En trois jours, à pas de charge, le Premier ministre a été  successivement l’hôte des populations de Diffa commune, Foulatari (département de Maïné Soroa) et Blanakour (département de N’Gourti). C’était en fin de semaine dernière. Pour l’anecdote, Brigi Rafini est le premier Premier ministre qui a mis pied à Foulatari, commune rurale à vocation pastorale distante de seulement 70 km de Diffa, le chef-lieu de région. On pourra dire la même chose des populations de Blanakour, qui ont même dédié une cuvette au nom de Brigi Rafini.

Ces localités ont la particularité d’être à la fois dans un environnement austère mais aussi inaccessibles. Pour aller à Blanakour, les voyageurs longent la route nationale qui mène à N’Guigmi. En fait, le terrain est sablonneux, aucune piste rurale ou route goudronnée n’existe dans ces zones. Chacun essaie de se frayer un chemin du mieux qu’il peut pourvu qu’il mène à destination. Ici, la vitesse normale c’est au plus 40 km à l’heure. Il faut être bien concentré dans ces endroits où il n’existe ni plaque indicative ni tout autre repère pouvant permettre de s’orienter.

S’il y a une doléance qui est la chose la mieux partagée dans ces zones c’est bien la route. Car comme l’on dit, « la route du développement passe par le développement de la route ».

L’objet de ce déplacement marathon du Premier ministre est d’être au plus près du quotidien des populations rurales, et partager leurs préoccupations et espoirs.

 

Dans la commune de Diffa

A Diffa, Brigi Rafini est allé se recueillir sur les tombes des militaires nigériens et tchadiens morts sur le champ d’honneur avant de s’adresser aux soldats, sous officiers et officiers nigériens et des autres pays de la Force mixte multinationale sur la place d’armes de la zone de défense. Après, il a visité l’importante moisson arrachée par nos forces des mains de Boko Haram : véhicules, munitions, motos, armes individuelles etc. Cette moisson assez consistante est le fruit de plusieurs opérations de ratissage menées par les FDS sans tambours ni trompettes.

Aux FDS, il a dit toutes les appréciations du Président de la République, Chef suprême des armées, du gouvernement et de la Nation toute entière. Puis, il a rencontré les représentants des couches socioprofessionnelles de Diffa pour entendre leurs doléances. Les jeunes, les chefs traditionnels, les autorités administratives, les acteurs politiques, les représentants des ONG et les humanitaires ont fait part des préoccupations de la population pour améliorer ses conditions de vie.

 

Au forum intercommunal de Foulatari

A Foulatari, il s’agit d’un forum intercommunal sur la paix et la coexistence pacifique qui réunit les communes de N’Guelbeyli et Foulatari. La gestion concertée des ressources naturelles et les mécanismes traditionnels et modernes de prévention et de gestion des conflits fonciers sont les principales problématiques qui sont abordées.

L’année dernière, ce forum intercommunal avait abouti à la signature d’un accord entre communautés peulh et toubou sous la garantie des chefs traditionnels. Cet accord a mis fin au vol de gros bétail qui occasionnait des conflits intercommunautaires. Il est toujours en vigueur. C’est une expérience originale qui pourrait être dupliquée dans d’autres communes du Niger sur le modèle du forum intercommunal en vue de prévenir et de gérer les conflits.

Très satisfaites de cette visite du Premier ministre, les populations, par le biais du chef de groupement et du maire de Foulatari ont décerné à Brigi Rafini le bâton du berger, une distinction réservée aux hôtes de marque.

Au festival de Blanakour

A Blanakour, il ne s’agit pas d’un forum mais d’un festival qui est en lien avec la préservation et la promotion de la paix. Le festival de l’artisanat et de la culture, qui est à sa deuxième édition, a été placé, cette année, sous le thème : « Artisanat et culture ; facteurs de paix et de développement ». C’est un festival qui a réuni des participants des communes voisines de N’gourti relevant des régions de Diffa, Zinder et Agadez. Les participants sont également venus de la Libye et du Tchad. C’est un cadre de partage des valeurs culturelles, de paix et de tolérance.

Ce déplacement a une symbolique forte. Le Premier ministre est parti au milieu des communautés pour toucher du doigt les réalités qu’elles vivent au quotidien. C’est pourquoi, leurs représentants n’ont pas eu de peine à convaincre de certaines difficultés comme l’absence de routes, l’insuffisance des infrastructures scolaires et sanitaires, les problèmes d’eau et d’électricité etc.

Il est vrai que sur bien d’aspects, le gouvernement est déjà engagé à apporter des solutions comme la réalisation de la route Maïné Soroa-Gaidam, au Nigeria, la route du pétrole, la résorption des problèmes d’eau et d’électricité dans certaines localités de la région. Ces réalisations permettront un coup d’accélérateur à l’économie de la région de Diffa. Quant à la CNPC qui exploite le pétrole, dans le département de N’gourti, elle a aussi prévu un programme de construction d’infrastructures sociales et de recrutement de jeunes notamment de la région, au cours de l’année 2019.

Enfin, le gouvernement a conçu un programme spécial pour le département de N’gourti en vue d’améliorer significativement les conditions de vie des populations. Ce programme aura une durée de vie de 3 ans et coûtera selon une source proche du dossier la somme de 17 milliards de francs CFA.

Tiemago Bizo, envoyé spécial

Niger Inter

GRATUIT
VOIR