Cette assise qu’abrite Niamey et dont le thème est  » lutte contre le terrorisme dans la région de la CEDEAO : vers un engagement collectif pour une paix durable » regroupe les organisations de la société civile, des femmes et des jeunes et la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO)  autour de la question du terrorisme dans l’espace sous régional.

Du 26 au 27 août 2019 les participants venus des États membres de la CEDEAO ainsi que le Cameroun, le Tchad et la Mauritanie vont se pencher sur la contribution des parties prenantes à la paix, à la sécurité et à la lutte contre le terrorisme en Afrique de l’Ouest.

Il est beaucoup plus question de mettre l’accent sur la contribution des acteurs non-étatiques. La chefferie traditionnelle, les leaders religieux et bien d’autres acteurs sociaux ont un rôle essentiel à jouer dans la prévention et la lutte contre le terrorisme à travers la communication et la sensibilisation de la population.

Selon le Commissaire aux Affaires Politiques, Paix et Sécurité de la CEDEAO, le Général Francis A. Behanzin , cette assise qui se tient en prélude au sommet des Chefs d’Etats et de Gouvernements sur la lutte contre le terrorisme dans la région CEDEAO, a pour objectif de proposer des solutions idoines et efficaces. Et de continuer à souligner que les résultats des travaux seront transmis  aux conseils des ministres de la CEDEAO avant d’être présentés lors du sommet des Chefs d’Etats et de gouvernement prévu le 14 septembre prochain. Le Sahel reconnu comme étant l’épicentre même du terrorisme dans la sous-région constituant de ce fait une véritable menace transfrontalière qui cherche à se propager dans les autres pays de la région. Aussi pour cette raison, dans son discours d’ouverture, la Ministre déléguée en charge de l’intégration africaine et des Nigériens à l’extérieur Madame Lamido Ousseini Salamatou Balla Goga a affirmé qu’il est nécessaire d’impliquer toutes les parties prenantes étatiques et non-étatiques dans l’optique de la prévention et la lutte contre l’extrémisme violent dont sont victimes les populations les plus vulnérables, notamment les jeunes et les femmes.

Koami Agbetiafa

Niger Inter

GRATUIT
VOIR