Les organisations de la société civile Nigérienne active dans la lutte contre le tabagisme, les cancers et les autres maladies non transmissibles se sont réunies à l’occasion de la journée mondiale sans tabac édition 2019.

A l’issue de cette réunion l’Association SOS Tabagisme-Niger, l’ONG  Organisation de lutte contre le cancer et l’Alliance contre les maladies non transmissibles rendent la déclaration suivante.

Comme chaque  année, le 31 mai, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et ses partenaires mondiaux marquent la Journée mondiale sans tabac.

Cette campagne annuelle est l’occasion de sensibiliser et d’interpeller les populations, les médias et les autorités politiques   aux effets nocifs et mortels de l’exposition au tabagisme ou à la fumée des autres et de décourager la consommation du tabac sous quelque forme que ce soit.

La Journée mondiale sans tabac de 2019 est  axée sur «le tabac et la santé pulmonaire».

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, « sur les 56, 9 millions de mort enregistrés dans  toute les causes, le tabagisme à elle seule a tué 8 millions de personnes à travers le monde dont un million de non-fumeur mais «exposés à la fumée passive des autres ».

Avec  une forte croissance démographique de l’Afrique, et le revenu croissant de sa population, le continent Africain est vu comme un nouveau marché à conquérir par l’industrie du tabac.

Les prévisions montrent que le continent est en phase de devenir l’épicentre de l’épidémie du tabac. L’industrie du tabac a compris que la région offre un potentiel d’accroissement de son marché et a pris d’importantes dispositions pour cibler les jeunes Les données montrent que l’Afrique est dans les premières phases d’une épidémie de tabagisme – six pour cent – soit environ 77 millions – des fumeurs du monde vivent en Afrique.

Pour protéger les populations l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) recommande aux gouvernements :

 

  1. D’éliminer le polluant – en mettant en place des espaces totalement non-fumeurs. C’est la seule stratégie efficace pour réduire l’exposition à la fumée du tabac à un niveau sans danger pour tous.
  1. D’adopter des lois fortes exigeant l’introduction de l’article 5.3 pour protéger les politiques de santé contre l’ingérence de l’industrie du tabac, l’interdiction de fumer dans tous les lieux de travail et les espaces publics, l’apposition des avertissements sanitaires sous forme images, et une bonne coordination de la lutte contre le tabac;
  1. De mettre en oeuvre et appliquer la loi L’adoption d’une législation antitabac ne suffit pas. Sa bonne mise en oeuvre et son application adéquate nécessitent des efforts et des moyens relativement modestes mais essentiels.
  1. D’adopter une forte taxation des produits du tabac L’augmentation des taxes sur le tabac est la solution la plus efficace et la plus rentable pour réduire le tabagisme quel que soit le contexte. L’expérience des Philippines et d’autres pays, parmi lesquels l’Égypte, la France et la Turquie, montre qu’il est possible d’augmenter les taxes sur le tabac et que cela comporte de réels avantages pour le secteur de la santé et au-delà.

L’appel à l’action :

Les  organisations de la société civile active en matière de lutte contre le tabac à l’occasion de cette journée mondiale sans tabac lance  un appel à l’action : 

Aux autorités de  faire de la lutte antitabac une priorité nationale et redoubler d’efforts pour adopter et mettre en oeuvre les mesures de lutte antitabac prévues par la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac (CCLAT) et conforme à ses directives régulièrement adoptées, notamment en augmentant les taxes sur le tabac, en mettant en oeuvre des politiques antitabac, en appuyant les efforts de sevrage des fumeurs, en s’appropriant le processus de renforcement de la loi antitabac engagée par la société civile.

A La société civile d’être considérée comme un partenaire actif.

Elle doit appuyer les efforts des gouvernements en renforçant le soutien aux mesures de lutte antitabac et en veillant à ce qu’elles soient respectées. Elle doit également jouer efficacement son rôle de veille, en limitant l’ingérence de l’industrie du tabac dans ces politiques.

Aux  médias de soutenir les efforts du gouvernement et de la société civile et sensibiliser le public sur les effets nocifs et mortels du tabagisme et de l’exposition à la fumée secondaire, et décourager le tabagisme sous toutes ses formes. Les médias doivent également aider à exposer et à dénoncer les tactiques de l’industrie du tabac qui violent les politiques mises en place pour protéger les citoyens du tabagisme.

Nous devons tous contribuer à l’application de politiques antitabac rigoureuses  et chercher à vivre sans tabac pour prévenir les maladies pulmonaires en  protégeant  ainsi les générations actuelles et futures des effets dévastateur de la consommation.

Fat à Niamey le 31 mai 2019

 

 

Niger Inter

GRATUIT
VOIR