« Ces conclusions font une sorte de synthèse des positions de la Majorité, de l’Opposition et des Non Affiliés », déclare Yahaya Garba

 

Monsieur Yahaya Garba est Secrétaire permanent du Conseil National de Dialogue Politique (CNDP). Il est également Rapporteur général du Comité ad hoc mis en place en octobre dernier. Il explique ici le processus du dialogue amorcé et fait le point des décisions de la dernière session du CNDP.

Niger Inter : La réunion du CNDP s’est tenue le jeudi 24 janvier 2019. Quelles sont les principales conclusions de cette session ?

Yahaya Garba : Justement, le Conseil National de Dialogue Politique (CNDP) a tenu une session extraordinaire le Jeudi 24 Janvier 2019, avec l’ordre du jour : ‘’Examen et adoption des travaux du Comité Ad Hoc chargé de réfléchir sur le Code Electoral et le Règlement Intérieur du CNDP’’ et un deuxième point relatif aux informations sur processus électoral en cours. Avant de parler des conclusions de cette session, je dois rappeler qu’il s’est agi d’examiner les propositions relatives à ces deux textes faites par le Comité Ad Hoc sur le Code Electoral et le Règlement Intérieur du CNDP. En effet, la réunion extraordinaire du CNDP tenue le 1er Octobre 2018 a décidé de la mise en place d’un Comité Ad Hoc pour réfléchir sur ces textes. Les représentants des trois (3) groupes à savoir : la majorité, l’Opposition et les Non affiliés ont activement siégé dans ce Comité et ont travaillé durant quatre (4) semaines. Relativement au Code Electoral, conformément aux directives du Premier Ministre, Président du Conseil National de Dialogue Politique (CNDP) tous les articles ont été remis sur la table de discussions. Son Excellence Brigi Rafini a insisté sur le souci d’obtenir un Code Electoral consensuel dans l’intérêt général. A l’issue des travaux, les membres du Comité Ad Hoc ont abouti justement à un consensus sur l’ensemble des articles du Code Electoral hormis les artciles 8, 12, 80 et 81. Le Président du CNDP a fortement apprécié ces résultats pour deux raisons. D’abord la participation effective des trois (3) groupes politiques aux travaux (ce qui n’était pas évident il y’a quelques mois) et le consensus obtenu sur l’essentiel des articles du Code Electoral en dehors des quatre (4) cités ci-haut. Il est important de rappeler que le Comité avait pour mission de faire des propositions qui seront examinées et adoptées par la plénière du CNDP. Il n’ y’a rien de surprenant dans le fait que les membres du Comité ne se soient pas entendus sur certaines dispositions du Code. Conscients d’ailleurs de cette réalité, les membres du Comité ont adopté une méthodologie consistant à répertorier tous les articles ayant fait l’objet de consensus général et ceux n’ayant pas fait l’objet d’entente tout en rapportant les arguments développés par différents groupes à la plénière du CNDP. Ce sont justement  les résultats des travaux du Comité Ad Hoc qui ont été soumis à l’appréciation de la réunion du Jeudi 24 Janvier 2019. C’était à la veille de cette session que l’Opposition à travers une déclaration avait exprimé sa non-participation à cette rencontre.

J’en viens maintenant à votre question pour parler des résultats de cette dernière réunion du CNDP particulièrement sur la révision du Code Electoral. Après plusieurs discussions, un consensus a été dégagé par les participants à la réunion, plus de quatre-vingt (80) sur la centaine. C’est-à-dire le groupe de la majorité et celui des non affiliés, le groupe de l’Opposition ayant boycotté la réunion.

Au niveau de l’article 8 : les anciennes dispositions du Code Electoral ont été reconduites ;

A l’article 12 : le nombre des membres de la CENI est porté de treize (13) à dix-neuf (19) membres, les Non affiliés sont dorénavant pris en compte dans la composition de la CENI, les trois (3) groupes ont chacun un représentant dans le bureau (article 14 du Code électoral étant impacté par la modification de l’article 12).

Au niveau des articles 80 et 81 qui parlent des bureaux de vote, les anciennes dispositions du Code Electoral ont été reconduites avec une petite innovation acceptée par les trois (3) groupes, qui consiste a exigé le niveau brevet minimum  pour les membres des bureaux de vote. Les bureaux de vote doivent refléter la configuration des partis politiques en compétition dans la circonscription électorale concernée.

 

Niger Inter : L’Opposition dit ne pas être engagée par la réunion du 24 Janvier 2019, avez-vous un commentaire à ce sujet ?

Yahaya Garba : Je n’ai pas de position particulière à émettre par rapport aux positions des groupes. En tant que Secrétaire Permanent, je m’occupe de l’administration du Conseil National de Dialogue Politique (CNDP), je suis également le dépositaire des conclusions de cet organe. Je dois tout de même vous dire que je suis par ailleurs le rapporteur général du Comité Ad Hoc. A ce titre, j’atteste que les trois (3) groupes c’est-à-dire la Majorité, l’Opposition et les Non Affiliés ont travaillé dans une très bonne ambiance sur les textes soumis à leur appréciation. Les discussions ont permis de déboucher sur un consensus général sur l’ensemble des articles du Code Electoral comme nous le disions tant tôt sauf sur les quatre (4) articles sur les deux cent deux (202) articles du Code. A la fin de chaque journée, les conclusions des travaux sont signées et paraphées par tous les membres du Comité. Même sur les articles : 8, 12, 80 et 81, les membres du Comité ont essayé dans une deuxième phase de faire des rapprochements en vue d’aboutir à une position consensuelle sur l’ensemble des articles. Aujourd’hui, on peut affirmer qu’il y’a eu une grande avancée dans les discussions sur le Code Electoral. A l’article 12, l’augmentation des membres de la CENI permet de prendre en compte les Non Affiliés, et l’ouverture du bureau de la CENI aux représentants des trois (3) groupes, répond en principe au souci d’inclusivité et de transparence maintes fois soulevé par l’Opposition. Au niveau des articles 80 et 81, c’est exactement ce que les groupes des Non affiliés et de l’Opposition ont demandé par rapport au bureau de vote et à leur composition qui a été respecté. Avec les conclusions de la réunion du Jeudi 24 Janvier 2019,  on  peut légitimement espérer un assouplissement dans les positions des différents groupes politiques, nécessaire pour une bonne évolution du processus électoral en cours. Ces conclusions font une sorte de synthèse des positions de la Majorité, de l’Opposition et des Non Affiliés. C’est pratiquement l’ancien Code Electoral avec à la différence, une CENI permanente, réduite et professionnelle comme innovation.

 

Niger Inter : Que répondez-vous à ceux qui disent que la majorité a fait des Non Affiliés une sorte de faire valoir à défaut d’avoir l’Opposition ?

Yahaya Garba : Je dirais que le groupe des Non Affiliés est plutôt resté logique avec lui-même parce que ses représentants, au niveau du Comité Ad Hoc sont restés dans le Comité jusqu’à la fin des travaux et la remise officielle du rapport général au Président du CNDP. Mais également, je dirais que les Non Affiliés ont montré leur indépendance vis à vis de la Majorité et de l’Opposition. Au cours des discussions à la réunion du CNDP, les Non Affiliés se sont arcboutés et défendus fermement leurs positions initialement exprimées et les intérêts de leur groupe. Ils ont eu raison parce qu’ils sont finalement pris en compte dans la composition de la CENI et dans le bureau de celle-ci.

Niger Inter : quel est votre mot de la fin.

Yahaya Garba : Mon mot de la fin c’est un appel pressant que je lance à l’endroit de la classe politique nigérienne pour qu’elle privilégie l’intérêt général en donnant toutes les chances au dialogue pour créer les conditions d’organisation d’élections libres, transparentes et apaisées. Les trois (3) groupes politiques doivent toujours garder à l’esprit le rôle combien important joué par le CNDP, depuis sa création dans l’organisation des élections mais surtout dans le bon fonctionnement de la Démocratie au Niger. Plusieurs pays se sont inspirés de nous pour se doter des cadres de concertation et de dialogue politique similaire en vue de la prévention et de règlement des conflits.

Propos recueillis par Elh. M. Souleymane

Niger Inter

GRATUIT
VOIR