Une conférence régionale du MPN a réuni le samedi 24 décembre 2016 dans la ville de Maradi des délégués venus de tous les départements de la région, sous la supervision d’un comité de contrôle composé des membres du BPN et d’un huissier de Justice. Objectif : Mettre en place un bureau conforme à la réglementation du parti.

A noter que suite à une crise survenue dans le parcours du parti à Maradi, deux bureaux ont été successivement mis en place et aucun d’eux n’avait respecté les textes du parti, notamment l’obligation d’avoir l’aval du Bureau Politique National pour mettre en place une coordination Régionale.

C’est Mahamane Laouali Dan Dano, actuel Gouverneur de la Région de Diffa qui a été élu à l’unanimité, pour succéder à Maman Bachir Djano sous les acclamations appuyées des délégués et invités présents pour la circonstance. Cette élection de Laouali Dan Dano à la tête de la coordination Régionale, a été largement appréciée par les analystes de la scène locale, en ce sens qu’elle met hors d’état de nuire une certaine catégorie de trublions politiques qui ont non seulement pourri la situation à l’intérieur de leur parti, mais aussi ont contribué par leurs « agissements enfantins » à ternir l’image même de la région.

Ce renouvellement du bureau de la coordination régionale est en effet l’épilogue d’une série de secousses  violentes qui l’ont traversée. Sani Attiya, vice président et membre du BPN est désigné ici comme l’élément déclencheur de tous les soubresauts qu’a connu le parti. Devenu Député National, « l’analphabète » et jeune Attiya s’est subitement senti pousser des ailes, au point d’exclure à tour de bras tous les membres du premier bureau qui ne répondaient pas à sa convenance.

Devenu « puissant et intouchable », à cause de sa proximité avec le Président du Parti Ibrahim Yacouba, il a multiplié les exclusions de militants, allant même jusqu’à humilier certains d’entre eux en les faisant expulser « manu militari » du siège du parti par sa « milice ». Sa cible toute désignée : les intellectuels et autres cadres bien pensants. Ainsi, beaucoup de militants se sont retiré en silence, pour ne même pas avoir à rencontrer le personnage.

Ayant fait place nette, il avait à l’insu du BPN mis en place un nouveau bureau de la coordination régionale où il a intronisé un autre trublion de la scène politique communale de Maradi, le bien nommé Saminou Dan Tachi. Un attelage brinquebalant que les coordinations départementales ont tôt fait de dénoncer en convoquant à leur tour une conférence régionale, non réglementaire, à travers laquelle elles ont fustigé la main mise de Sani Attiya sur le parti et récusé tout le bureau mis en place par ses soins. Depuis lors, une confusion évidente régnait dans la « Yacoubiya » de Maradi.

Prenant le dossier en main, le BPN du parti mit en place un comité de supervision pour organiser et valider le renouvellement de la coordination régionale avec toutes les parties prenantes. C’est ce qui s’est passé samedi dernier dans la salle de réunion de la Chambre de Commerce de Maradi, où un nouveau bureau présidé par Mahamane Laouali Dan Dano a été mis en place.

Sentant peut-être la partie déjà jouée en sa défaveur, la partie de Sani Attiya n’a pas participé au renouvellement du bureau. Elle s’est retirée dans son QG d’où elle a procédé à la lecture d’une « déclaration incendiaire » à l’endroit du président national du Parti sous le couvert d’un « comité de redressement ».

De l’avis de tous les observateurs de la crise qui a violemment secoué  la « Yacoubiya » de Maradi, la mise en place de ce nouveau bureau marque la victoire des « intellectuels » sur les « analphabètes » de la junte rouge et jaune.

El Kaougé Mahamane Lawaly. Le Souffle Maradi.

Niger Inter

GRATUIT
VOIR