Le vendredi 7 décembre 2018, s’est déroulée, au siège de la Banque Mondiale à Nouakchott, la signature d’un accord de financement pour le Programme d’appui à la politique de Développement pour favoriser la croissance rurale. Cet accord a été signé par la Directrice des opérations de la Banque Mondiale au Niger, Mme Soukeyna Kane et la ministre du Plan et Gouverneur du Groupe de la Banque Mondiale, Mme Kané Aichatou Boulama.

Dans son allocution, Mme Soukeyna Kane a déclaré : « Nous sommes ici réunis pour la signature de l’Accord de Financement entre la République du Niger et la Banque Mondiale à la suite de l’approbation hier soir, 6 décembre 2018, d’un programme d’appui budgétaire de 110 millions de dollars américain (soit 64,2 milliards de Francs CFA) pour appuyer le programme de réformes du gouvernement du Niger qui vise à favoriser la croissance économique rurale ».

Selon Mme Soukeyna Kane, l’économie nigérienne étant dominée par le secteur agricole qui représente plus de 40% du PIB du pays et occupe la majorité de la population qui vit en milieu rural, il va de soi que le développement rural, voire la transformation du monde rural,se trouve au centre de toute la stratégie qui vise à accélérer la croissance économique et la réduction de la pauvreté du pays.

Et pour la Directrice des opérations de la Banque Mondiale au Niger : « Cet appui budgétaire, le deuxième d’une série de deux opérations financées par la Banque mondiale à travers ses ressources concessionnelles pour effectivement appuyer le Niger, soutient des réformes dans le secteur agricole et le développement digital ».

Pour ce qui concerne l’agriculture, a précisé Mme Soukeyna Kane, le gouvernement a élargi son programme de bon électrique (e-voucher) pour subventionner les intrants agricoles pour 26 000 familles et fournir des services conseils à 11 000 agriculteurs dans les zones reculées. Les réformes ont aussi permis d’accroitre l’accès aux semences améliorées, de promouvoir des marchés de semences locales et de renforcer la gouvernance du marché d’engrais. Ces sont d’autant plus importantes dans un contexte où l’augmentation de la productivité agricole permet de réduire efficacement la pauvreté, comme c’est le cas au Niger où les rendements demeurent faibles notamment à cause du manque d’accès aux intrants de bonne qualité, a-t-elle expliqué.

Pour sa part, la technologie numérique aussi présente des opportunités innovatrices et efficaces pour promouvoir l’accès aux services et aux opportunités économiques pour les populations rurales, a déclaré Mme Soukeyna Kane. Dans le domaine de l’économie numérique, ce financement a soutenu le programme innovateur des Villages Intelligents qui va permettre aux communautés en zone reculées d’avoir accès à des services de santé virtuel, d’éducation à distance et de l’administration publique à travers la technologie. L’élimination de la taxe sur les cartes Sim (dénommée Turtel) est une mesure qui elle aussi a permis de réduire leurs couts de 75% et d’augmenter les abonnés de 26%, a-t-elle renseigné.

En prenant la parole, Mme Kané Aichatou Boulama avait commencé par exprimer toute sa satisfaction au nom du Niger pour la signature de cette convention de financement de cet important programme pour notre pays. La ministre du Plan a déclaré : « Cet appui budgétaire est un mix composé d’un don de 55 millions de dollars et d’un crédit également de 55 millions de dollars ».

Madame la ministre du Plan a rappelé que ‘’cet appui est la deuxième tranche d’une série programmatique d’aide budgétaire de 300 millions de dollars, soit environ 180 milliards FCFA pour les années 2017, 2018 et 2019. Le processus de préparation de cette assistance financière a été l’occasion de convenir avec la Banque mondiale d’un programme de réformes macroéconomiques et structurelles hardies et déterminantes avec pour finalité l’amélioration de la croissance du milieu rural, l’instauration d’un cadre légal favorable au développement durable du secteur de l’électricité et de l’économie numérique ainsi que le financement de l’économie’’.
Selon Mme Kané Aichatou Boulama, ces réformes concernent les secteurs porteurs de croissance et sont en parfaite adéquation avec les axes stratégiques du Plan de Développement Economique et Social (PDES 2017-2017-2021) qui ambitionne de transformer structurellement l’économie nigérienne en reposant fondamentalement sur les deux piliers à savoir, la transformation du monde rural et le développement du secteur privé.

Après avoir rappelé les enjeux des différentes réformes engagées par le gouvernement du Niger dans les domaines prioritaires, Mme Kané Aichatou Boulama a clairement réaffirmé la détermination du gouvernement à poursuivre et à renforcer la dynamique des réformes pour l’amélioration de la résilience et de la compétitivité de notre économie. Et d’ajouter à l’endroit de la Directrice des opérations de l’Afrique de l’Ouest : « C’est pourquoi, nous attachons beaucoup d’importance à la préparation à la préparation du prochain programme d’appui budgétaire 2019 avec la Banque mondiale en faveur de notre pays. A cet égard, nous souhaitons que des dispositions soient prises pour le lancement du processus de sa préparation ».

Rappelons que cette signature a eu lieu à Nouakchott au lendemain de la Conférence des partenaires et Bailleurs de fonds pour le financement du Programme d’Investissement Prioritaire (PIP) du G5 Sahel.

EMS

Niger Inter

GRATUIT
VOIR