Un feu déclaré dans un village situé au nord du département de Tanout dans la région de Zinder a consumé plusieurs hectares de pâturage avant d’être circonscrit.

La fin de la saison pluvieuse s’accompagne souvent de feu de brousse particulièrement dans les zones pastorales. C’est le cas vendredi dernier dans une localité située à 55 km au nord du département de Tanout dans la région de Zinder. « Hier dans la soirée, on nous a alerté d’un feu de brousse dans la partie nord de Tanout », a expliqué Sayabou Moussa, préfet de Tanout rapporté par le studio Kalangou. « Aussitôt l’information reçue, une équipe de l’environnement a été mobilisée sur le site. Quand elle a vu l’ampleur du feu sur le terrain, elle a mobilisé la population et compte tenu de la situation, nous avons mobilisé quatre véhicules des Forces de défense et de sécurité (FDS) à partir de Tanout », a-t-il ajouté. Un autre camion transportant les populations des villages environnant a été également dépêché par la mairie pour apporter leur appui.

Ainsi, grâce à cette mobilisation, le feu a été circonscrit tôt dans la journée du samedi. Aucune perte en vie humaine ou animale n’a été enregistrée. Mais le feu a consumé 13 500 ha. L’origine de ce feu serait des transhumants en transit dans la zone. « Après investigation, nous avons constaté que c’est des transhumants de passage qui ont allumé un feu pour le thé », a expliqué pour sa part le directeur départemental de l’Environnement de Tanout, rapporté toujours par le studio Kalangou. «  On a retrouvé les traces des délinquants, mais on n’a pas pu mettre la main sur eux », s’est-il désolé.

C’est le deuxième plus grand feu qu’a connu cette zone de pâturage dans la région de Zinder, notamment en début du mois de septembre où 2 400 ha sont partis en fumés.

A noter qu’au Niger, pays caractérisé par une longue période sèche, les feux de brousse sont une préoccupation au quotidien, surtout en cette période de fin de saison des pluies. Une fois déclaré, le feu, d’origine criminelle, volontaire ou involontaire peut détruire en quelques heures des centaines d’hectares mettant en péril la vie déjà précaire des paysans.

Toutefois des méthodes existent pour prévenir les feux de brousse et protéger ainsi les réserves fourragères. Il s’agit particulièrement de la construction des bandes pare-feu ou des couloirs vides créés entre des espaces pastoraux.

Almoustapha Boubacar

Niger Inter

GRATUIT
VOIR