Le samedi dernier, Mamoudou Gassama, un immigré malien sans papiers était à la Une de l’actualité hexagonale pour avoir sauvé la vie à un bébé en escaladant en moins de trente secondes quatre étages à Paris. Par cet acte héroïque, ce jeune africain de 22 ans vient de sortir à jamais de l’anonymat.  « Vous êtes devenu un exemple car des millions de gens vous ont vu, c’est donc normal que la nation soit reconnaissante », a martelé Emmanuel Macron.

En le recevant ce lundi, le président français Emmanuel Macron a déclaré dans un tweet : « Je lui ai annoncé qu’en reconnaissance de cet acte héroïque il allait être régularisé dans les plus brefs délais, et que la brigade des sapeurs-pompiers de Paris était prête à l’accueillir. »

Et d’ajouter : « Comme c’est un acte exceptionnel, on va dès aujourd’hui régulariser tous vos papiers et si vous le souhaitez on va engager une procédure de naturalisation pour que vous puissiez devenir français, si vous en avez le projet », a dit le chef de l’État lors de son entretien à l’Elysée avec le jeune homme de 22 ans.

Le sort de Mamoudou Gassama rappelle d’une certaine manière celui de ces milliers d’africains sans papiers qui apportent leur pierre à l’édifice des pays Occidentaux qui sont dans une posture de rejet total de ceux-là qui sont traités par tous les noms d’oiseaux sauvages.

Au niveau politique, c’est connu le choix des autorités occidentales est de bloquer systématiquement les jeunes africains dans leurs pays. En Novembre dernier, dans un entretien accordé à Niger Inter, le philosophe sénégalais Pr Malick Diagne disait : « les jeunes africains qui se noient dans les océans en voulant aller en Occident lancent à l’humanité un baroud d’honneur comme pour dire : rien ne peut nous empêcher d’aller en Europe. » Et on le voit, malgré tous les moyens déployés des milliers de Mamoudou Gassama franchissent les frontières des pays européens. Ce qui fait dire  Pr Malick Diagne :   « A l’épreuve des faits, au regard de la détermination des jeunes africains, on peut dire que ces stratégies concoctées par les Occidentaux sont vouées à l’échec tant qu’on n’arrivera pas à améliorer la gouvernance en Afrique et asseoir une véritable politique de développement. La seule façon de retenir les jeunes africains, candidats à l’aventure migratoire, c’est de leur donner un espoir. De plus en plus, nos jeunes qui ne sont pas nés dans certaines classes sociales n’ont plus aucun espoir. Ils sont obligés de risquer leur vie en se disant que dans tous les cas ils n’ont rien à perdre. Dans un tel désespoir, la seule façon de retenir les africains chez eux c’est simplement de procéder à une redistribution équitable des ressources disponibles. Cette croissance tant chantée en Afrique ce n’est que du discours mais concrètement les gens ne voient rien. Les gens ne mangent plus à leur fin et les systèmes éducatifs sont en faillite. Les intérêts mercantilistes sont en train de tout foutre en l’air de sorte que les jeunes n’ont plus d’espoir. »

Le geste plein d’humanisme de Mamoudou Gassama appelle aussi à plus d’humanisme à ses semblables de la part des Occidentaux. Ces jeunes africains qui ont tout bravé pour se retrouver en Occident où ils sont moins que rien.

Segolène Royal a raison lorsqu’elle écrit dans un tweet parlant de Mamoudou Gassama : « Son mérite n’en est que plus grand car il aurait pu avoir le réflexe de se cacher pour ne pas risquer l’expulsion. »

C’est sans tenir compte de la culture africaine de ce jeune homme mu par le respect de la vie et son caractère sacré en ne considérant que sa témérité. Le drame de la jeunesse africaine se traduit  peut-être dans cette vérité crue du philosophe  Malick Diagne : « Pourtant notre continent est en réalité un sanctuaire des richesses frénétiquement exploitées par les autres avec la complicité de quelques-uns de nos dirigeants qui laissent les populations africaines à leur sort comme ces jeunes-là qui n’ont plus d’espoir. »

EMS

Niger Inter

GRATUIT
VOIR