En marge de la cérémonie du lancement du Programme de Coopération Niger-Unicef 2019-2021 qu’il a présidé ce mardi 02 Avril 2019 dans la Salle de Conférence du Grand Hôtel de Niamey, le Ministre du Développement Communautaire, Abdou Amani, a repondu à deux questions que nous lui avons posées. En rappel, cette cérémonie a vu la participation de plusieurs membres du Gouvernement, des responsables des missions diplomatiques accréditées au Niger et de nombreux Partenaires Techniques et Financiers.

Question: Monsieur le Ministre du Développement Communautaire, vous venez de lancer le Programme de Coopération Niger-Unicef 2019-2021. Etes-vous satisfait de son élaboration et quelle est sa partcularité?

M. Abdou Amani: Nous venons de lancer, comme vous l’avez si bien dit, le Programme de Coopération Niger-Unicef, un programme étalé sur trois années, 2019-2021. Il fait suite à un autre de 2014-2018. Nous avons eu l’occasion de découvrir les orientations et les stratégies de ces programmes-là qui nous ont été présentés par l’Unicef. Je vous avoue, la satisfaction est grande du moment où ce programme a été élaboré avec la participation et le concours des Ministères et des partenaires concernés. Nous avons eu l’occasion de découvrir le degré de satisfaction de nos partenaires des différents Ministères quant aux contributions importantes que l’Unicef a eu à apporter à chacun dans son secteur. Ils ont pris l’engagement, en ce qui les concerne, d’être aux côtés de l’Unicef, parce que l’Unicef a toujours accompagné le Gouvernement du Niger sur beaucoup de questions de développement. Nous avons aussi salué l’alignement de ce programme à toutes nos priorités nationales, notamment le PDS 2017-2021. Donc, c’est une grande avancée. Vous avez vu le coût, c’est environ 190 millions de Dollars US sur les 3 années. L’autre partcularité de ce programme, c’est un programme triennal. La planification annuelle a été abandonnée, mais, pas totalement puisqu’à l’intérieur de ce programme triennal, la programmation annuelle va se faire. Mais, dès au début, ce sont les trois années qui ont été retenues et je pense que ça a été salué par l’ensemble des acteurs présents. Nous tenons une fois de plus à remercier ces partenaires-là, à féliciter la Représentante de l’Unicef au Niger, Mme Félicité Tchinbidat. Et d’ailleurs, comme quelqu’un l’a dit, nous ne pouvons que féliciter Félicité du moment où, depuis qu’elle est là, nous avons senti un changement positif. Je pense que nous sommes là pour les enfants, nous sommes là pour les générations futures. Ce programme va certainement permettre aux uns et aux autres de faire bouger les lignes. Quant aux blocages, il y en a eu certainement. Nous avons identifié, quand même, quelques obstacles et qu’ensemble nous nous sommes engagés à les relever pour que ce programme-là soit une réussite et qu’il n’y ait pas d’entraves pour sa réalisation.

Question: Est-ce que ce programme va avoir un regard particulier sur des régions comme Diffa et Tillabéry qui sont en proie à l’insécurité à l’heure actuelle?

M. Abdou Amani : Absolument! Parce que ce programme prend en compte la dimension sécuritaire. Aujourd’hui, l’Unicef est présent à Diffa! Et d’ailleurs, sur le Nexus Development, je pense que l’Unicef est présent. L’Unicef agit non seulement sur le domaine sanitaire, le domaine éducatif, la formation professionnelle, la promotion de la femme, la protection de l’enfant, l’hydraulique mais aussi sur le domaine sécuritaire. Je pense que le Ministre en charge de l’Action Humanitaire l’a témoigné. Chaque fois que nous faisons face à une situation de crise, l’Unicef est le premier partenaire à intervenir, à réagir. Et sa réponse a toujours été saluée par le Gouvernement du Niger.

Propos recueillis par Bassirou Baki Edir

Niger Inter

GRATUIT
VOIR