Le Chef de l’Etat SEM Mahamadou Issoufou a procédé ce mercredi 2 octobre 2019 à Niamey à l’ouverture officielle de la conférence internationale sur le constitutionalisme et la consolidation de la démocratie en Afrique.

 A l’initiative du National Democratic Institute (NDI) en partenariat avec l’Africa Forum, OSIWA (Open Society Initiative for West Africa) et la Kofi Annan Foundation, cette rencontre a réuni plusieurs anciens Chefs d’Etat africains, les membres du gouvernement et d’autres personnalités de haut niveau.

 Parmi les invités d’honneur se trouvent les anciens présidents Goodluck Jonathan du Nigéria, Ellen Johnson Sirleaf du Libéria, Nicéphore Soglo du Bénin, Amos Sawyer du Libéria, Mahamane Ousmane du Niger et Catherine Samba-Panza de la Centrafrique. En ouvrant les travaux, le Président Issoufou a salué cette initiative du NDI qui consiste à encourager les Etats à aller vers la démocratie ainsi qu’au renforcement des institutions démocratiques sur la limitation des mandats. «La limitation de mandats renforce à long terme les institutions démocratiques et contribue à la passation pacifique du pouvoir, car les dirigeants se sentent davantage obligés de produire des résultats pour laisser un héritage facile et positif à leur successeur », a-t-il déclaré.

Dans son intervention, le Directeur Afrique au NDI Dr Christopher Fomunyoh a souligné que le choix de ces anciens Chefs d’Etat repose sur les valeurs démocratiques qu’ils ont incarnées dans leur pays aussi bien que leur contribution significative dans les transitions démocratiques dans leurs pays respectifs. Ce sommet est donc la façon la plus idéale de partager et de transmettre les expériences des anciens dignitaires aux générations futures. L’une des innovations que prône ce sommet c’est de créer le jumelage et la nouvelle synergie entre les acteurs et les activistes de la société civile et les leaders politiques. Par ailleurs le NDI et ses partenaires envisagent mettre en branle des plateformes d’échange assez larges pour intégrer tous les acteurs potentiels dans cette démarche de consolidation de la démocratie. » Enfin pour l’ancien Président du Benin Nicéphore Soglo, également Vice-président de l’Africa Forum: « ce qui nous reste à faire c’est simplement des bonnes pratiques qu’il faut avoir. Et ça je remercie le Président Issoufou de comprendre qu’il ne faut pas s’accrocher au pouvoir ».

A noter que durant trois jours de travaux, différentes réflexions seront menées par d’éminents panélistes pour aboutir sur des recommandations autour des principes démocratiques y compris la limitation dans la durée du mandat présidentiel.

Koami Agbetiafa

 

Niger Inter

GRATUIT
VOIR