Le Projet de Développement des Compétences pour la Croissance (PRODEC) a rencontré les responsables des médias nigériens à l’Hôtel Bellissimo de Niamey, le Mercredi 20 Février 2019, à l’effet de leurs présenter ses réalisations et ses perspectives. Grâce à cette rencontre, le PRODEC entend faciliter l’atteinte de l’objectif qui est d’accompagner le développement de compétences de près de 32000 jeunes d’ici 2022.

Il faut souligner que c’est un projet d’une durée de six ans quand il a démarré ses activités le 1er Janvier 2014, mais qui a vu sa date butoir prolongée jusqu’en 2022. Il a été financé par la Banque Mondiale à hauteur de 15 Milliards de F CFA au démarrage de ses activités en 2014. Grâce à son succès, il vient de bénéficier d’un financement additionnel de 27 Milliards de F CFA auprès de cette institution mondiale.

D’après Aoula Yahaya, Coordonnateur du PRODEC, le projet intervient partout au Niger et consiste à améliorer l’efficacité de la formation professionnelle formelle et les programmes courts de développement des compétences dans les domaines du bâtiment et génie civil, de l’hôtellerie et tourisme, des cuirs, peaux et viande, de la mécatronique, de l’agriculture et de l’élevage.

Pour exécuter son programme, le PRODEC s’appuie sur l’ANPE (Agence Nigérienne pour la Promotion de l’Emploi), la CCIN (Chambre de Commerce et d’Industrie du Niger (CCIN) et le Fonds d’Appui à la Formation Professionnelle et à l’Apprentissage (FAFPA).

Celui-ci s’articule autour de trois composantes à savoir, l’amélioration de l’efficacité de la formation formelle, le renforcement de programmes courts de développement des compétences et d’apprentissage, le renforcement des capacités institutionnelles et suivi et évaluation.

En rapport avec ces composantes, le PRODEC a appuyé la restructuration du Centre des Métiers du Cuir et d’Art du Niger (CMCAN), du Lycée Technologique de Doutchi, et le Lycée Professionnel de l’Hôtellerie et du Tourisme d’Agadez. Il a pu mettre en stage 3500 jeunes diplômés des niveaux moyens et supérieurs dès le mois de Novembre 2017 alors que l’échéance était prévue pour 2019 au départ. 49% des jeunes mis en contact avec les employeurs étaient des jeunes filles et 70% des bénéficiaires de stages ont accédé à un emploi.

D’après les explications du Coordinateur du PRODEC, depuis 2017, 3006 jeunes ont bénéficié ou sont en cours de l’apprentissage dual, alors que la cible à atteindre était 3000. Donc sur le plan du développement de l’apprentissage, les objectifs sont plus qu’atteints.

Toujours depuis l’année 2017, 1017 jeunes dont 428 femmes ont été formés sur les techniques agricoles par le FAFPA. Concernant la mise au point de programmes de formation de courte durée à la demande, 773 jeunes déscolarisés achèvent une formation technique suite à l’intervention du projet. D’après une étude faite sur ce plan, 63% des bénéficiaires de l’apprentissage dual, agricole et de la formation à la demande ont accédé à un emploi.

Sur le plan de la promotion de la formation en entreprenariat, 2044 jeunes diplômés des niveaux moyens et supérieurs ont bénéficié d’une formation en entreprenariat et 3012 autres vivants en milieu rural ont bénéficié d’une formation dans le même sens dont 80% sont des femmes.

Selon Aoula Yahaya, en quatre années d’existence, le PRODEC a répondu à la priorité du gouvernement nigérien en matière de développement des programmes d’éducation et de formation. En définitive, 14024 personnes ont bénéficié des actions du projet dont 40% des femmes, sur une cible initiale de 15931 personnes, soit un taux de réalisation de 88% un an avant la fin du financement initial.

Avec ces progrès enregistrés, des progrès sans doute plus que satisfaisants, le gouvernement nigérien et la Banque Mondiale ont procédé, le Jeudi 28 juin 2018 à Niamey, à la signature d’un second accord de financement additionnel d’un montant, cette fois-ci, de 50 Millions de Dollars US au profit du PRODEC.

Et le Coordonnateur du PRODEC d’expliquer que ce financement additionnel permettra de renforcer les principaux résultats atteints, mais, en mettant un accent particulier sur la formation des jeunes dans les secteurs de l’agriculture et de l’élevage.

Au cours du projet, il est prévu la restructuration de sept centres de formation professionnelle, le démarrage d’un programme de reconversion des chômeurs de longue durée avec l’ANPE, la construction de dix sites d’apprentissage agricole et l’organisation d’une compétition des plans d’affaires qui va primer trois cents lauréats. Ce qui augure de nouvelles opportunités pour la jeunesse nigérienne.

Bassirou Baki Edir

Niger Inter

GRATUIT
VOIR