courrier a baissé de volume, c’est fini ce temps où on envoyait des correspondances physiques à nos grands-parents, parents et amis (rires). Le Service Courrier, pour les besoins du particulier, avec les nouvelles technologies est une activité qui a baissé en volume (remplacé par les emails, les sms,….). Mais il y a le Courrier Entreprise qui se maintient encore : envois BtoB ou BtoC (une banque qui envoie le relevé à son client ou les courriers administratifs comme les impôts par exemple). Il y a également le service Colis (différent du courrier par la dimension de la correspondance qui sont des paquets). La Poste est également positionnée dans le domaine de la culture avec la philatélie (vente des timbres de collection) et les concours épistolaires. Le service Colis, quant à lui, prend de l’ampleur car il est supporté par les activités du e-commerce. C’est d’ailleurs l’une des premières innovations (via la première plateforme de e-commerce du Niger appelée Kaomini) que j’ai mise en œuvre car il y avait un vide dans ce domaine au Niger. Il y a aussi le service Express pour l’acheminement beaucoup plus rapide des courriers ou colis (avec un tracking)  via notre centre spécialisé appelé EMS NIGER (ex CHRONOPOST NIGER). Enfin, les Services financiers  qui regroupent toutes les activités de gestion de comptes, des activités d’épargne et du transfert d’argent.

Maintenant pour répondre à votre question, je me suis appuyé sur l’existant et j’ai apporté quelques réformes et innovations basées sur mon expérience au sein d’une Poste plus dynamique et rentable. Ayant été au cœur de la transformation de celle-ci, je voulais apporter ma modeste contribution en faisant des réformes et des innovations nécessaires pour faire avancer la Poste nigérienne qui était dans une sorte de léthargie et de résignation d’après mon diagnostic. Pour avancer, j’ai fait en sorte que les postiers aient d’abord confiance en eux, qu’ils aient de la motivation. J’ai expliqué aux Postiers que la Poste pourrait être une des premières entreprises au Niger et que ce serait juste sa place naturelle. Pour ce faire, j’ai mis en place très rapidement une stratégie d’urgence de gouvernance et de marketing pour donner un électrochoc surtout en interne et à l’externe. En effet en interne il a fallu corriger un certain nombre de choses qui n’était pas adapté à une entreprise commerciale ambitieuse, c’est ce travail qui est le plus important et il reste des progrès à faire car il faut rester exigeant. Sur le plan marketing, on a également simplifié nos offres pour qu’elles soient accessibles à nos différentes cibles. Désormais, nos produits et services sont inclus dans 5 offres : Classic Post (les activités classiques du courrier), Logistic Post (activité nouvelle qui a été mise en place pour le transports des biens, marchandises quel que soit le lieu et le volume avec tous les services de fret aérien, maritime, transit,….), Premium (activités qui requièrent une certaine rapidité confiées au centre spécialisé EMS NIGER auxquelles on a rajouté le e-commerce avec www.kaomini.ne,), Comptes Postaux (outre les comptes salariés et conventionnés il y a de nouveaux comptes à savoir comptes étudiants, diaspora, retraités….) et Post Transfert (transfert d’argent ainsi que la reprise du paiement des factures Nigelec en plus de celle de la SEEN).

Pour être plus performant on a fait l’interconnexion de nos principaux bureaux sur fonds propres, l’objectif est d’interconnecter tous les bureaux à court terme.

Dieu merci depuis la semaine de la Poste du 25 Septembre 2017, rendez-vous annuel qu’on a institué, conjugué à nos efforts internes et la communication sur notre entreprise, les résultats commencent à venir avec en moyenne un doublement (voire triplement dans certains mois) de notre chiffre d’affaires mensuel lorsqu’on le compare au mois précédent de l’année dernière.

Niger Inter Magazine : Niger Poste c’est avant tout un service public. Monsieur le DG est-ce que la nouvelle version de la Poste est accessible pour tous les Nigériens notamment ceux du monde rural?

Idrissa Kané : La Poste a pour vocation l’inclusion sociale et économique. En effet, à travers le rôle de service public d’accès universel qui lui est dévolu, il s’agit de faire en sorte que tous les coins du territoire nigérien puissent bénéficier de nos services.  L’accès à tous les citoyens aux services de la poste et à des tarifs accessibles est une obligation. En termes clairs, quand on envoie un courrier de Niamey à Bilma, il y a ce qu’on appelle la péréquation tarifaire qui fait qu’au même poids, nous avons le même tarif indépendamment de la distance. Par exemple de 0 à 20g c’est 250f alors que le même courrier envoyé chez un opérateur privé peut vous couter au minimum 1000f. Je rappelle d’ailleurs qu’on peut toucher son salaire partout au Niger grâce à notre réseau qui est le réseau de services financiers le plus large au Niger avec plus de 100 agences (de Téra à Bilma, de Dioundou à Tilia en passant par Matameye, Mirriah, Balleyara,Gotheye, Dirkou, Kornaka…..).  Aujourd’hui, le client doit être plus optimiste sur la qualité et l’accessibilité de nos services. Nous n’avons pas peur de la concurrence à fortiori dans un environnement plus formel et sain.

Niger Inter Magazine : Quels sont les nouveaux services qu’offre Niger Poste aujourd’hui ?

Idrissa Kané : La nouvelle offre Logistic Post est une offre très dynamique. C’est une offre de transport de marchandises et de conteneurs si vous  voulez  avec toutes les facilités de transport (fret aérien, maritime,  transit,…). En d’autres termes, si vous avez un conteneur en Australie et vous voulez l’amener au Niger, Niger Poste est à votre disposition. C’est vous dire que nous sommes un opérateur global dans la logistique. Et aujourd’hui on a de très grands clients à travers le Niger notamment les grandes entreprises de la place et étrangères dans le domaine du BTP,  des Télécoms, humanitaire,….. A l’intérieur du pays pour des services comme le déménagement et bien d’autres services de transport,  Niger Poste est sollicitée. La deuxième offre c’est le e-commerce ‘’kaomini’’ qui signifie littéralement ‘’amène-moi’’. On a voulu faire du e-commerce à la nigérienne sur lequel on a beaucoup d’ambitions car j’avais constaté qu’il n’y avait pas de e-commerce au Niger et je m’étais dit que c’est une opportunité pour être le leader dans le secteur. A terme nous souhaitons à travers cette plateforme permettre l’exportation des marchandises et produits nigériens pour mieux valoriser nos producteurs. Cette politique encourage également la consommation des produits locaux à l’intérieur du Niger ce qui constitue un vrai défi dans notre pays. Cela va dans le sens de la politique de changement de mentalité qui consiste à consommer nigérien. Il faut que cela soit un réflexe chez nos compatriotes qui ont un faible pour les produits importés alors que nous disposons des produits locaux de très bonne qualité. Un exemple ? Vous pouvez commander du kilichi ou autres produits nigériens prisés, à travers l’offre ‘’kaomini’, et vous faire livrer partout dans le monde à terme. Cette offre vise donc à booster la balance commerciale de notre pays à travers l’exportation de nos produits mais aussi la formalisation des sociétés ; ce qui constitue une valeur ajoutée pour les impôts et le Doing business au Niger. C’est une offre qui marche très bien et en quelques mois d’exploitation nous avons plus de 2000 produits divers et variés répertoriés, plus de 100 marchands inscrits et une cinquantaine de commandes par jour surtout en cas de pénurie de gaz. Une nouvelle offre, c’est aussi le ‘’compte diaspora’’ pour combler un vide. En effet, la diaspora nigérienne manque cruellement d’opportunité d’investissement notamment par le manque de cadre formel et sécurisé. Désormais, avec l’ offre ‘’compte diaspora’’ Niger Poste donne la possibilité à nos compatriotes qui voudraient investir au Niger ou faire d’autres transactions financières, de là où ils se situent, de le faire en toute sécurité. A terme, pour construire votre maison à partir des USA, de l’Europe ou ailleurs vous pouvez éviter les arnaques ou autres caprices du frère ou cousin au pays parce que Niger Poste a pensé à vous ; la diaspora des autres pays contribue de façon formelle à leurs économies nationales, il n’y a pas de raisons que cela ne soit pas le cas au Niger. Et je dois préciser que ce compte diaspora est gratuit. Si vous êtes de la diaspora on ne vous demandera aucun franc pour la tenue de votre compte, nous sommes dans la phase d’opérationnalisation de l’offre. Nous avons également le ‘’compte étudiant’’ pour permettre aux étudiants de disposer d’un compte à un prix dérisoire.

Niger Inter Magazine : un moment au regard de la léthargie de ce secteur l’on a cru que la poste a vécu au Niger. Avec les nouvelles réformes sous votre administration, peut-on dire que Niger Poste a de beaux jours devant elle ?

Idrissa Kané : Je dirais que Niger Poste a un rayon de soleil devant elle (rires) car je suis de nature très optimiste. Je le dis très sincèrement, aujourd’hui la Poste c’est le challenge le plus intéressant qui soit parce que c’est un challenge de redressement d’une entreprise qui est vue comme une entreprise qui ne compte plus alors que cela doit être l’une des entreprises les plus en vue dans le développement économique et social d’un pays. Il a été vérifié que les 10 pays les plus puissants économiquement sont les 10 pays ayant les Postes les plus puissantes. La Poste est  aussi perçue comme la présence du service public dans la localité ce qui fait que la fermeture d’un service de poste dans une localité est vécue comme un drame ailleurs. Dans un pays comme le Niger où le taux de bancarisation est de 5%, La Poste a un rôle à jouer pour améliorer de manière significative ce taux grâce à son très large réseau. Nous comptons jouer notre rôle dans ce processus de bancarisation du pays et l’aider à atteindre 15% à court et moyen termes. Nous mettrons bientôt en place le paiement par mobile money et par carte bancaire Made in Niger Poste.

Niger Inter Magazine : Est-ce qu’aujourd’hui la poste prend en charge elle-même ces dépenses régaliennes dont le salaire de son personnel ?

Idrissa Kané : En effet, La Poste paye régulièrement les salaires de ses agents et cela sur fonds propres. On a même investi car moi je suis partisan du principe selon lequel ‘’l’argent appelle l’argent’’. Je pense que dans les années à venir Niger Poste va être une entreprise très rentable pour le grand bien de l’Etat qui pourrait investir ou faire des réalisations comme à une certaine époque dans l’histoire de l’OPT. Je suis très optimiste sur le fait que Niger Poste sera une entreprise stable et rentable. Cette prouesse est bien à notre portée !

 

Interview réalisée par Elh. M. Souleymane et Abdoul Aziz Moussa