Le dimanche 5 Août 2018, à Margou, une localité distante d’un peu plus de 95 kilomètre de Niamey, dans la Région de Dosso, a eu lieu le lancement du Programme Compact Niger. Une population nombreuse et enthousiaste a réservé un accueil chaleureux au Chef de l’Etat Issoufou Mahamdou, arrivé sur les lieux pour présider la cérémonie. Sous les acclamations de celle-ci, ont, tour à tour, pris la parole, le Directeur Général du Millenium Challenge Account, Mahamane Badamassi Annou, la Vice-présidente du Millenium Challenge Corporation, Jane Hauck, l’ambassadeur des Etats-Unis d’Amérique et le Ministre Directeur de Cabinet du Président de la République en même temps Président du Conseil d’Administration du Programme Compact Niger, Ouhoumoudou Mahamadou.

Dans le discours qu’il a prononcé, le Directeur Général du MCA, Mahamane Badamassi Annou, a d’abord précisé que le Programme Compact, « fruit de la coopération entre le Niger et les Etats – Unis d’Amérique … est un portefeuille d’investissements cohérents et massif de près de 250 milliards de francs Cfa sur les 5 prochaines années. Ces investissements visent la croissance économique inclusive et profitable aux populations pauvres dans le respect de l’environnement et de la justice sociale. Le Compact est conçu pour ainsi lever les contraintes majeures qui entravent les secteurs porteurs de croissance pour les pauvres à savoir l’agriculture, l’élevage et les routes ».

Il a, ensuite, souligné que « le Compact est un programme ambitieux et complexe. Il demande pour ce faire, un dispositif approprié. D’où l’importance de la réforme des politiques sectorielles identifiées comme des contraintes à l’épanouissement  de notre économie. Le Compact entreprendra des réformes majeures en vue de l’accompagnement de la dynamique de croissance. Il s’agira de la réforme dans le secteur des engrais, la gestion des ressources naturelles et la mise en valeur des terres, et finalement sur les capacités de nos services dans la collecte et l’analyse des données statistiques. Il s’agira également de la réforme de l’entretien routier ».

Pour mettre en œuvre ce programme novateur et ambitieux, Mahamane Badamassi Annou est sûr du soutien des plus hautes autorités du Niger, notamment, celle du Président de la République Issoufou Mahamadou. D’après lui, « le soutien des institutions nationales dans l’exécution de ce Programme est crucial. Nous savons par avance que cet apport ne nous fera pas défaut ! La preuve éloquente est la présence des plus hautes autorités du Niger, dont vous, Monsieur le Président. Ce Compact, nous le savons, vous tient particulièrement à cœur parce qu’il contribuera à votre objectif de renverser la courbe de la pauvreté ! Vous pouvez compter sur notre détermination commune à relever ce défi !  Comme le dit bien le Slogan de MCC et de MCA-Niger, ‘’ Ensemble nous pouvons réduire la pauvreté par la croissance économique !’’ ».

S’agissant du choix de Margou pour abriter la cérémonie de lancement du Programme Compact-Niger, celui-ci est lié au fait que « la Région de Dosso est un pôle essentiel du Compact, notamment à travers la création d’un aménagement hydro-agricole à Gaya, la construction de 3 routes dont celle qui est devant nous, la RN35 Margou, Sambéra et Gaya (187 km), la RN7 Dosso – BellaII (84 km) et la bretelle Sambéra – Guitodo sur la RN7 (37 km). Le second pôle du Compact est le périmètre irrigué de Birnin-Konni qui sera réhabilité à son état physique initial au profit de près de 10000 producteurs. Le 3ème pôle est novateur. Il s’agit du portefeuille d’investissements en résilience climatique consistant à supporter les communautés là où elles vivent, dans la préservation de leur capital naturel et l’entreprenariat agropastoral. Ensemble l’irrigation, les routes et l’adaptation au climat stimuleront la capacité de millions de nigériens de se tirer par eux-mêmes de la pauvreté », a indiqué Mahamane Badamassi Annou.

Il importe de préciser que le Programme n’intervient pas uniquement dans la Région de Dosso, il couvre aussi les régions de Maradi, Tahoua et Tillabéry. En définitive, c’est au minimum 4 millions de personnes qui seront impactées au terme de sa mise en œuvre.

Jane Hauck, Vice-présidente du Millénium Challenge Corporation, a constaté, elle, la ferveur avec laquelle les populations ont accueilli le lancement du Programme. Ce qui est une preuve de leur adhésion à celui-ci. Jane Hauck les a rassurées que le MCC et MCA mettront tout en œuvre pour la réussite des projets programmés.

L’Ambassadeur des USA au Niger a, quant à lui, indiqué que le gouvernement américain est heureux d’appuyer tout ce qui permet la croissance économique des populations nigériennes et a souligné que les Etats-Unis d’Amérique sont prêts à accompagner le Niger dans ses actions de développement tout en félicitant les autorités pour leurs efforts de promotion de la bonne gouvernance. La bonne gouvernance grâce à laquelle le Niger a été promu au nombre des pays bénéficiaires de l’appui du Millenium Challenge Corporation.

En Effet, le MCC est un fonds d’appui aux pays qui font preuve d’une gouvernance équitable, encouragent la liberté économique et font des investissements dans le développement humain. Il a été établi en 2004 par le Congrès américain pour faire des dons substantiels pour lutter contre la pauvreté dans les pays partenaires des Etas-Unis et qui ont des revenus faibles.

Intervenant à son tour, le Ministre Directeur de Cabinet du Président de la République et Président du Conseil d’Administration du MCA, Ouhoumoudou Mahamadou, après avoir adressé toute la gratitude du peuple nigérien et de ses autorités à l’égard des Etats-Unis d’Amérique, a souligné que le Programme Compact permettra de fournir « des infrastructures et des services vitaux à la population et à élargir les opportunités économiques aux femmes, aux jeunes et aux petites entreprises du Niger. Le Compact va permettre au gouvernement de mettre près de 4 millions de personnes sur le chemin de la croissance ».

Le Programme Compact étant lancé, le Niger a, ainsi, en main un outil novateur qui lui permettra, non seulement d’éliminer l’extrême pauvreté de ses populations, mais aussi de promouvoir la croissance économique basée sur l’augmentation des revenus et l’utilisation productive et durable des ressources naturelles. Son volet infrastructures routières est destiné à rendre accessibles les marchés des zones impactées.

 Bassirou Baki Edir