Hier jeudi, s’est tenue au palais des Congrès,  la cérémonie du  lancement officiel de la campagne « zéro palu ! Je m’engage », une initiative de la 1ère dame Hadjia Aissata Issoufou, présidente de la Fondation Guri Vie Meilleure, champignonne  de la campagne panafricaine «  zéro palu ! Je m’engage ».

Le choix du Niger pour le lancement  de cette campagne panafricaine,  a été rendu possible, grâce à la désignation de la 1ère Dame Hadjia Aissata Issoufou,  ‘’ Champignonne de la Campagne panafricaine  « zéro palu ! J’engage » ‘’ par la commission de l’union africaine et plusieurs partenaires de la lutte contre le paludisme.

En effet, le paludisme demeure un problème de santé majeur au Niger et dans tout le continent africain. Certes  la région africaine  a réalisé des progrès  importants dans la lutte contre le paludisme. Mais  d’importants défis demeurent encore, parmi lesquels on peut citer entres autres, la persistance de la forte morbidité et mortalité liées à cette maladie, les comportements peu enviables des individus et des communautés en matière d’hygiène et d’assainissement, la faible accessibilité des populations les plus vulnérables aux interventions essentielles de lutte, la faible participation des autres secteurs dans la lutte contre cette maladie.

Au Niger, le paludisme constitue un des plus gros problèmes  de santé auxquels le pays fait face avec un taux d’admission de 3,5 millions de cas par an dont plus de 50% sont enregistrés dans la tranche des enfants âgés de moins de 5 ans.

 L’objectif principal visé à travers cette campagne est de renforcer le plaidoyer et la  mobilisation sociale de tous les acteurs autour des stratégies de lutte contre le paludisme afin  d’en finir pour de bon  avec le paludisme d’ici 2030. Elle vise également  à éliminer le paludisme sur le continent africain grâce à l’amélioration de l’accès pour tous, aux moyens de traitement, de diagnostic et de prévention de la maladie.

La Coordinatrice du programme palu au Niger, Dr Hadiza Jackou appelle à un engagement fort de tous et de chacun pour éliminer le paludisme d’ici 2030. Elle appelle le secteur privé, les partenaires et surtout les communautés à s’approprier les moyens mis à leur disposition pour la réussite de cette ambitieuse campagne.

Azahi souleymane

Niger Inter

GRATUIT
VOIR