Dr MINDAOUDOU SOULEY ZEINABOU, Présidente de la Haute Autorité Nigérienne à l’Energie Atomique (HANEA) a animé une conférence de presse ce vendredi 19 octobre 2018 au siège de ladite institution. Il s’agit de faire l’état des lieux des activités de la HANEA. L’on retient de ce point de presse que la pose de la première pierre de la centrale nucléaire du Niger aura lieu en 2021 et l’exploitation prévue vers 2030.

Dans sa communication, Dr MINDAOUDOU SOULEY ZEINABOU a mis en évidence l’importance des applications nucléaires pacifiques qui concernent de nombreux domaines prioritaires de développement socioéconomique.

Elle a confié à la presse que : « La HANEA, a pu mener ses missions régaliennes, ainsi que plusieurs autres activités aux niveaux national, régional et interrégional. »

« Le Niger a été élu commissaire à l’AFCONE, Vice-président du WGB de l’OTICE, et membre du Conseil des Gouverneurs de l’AIEA. Notre pays a également pris part à la 62ème CG de l’AIEA où la délégation a obtenu des résultats très satisfaisants. Les délégués ont rencontré tous les hauts responsables de l’Agence, ainsi que d’autres experts dans les domaines d’intérêt. Nous avons ainsi confirmé l’octroi gracieux de 10 générateurs de technétium pour l’IRI, plus de 400 000 Euros d’équipements pour les laboratoires de sécurité alimentaire, et de contrôle qualité des aliments, des missions d’experts pour la sureté et la sécurité nucléaires, le transport et le stockage de matières radioactives et nucléaires, la mise en place du contrôle aux frontières et de l’application de la Technique de l’Insecte Stérile (TIS) pour les moustiques, ainsi que d’autres formations nationales et régionales dans plusieurs domaines», a précisé la Présidente de la Haute Autorité Nigérienne à l’Energie Atomique.

Selon Dr MINDAOUDOU SOULEY ZEINABOU : « Une rallonge de financement a aussi été obtenue pour le projet de développement des ressources humaines en sciences et techniques nucléaires, et des promesses ont été faites par les DDG, pour nous aider à acquérir un réacteur de recherches et un irradiateur alimentaire. Le Niger a été retenu comme pays pilote en Afrique, à l’image de l’expérience qu’a eue l’Agence avec le Costa-Rica pour l’Amérique latine, l’élaboration et la mise en œuvre d’un plan de sureté nucléaire à l’image de l’INSSP. Notre pays a été félicité pour l’organisation de la mission INIR, l’adoption de la loi portant Sureté, Sécurité et Utilisation Pacifique de l’énergie Atomique (SSUPEA), ou loi nucléaire nationale, et il était à l’honneur à travers les panels, posters et autres interviews. Tous les responsables de l’Agence ont exprimé leur volonté d’accompagner et d’appuyer le Niger dans les activités. »

Et d’ajouter : « Toujours en termes de reconnaissance de nos efforts, un cadre
Nigérien a été retenu pour faire une présentation sur la gestion des ressources en eau lors de la conférence sur les STN qui aura lieu en novembre 2018. Le Niger a été retenu comme pays pilote pour IWAVE. Deux autres personnes ont été retenues pour animer des panels dans le domaine de la radioprotection et la sécurité nucléaire. Le Niger va accueillir fin octobre, une délégation de Députés Burundais, qui veulent s’inspirer de l’expérience des parlementaires nationaux sur les textes nucléaires, pour conduire un processus identique dans leur pays. »

Elle également renseigné la presse que Conformément aux arrangements pratiques signés entre l’AIEA et L’Indonésie, huit (08) pays africains, ont été sélectionnés dont le Niger, pour une visite scientifique dans ce pays afin d’échanger avec les acteurs, d’initier des partenariats, de trouver les voies et moyens pour établir une collaboration durable dans le domaine nucléaire, mais surtout d’apprendre les bonnes pratiques pour apporter le changement. Des difficultés ont été évoquées par rapport au Centre National de lutte contre le cancer (CNLC), et aux déclarations dans le cadre des Garanties nucléaires et du Protocole additionnel. Cinq projets nationaux sont en cours d’exécution pour le cycle 2018-2019 et six (06) projets ont été retenus pour financement pour le cycle 2020-2021 ».

En répondant à la question qui taraude les esprits à savoir à quand la centrale nucléaire pour le Niger, la Présidente de la Haute Autorité Nigérienne à l’Energie Atomique a estimé que la pose de la première pierre interviendra en 2021 et l’exploitation de l’énergie électronucléaire vers 2030. Ce qui va permettre aux Nigériens d’avoir à l’électricité disponible et à moindre coût !
Rappelons que la HANEA a été créée par décret N°2013-490/PRN du 04 décembre 2013 avec pour missions : Supervision, coordination et promotion de toutes les applications pacifiques des STN y compris l’électronucléaire et les radiations ionisantes, en collaboration avec toutes les structures impliquées
– Autorité en charge de la mise en œuvre du TICE
– Point focal et Bureau de liaison avec l’AIEA, AFCONE et toutes autres institutions internationales œuvrant dans le domaine nucléaire
– Etablissement et /ou Renforcement de la coopération avec toutes les institutions internationales travaillant dans le domaine
– Tutelle CNRP
– participation à l’élaboration, au suivi et à l’évaluation des politiques et stratégies nucléaires
– Initiation et/ou participation à l’élaboration des projets de textes réglementaires
– Faciliter le développement des capacités
– Veiller au respect par le Niger de toutes ses obligations internationales en la matière
– Conseiller et faire des propositions au PR, au Gouvernement.

Abdoul Aziz Moussa

Niger Inter

GRATUIT
VOIR