COMMUNIQUE DE PRESSE

L’Union Européenne décaisse 41,7 millions d’euros en faveur du Niger  (soit 27,35 milliards de FCFA)

Niamey, le 27 décembre 2018. L’Union européenne vient de verser au Trésor public nigérien un appui budgétaire de 41,7 millions d’euros (soit 27,35 milliards de FCFA). Cet appui qui intervient dans le cadre de la mise en œuvre de quatre programmes d’appuis budgétaire au profit du budget de l’Etat nigérien 2018 a été approuvé le 14 décembre.

Les fonds proviennent du Fonds européen de Développement (FED), du Fonds Fiduciaire d’Urgence pour la Migration et de l’Italie. Les programmes concernés sont les suivants : deux programmes d’appui budgétaire général pour la Consolidation de l’Etat (SBC II et SBC AJUSEN « Migrations, sécurité et gestion des frontières ») et deux programmes d’appui budgétaire sectoriel en appui à la mise en œuvre des réformes et des politiques pour l’éducation et la sécurité alimentaire, nutritionnelle et le développement agricole durable (SANAD).

Ce décaissement complète les versements déjà effectués en juillet et août 2018 pour un montant de 51 millions d’euros. Le montant total des déboursements d’appui budgétaire de l’Union Européenne au titre de l’année 2018 s’élève ainsi à 92,7 millions d’euros (soit 60,8 milliards de FCFA) sur une prévision totale initiale de 105,375 millions EUR (soit 69,1 milliards de FCFA), soit un taux de performance de 88%.

La décision de décaissement de ces programmes d’appui budgétaire a été prise après l’analyse approfondie de la requête du Gouvernement de la République du Niger, transmise le 21 novembre 2018 et documentant l’atteinte des critères d’éligibilités et des cibles des indicateurs des tranches variables. Les critères d’éligibilité sont : l’existence d’un cadrage macroéconomique soutenable, crédible et pertinent, les progrès constatés dans la mise en œuvre du Plan national de développement économique et social (PDES) et des politiques sectorielles soutenues, une dynamique positive dans la réforme de la gestion des finances publiques et des progrès constatés dans le domaine de la transparence budgétaire et du contrôle.

Les progrès dans la mise en œuvre des politiques sectorielles concernées par les programmes, notamment l’éducation et la formation, la sécurité alimentaire et le développement agricole durable, ont également été évalués, de même que l’état de mise en œuvre du « Programme de développement durable pour la prévention et la lutte contre la migration irrégulière » proposé par les autorités nigériennes lors du Sommet de La Valette.

Communiqué de presse Union européenne

Niger Inter

GRATUIT
VOIR