La violence à l’égard des femmes est un problème mondial urgent, qui touche les femmes et les filles de tous  âges, dans tous les pays du monde. Aujourd’hui, une femme sur trois dans le monde est exposée à une forme de  violence physique ou sexuelle et 98% des 4,5 millions de personnes soumises à l’exploitation sexuelle sont des femmes ou des filles. Vulnérables à la violence dans leurs foyers, au travail et dans les rues de leurs propres quartiers, les femmes sont aussi, fréquemment, les cibles particulières d’actes de violence sexuelle et physique en temps de guerre et de conflit.

La pandémie comportementale de violence à l’égard des femmes traverse toutes les frontières culturelles et géographiques. Même dans des pays pouvant être perçus comme progressistes  en matière de droits des femmes, comme ceux de l’Union européenne ,45 à 55% des femmes sont victimes de harcèlement sexuel depuis l’âge de 15 ans. Dans certains pays, un tiers des premières expériences sexuelles des adolescentes Sont  non consensuelles et violentes.

L’Internationale socialiste des Femmes (ISF) croit profondément que la violence à l’égard des femmes, sous toutes ses formes, est totalement inacceptable et constitue un obstacle grave à l’émancipation des femmes, ainsi qu’à une véritable égalité des sexes dans le monde. L’ISF fait siens le but et les principes de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes. Elle poursuivra son programme en faveur de l’éradication de toute forme de violence à l’égard des femmes et des filles sans le monde.

L’ISF soutient avec vigueur le lancement, le 25 novembre, de la campagne « Tous UNIS pour mettre fin à la violence à l’égard des femmes », les « 16 jours d’activisme contre la violence sexiste » et le Cadre d’action des Nations Unies pour la prévention de la violence à l’égard Des femmes. L’ISF s’engage à promouvoir le Cadre parmi ses membres et organisations affiliées pour Les mobiliser afin que la fin de la violence à l’égard des femmes devienne une réalité mondiale.

L’ISF soutient que des  politiques, des lois et des actions pour mettre un terme à la violence à l’égard des Femmes doivent être mises en place de toute urgence, dans le monde entier. L’ISF soutient de surcroît que la participation active des femmes aux processus décisionnels est essentielle pour garantir l’efficacité continue des changements réalisés.

L’Internationale socialiste des Femmes (ISF) demande aux gouvernements, aux partis membres de l’Internationale socialiste et aux ONG dont les convictions et les valeurs sont proches des siennes, de soutenir la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes et de s’engager à promouvoir le Cadre des Nations unies pour la prévention de la violence à l’égard des femmes.

 L’ISF demande une action urgente pour :

  • Œuvrer pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes dans les manifestes et la littérature diffusés à l’échelle nationale et locale.
  • Encourager l’adoption de politiques, pratiques et lois locales et nationales qui favorisent l’élimination de la violence à l’égard des femmes.
  • Mettre en œuvre des politiques et des mesures éducatives destinées à changer les perceptions et les comportements qui aboutissent à la violence à l’égard des femmes.
  • S’élever contre les pratiques discriminatoires fondées sur le sexe, en particulier la Violence à l’égard des femmes au sein des communautés locales et de la gouvernance nationale.
  • Garantir l’accès des femmes à l’information, aux technologies, aux ressources financières et sociale dont elles ont besoin pour trouver de l’aide, signaler les agressions et pour que justice soit faite lorsque des actes de violence ont été commis.

L’Internationale Socialiste Des Femmes

Niger Inter

GRATUIT
VOIR