Du 2 au 3 février dernier, le ministre d’Etat,  de l’intérieur, de la sécurité publique, de la décentralisation, des affaires religieuses et coutumières a parrainé le forum d’échange intercommunautaire  sur la « Promotion de la sécurité, de la paix, de la cohésion sociale et du développement local  dans la commune d’Azeye, à haut indice démographique et flux migratoire » dans le département d’Abalak. Le Directeur de cabinet adjoint du premier ministre Dr Aghali Abdelkader et le général Abou Tarka du HACP étaient les modérateurs des panels.

C’était un forum populaire où les populations, autorités administratives et coutumières ont eu des échanges fructueux avec des panélistes aguerris comme Mohamed Baye et Youssouf Moctar Mohamed sur les questions de la gestion des ressources naturelles, la culture de la paix et sécurité. Dans la journée du samedi 2 février, les échanges avec les panélistes ont eu lieu avec l’assistance en langues du terroir où les uns et les autres ont exprimé leurs préoccupations et leurs propositions de solutions aux problèmes qui assaillent les populations d’Azawak en général et de la Commune d’Azeye en particulier.

Trois panels étaient au menu des débats souvent passionnants à savoir la Culture de la paix, sécurité communautaire et cohésion sociale, la gestion des ressources naturelles et hydraulique pastorale cas de la commune d’Azeye.

Lors des échanges, les intervenants ont salué le fait que malgré la proximité de la zone avec les foyers d’insécurité, la paix et la sécurité sont des réalités dans l’Azawak. Dans ce sens, les députés, élus locaux et leaders du terroir ont exprimé leur gratitude à l’endroit du président de la République, SEM Issoufou Mahamadou et le gouvernement pour les efforts consentis sur le plan sécuritaire et aussi pour le développement économique et social de cette zone agropastorale.

Ils ont également remercié le ministre d’Etat Bazoum Mohamed d’avoir fait le déplacement pour le lancement de ce forum mais aussi pour ses efforts aux côtés du président Issoufou dans la mise en œuvre de la politique sécuritaire de la 7ème République. En prenant la parole à ce forum, le député d’Abalak Mohamed Ahmadou a dit que la présence du ministre d’Etat Bazoum Mohamed à ce forum met en évidence son attachement au bien être de la population d’Azawak. Il a également lancé un appel à l’unité nationale au nom de ses collègues députés qui ont fait le déplacement à Azeye en ces termes : « Nous disons notre opposition à tout celui qui exploite son identité ou l’identité de quelqu’un. Nous sommes tous les mêmes. Nous constituons un même peuple où les populations de tous les points cardinaux vivent en symbiose. On partage tout ensemble au Niger et on regarde tous dans la même direction ».

Pour sa part, Bazoum Mohamed après avoir suivi avec empressement les échanges directs entre panélistes et participants, il  a salué les organisateurs pour cette belle initiative. Il a déclaré que ‘’si l’Azawak est aujourd’hui en paix c’est aussi grâce à la volonté des populations qui ont compris que la paix est une affaire des communautés’’. Le ministre d’Etat a rendu par la même occasion un hommage aux forces de défense et de sécurité pour leurs efforts et sacrifice d’assurer la sécurité dans cette partie de notre vaste territoire. A propos de la demande récurrente de la création d’un peloton de sécurité à Azeye, Bazoum Mohamed a dit que  le gouvernement fera suite à cette demande en ce sens qu’elle a été déjà formulée par le Conseil national de sécurité. Il a appelé la population d’Azawak a davantage de collaboration avec les autorités et les forces de défense et de sécurité pour consolider les acquis de la paix et la sécurité qui caractérisent aujourd’hui cette partie de notre pays.

S’agissant du problème crucial d’eau, le ministre de l’hydraulique, M. Issoufou Katambé qui a été élevé par le 5ème groupement d’Azeye ‘’Aghmar N’agane’’ (sarkin yaki), a rappelé la disparité au Niger en matière des besoins en eau. En effet, a-t-il renseigné, 46% ont accès à l’eau potable au Niger. A Tahoua 37%  c’est 37% de la population qui a accès à l’eau potable. Dans l’Azawak seulement 5% qui ont accès à l’eau potable et 10% dans certaines communes. Et là où le bât blesse, à Tahoua il faut souvent forer de 700 à 800 mètres pour accéder à l’eau. Cette situation a pour conséquence une rareté de financement auprès des partenaires qui préfèrent forer de petites profondeurs et offrir plusieurs ouvrages aux populations à moindre cout, a précisé le ministre Katambé.

Les maires  d’Abalak et d’Azeye comme bien d’autres intervenants ont insisté sur la nécessité de la mise en application des textes de la République portant code rural et de l’entretien des ouvrages et infrastructures mises à la disposition des communautés.

Dans ce sens, le député Adamou Namata, ancien ministre de l’hydraulique et de l’environnement a rappelé, face à l’action humaine, la nécessité du respect de la loi sur la préservation de l’environnement notamment sur la coupe du bois.

Répondant à certaines préoccupations, le ministre d’Etat Bazoum Mohamed a relevé le caractère ‘’suranné’’ de la loi de 1961 qui a été élaborée au moment le Niger n’avait que trois millions d’habitants et au moment le phénomène du  changement climatique était moins itératif. Il a également appelé à la sensibilisation des populations sur l’utilisation du charbon thermique et du gaz pour ne pas aggraver la sécheresse. A ce propos, le réseau des femmes pour la paix et la sécurité a pris l’engagement d’apporter sa contribution pour sensibiliser les populations à l’usage du gaz.

Dans son allocution de clôture de ce forum, le ministre d’Etat Bazoum Mohamed a appelé les populations au respect des règles de la cohabitation pacifique et aux FDS et les magistrats de faire leur travail dans  la justice et  l’équité. Il a également remercié vivement le comité d’organisation pour la réussite du forum avec la ferme promesse de rendre compte au Premier ministre toutes les demandes adressées au gouvernement.

A l’issue de ce forum, les participants ont recommandé que ce genre de forum soit tournant chaque année dans les différentes  communes d’Azawak ; la mise en place d’un cadre de suivi et évaluations du forum ; prendre en compte la problématique de l’eau dans l’Azawak en général et à Azeye en particulier   et la création d’un cadre d’échange intercommunautaire à Azeye.

EMS et Abdoul Aziz Moussa

© NigerInter.com

Niger Inter

GRATUIT
VOIR