Hier dimanche, 18 aout 2018, face à la presse à Gouré, le président du Comité Exécutif du PNDS-Tarayya, Bazoum Mohamed a clôturé sa tournée de contact et d’échanges avec les militants du parti rose. A travers cette conférence de presse, il a tiré le bilan de ses rencontres avec ses partisans dans la région de Zinder et a répondu aux récriminations de ses adversaires politiques qui l’accusent d’être en campagne électorale avec les moyens de l’Etat.

Dans son message préliminaire, Mohamed Bazoum a exprimé sa satisfaction de la mobilisation très massive des militants du PNDS partout où il est passé et de l’adhésion des militants d’autres partis politiques au PNDS-Tarayya. Certes le parti rose est le premier parti à Zinder selon les résultats des élections de 2016 mais l’ascension du PNDS à Zinder est on ne peut plus fulgurante, a constaté le candidat investi du PNDS.

A propos de l’accusation d’être en campagne électorale en violation du code électoral, Mohamed Bazoum a déclaré : « Je ne suis pas en campagne électorale, je suis plutôt dans une mission de prise de contact avec nos militants comme d’autres leaders de l’opposition et de la majorité le sont dans d’autres régions du Niger ». Et d’ajouter,  aucun texte du code électoral n’interdit aux leaders des partis politiques de rendre visite à leurs militants.

 Bien au contraire, rétorque Bazoum Mohamed qui se demande à quoi servent alors les partis politiques s’il faut aller à la rencontre des militants seulement en période électorale. En substance, c’est un procès d’intention qui est fait à l’encontre du candidat du PNDS qui reproche d’ailleurs aux leaders de l’opposition de rester dans leurs salons à la différence du PNDS quand il était à l’opposition.

D’ailleurs, le président Issoufou avait fait plus de 900 villages dans l’optique des élections de fin de mandat du président Tandja, a rappelé Mohamed Bazoum. Il a dit également que c’est une tradition au PNDS d’aller sur le terrain au contact des populations. Et selon Bazoum, cette pratique du PNDS trouve son explication sur le fait que ce parti n’avait pas hérité de l’appareil d’Etat ni d’autres avantages comme les hommes d’affaires ou les chefs traditionnels. Pour grandir en tant que parti politique, le PNDS-Tarayya avait eu recours à la stratégie des rencontres de proximité avec les nigériens, a précisé Bazoum Mohamed.

S’agissant de l’usage des moyens de l’Etat pour sa tournée, le leader du parti rose a reconnu que c’est une mauvaise pratique de tous les régimes qui se sont succédé à savoir le fait que les ministres partent en vacances avec les véhicules du service. Après avoir regretté cette contre-valeur, le candidat Mohamed Bazoum a pris l’engagement de ne plus utiliser les véhicules de l’Etat pour ses virées politiques et demande aux autres leaders de respecter également le même principe.

Dans l’ensemble, Mohamed Bazoum est très satisfait de sa tournée qui présage de très bonnes perspectives pour le PNDS dans la région de Zinder. Et sur les accusations de ses pourfendeurs, Mohamed Bazoum a martelé : « Il n’y a pas un article du code électoral qui empêche à un leader de rendre visite à ses militants ».

Rappelons qu’au cours de ce périple, le président Bazoum était accompagné des délégations de l’Organisation de la Jeunesse Tarayya (OJT), de l’Organisation des Femmes Tarayya (OFT) et des leaders du Bureau exécutif  fédéral Tarayya et députés de la région de Zinder.

Elh. M. Souleymane

Niger Inter

GRATUIT
VOIR